09PARIS1355 : Les officiels français répètent leur préoccupation concernant la politique de désarmement nucléaire

Publié: décembre 29, 2010 par akhanor dans France, traduction de câbles
Tags:, , , , , , ,

Les protagonistes :

  • Céline Jurgensen, sous-direction du Désarmement et de la non-prolifération nucléaire du Ministère des Affaires Etrangère, représentante permanente de la France auprès des Nations-Unies à New York (section Affaires politiques et Conseil de Sécurité)
Numéro de référence Créé le Publié le Classifié comme Originaire de
09PARIS1355 2009-10-02 16:04 2010-12-23 21:09 CONFIDENTIAL/Américains seulements Ambassade de Paris

VZCZCXRO0394
PP RUEHDBU RUEHDH RUEHFL RUEHKW RUEHLA RUEHNP RUEHROV RUEHSL RUEHSR
RUEHTRO
DE RUEHFR #1355/01 2751608
ZNY CCCCC ZZH
P 021608Z OCT 09
FM AMEMBASSY PARIS
TO RUEHC/SECSTATE WASHDC PRIORITY 7277
INFO RUEHZL/EUROPEAN POLITICAL COLLECTIVE
RUEHYY/GENEVA CD COLLECTIVE
RUEHGG/UN SECURITY COUNCIL COLLECTIVE
C O N F I D E N T I A L SECTION 01 OF 02 PARIS 001355

NOFORN
SIPDIS

E.O. 12958: DECL: 10/02/2019
TAGS: KNNP MNUC PARM KACT PREL FR
SUJET : LES OFFICIELS FRANCAIS REPETENT LEUR PREOCCUPATION CONCERNANT LA POLITIQUE DE DESARMEMENT

REF: A. PARIS 1039
B. PARIS POINTS FOR 10/2/2009

Classifié par la Ministre-Conseillère politique Kathy Allegrone, pour raisons 1.4(b), (d).

(C/NF) RESUME : Les officiels français, incluant les hauts fonctionnaires de l’équipe présidentielle, ont une nouvelle fois souligné leur inquiétude à propos de la politique de désarmement des Etats-Unis, qui pourrait conduire à des pressions politiques sur la France pour qu’elle réduise son propre arsenal nucléaire, pressions face auxquelles elle résisterait. Néanmoins, le gouvernement français veut s’assurer que tout désaccord avec les Etats-Unis à propos du désarmement ne fasse pas obstacle à la coopération dans la réalisation de progrès concrets sur les questions de non-prolifération qui ont mené à la conférence du Traité sur la Non-prolifération des armes Nucléaire de 2010 (TNP). FIN DU RESUME.

(C/NF) Le Conseiller stratégique de l’Elysée (présidence) François Richier a dit à Pol M/C le 1er octobre que les différences Etats-Unis/France à propos du désarmement sont « psychologiques », et que si la France soutient le fait que les Etats-Unis réduisent leur arsenal nucléaire, ils ne doivent pas essayer d’imposer une « diabolisation » des armes nucléaires ou de réduire leur rôle dans la stratégie militaire. Utilisant un argument que les français ont déjà utilisé (ref A), Richier a dit que la dissuasion nucléaire fait partie de l’identité française, ajoutant que les capacités conventionnelles de la France ne sont pas aussi fortes que celles des Etats-Unis. Alors que la France se félicite de l’extension de la dissuasion et des garanties de l’OTAN, le gouvernement français continuera de s’appuyer sur son propre arsenal. Par conséquent, la France rejettera toute suggestion de rejoindre les négociations dans les accords multilatéraux sur la réduction des armes nucléaires (« Si vous nous demandez, nous dirons juste : Non ! »). Selon Richier, cela restera une ligne rouge pour la France même si les Etats-Unis réduisent éventuellement leur propre arsenal à une taille proche de celui de la France, puisque le gouvernement français base la force de sa dissuasion sur son évaluation des menaces potentielles, et non sur la taille de l’arsenal d’un autre pays, en particulier celui des Etats-Unis qui n’est en aucun cas une menace de sécurité pour la France.

3. (C/NF) Richier dit que la France, cependant, a hâte de parler de mesures de désarmement multilatéral autres que la réduction des armements, telles que le démantèlement des sites d’essais ou la transformation de matière nucléaire pour l’adapter à un usage civil. La France soutient également un Traité de Coupure des Matières Fissiles (FMTC), tant qu’il ne concerne pas les réserves. Richier a aussi fait une mise en garde au sujet d’une trop grande perte de temps liée à la création d’un système de vérification complet pour un FMTC, disant qu’il serait préférable de mettre en place un système de vérification flexible rapidement, étant donné que le principal objectif stratégique de la France avec un FMTC est d’empêcher la Chine de produire des matières fissiles.

4. (C/NF) Plus tôt le même jour, le même message a été délivré par l’officier MFA NPT [NDLR : abréviation pour Ministry of Foreign Affairs (Ministère des Affaires Etrangères) et TNP (Traité sur la Non-prolifération des armes nucléaires)] Céline Jurgensen (ref B), qui, avec Richier, assistera aux prochaines consultations P3 sur les marges de la conférence CSIS à Washington le 9 octobre. Jurgensen a déclaré que, malgré certains désaccords durant le processus de négociations, la France était plutôt satisfaite de la résolution adoptée le 24 Septembre par le Conseil de Sécurité des Nations Unies lors du Sommet du Désarmement et de la Non-prolifération Nucléaire, présidé par le Président Obama. Elle a ajouté que, bien que la France eut préféré, dans l’idéal, que la résolution mentionne l’Iran et la Corée du Nord par leurs noms, le texte était un modèle excellent pour le futur produit de la Conférence d’examen du TNP en 2010. Jurgensen a également fait une mise en garde contre toute suggestion que les négotiations post-START soient élargies pour inclure d’autres puissances nucléaires, disant que la France arrêterait tout désarmement dans l’avenir prévisible. Elle a ajouté qu’elle ne pensait pas que les arguments des efforts de désarmement des Etats-Unis et de la Russie pour obtenir des concessions de non-proliférations de la part des autres pays fonctionneraient. Comme Richier, cependant, elle a ajouté que les dernières consultations P3 furent utiles et que la France et les Etats-Unis partageaient clairement des objectifs communs sur les questions de non-prolifération. Jurgensen a dit que les consultations P3 devraient viser à la création d’une stratégie de sensibilisation efficace axée sur aussi bien les Etats du mouvement des non-alignés que des nations européennes comme la Suède qui pourraient supporter avec un langage édulcoré [NDLR : la traduction littérale est « dilué »] la non-prolifération à la Conférence d’examen du TNP de 2010.

(C/NF) RESUME : L’information que la France n’est pas disposée à réduire davantage son arsenal nucléaire n’est pas nouvelle, bien que les officiels français semblent le faire de plus en plus ostensiblement. Il y a une claire volonté de collaborer avec les Etats-Unis (et le Royaume-Unis) aux objectifs communs de non-prolifération à la Conférence d’examen de 2010 et dans d’autres instances, mais alors que les consultations continuent, l’inquiétude du gouvernement français semble grandir face aux différences perçues dans nos politiques de désarmement. Montrer clairement notre propre ligne rouge pourrait dissiper les inquiétudes françaises sur l’étendue de ces différences – limitant ainsi le danger de l’obstructionnisme français – ou tout au moins inciter les français à moins se focaliser sur leurs craintes d’appels à la réduction de l’armement et plus sur d’autres domaines, y compris le désarmement, où la coopération avec ses partenaires P3 pourrait être plus fructueuse. FIN DU RESUME

RIVKIN

commentaires
  1. […] notamment  l’attachement à sa dissuasion nucléaire. Vous pouvez aussi consulter le câble 09PARIS1355 sur les préoccupations des officiels français sur le désarmement […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s