Les propos de Frédéric Mitterrand sur wikileaks sont erronés

Publié: janvier 10, 2011 par argulamaton dans L'actualité
Tags:, , , , , , ,

Le 6/01, Frédéric Mitterrand se prononçait en faveur  « de l’interdiction de l’hébergement de WikiLeaks en France » et a avancé des arguments pour le moins fallacieux qui montrent sa méconnaissance totale de wikileaks.

« Les renseignements qui sont fournis par WikiLeaks ont été volés, ils ont été piratés. A partir du moment où on les transmet […] cela relève d’une forme de complicité avec une activité qui a été délictueuse »

C’est absolument faux ! Il ne s’agit pas de renseignements volés obtenus par le piratage d’un réseau informatique. Les documents ont été transmis par des fonctionnaires américains qui avaient accès à SIPDIS, le réseau des fichiers secret défense américains. Les fuites d’informations confidentielles font partie du jeu démocratique. Les journalistes politiques ont des contacts au sein de la haute fonction publique pour obtenir des informations de premier plan. Aux Etats-Unis, le scandale du watergate, qui a impliqué le président Nixon dans l’espionnage du QG du parti démocrate d’opposition, a pu être révélé par une fuite d’un agent du FBI. En France, le canard enchainé a pu révéler un grand nombre de scandales grâce à la complicité de fonctionnaires qui ont leur ont envoyé des informations confidentielles. Il ne s’agit en aucun cas d’une activité délictueuse mais de la base du travail de journaliste. Les accusations de Mitterand ne sont pas cohérentes car elles concernent uniquement wikileaks. Pourquoi n’incrimine-t-il pas le journal lemonde qui a participé à la diffusion des câbles de wikileaks?

caricature de Frédéric Mitterrand par Deloire

caricature de Frédéric Mitterrand par Laurent Deloire

Non content de raconter une énormité, le ministre de la culture s’enfonce encore plus:

« Qu’est-ce que vous direz le jour où toute votre vie privée sera étalée sous prétexte qu’il faut transmettre toutes les informations ? Vous savez ce qui arrivera à l’arrivée ? C’est le mensonge qui va gagner »

Wikileaks n’a pas publié de documents concernant la vie privée d’individus mais des câbles diplomatiques traitant d’affaires politiques. Tout le monde est concerné par le contenu de ces câbles. Si la vie privée doit être protégée, la transparence doit être de mise sur la sphère publique pour que les citoyens sachent ce que l’Etat fait en leur nom et donc débattre en conséquence. Ensuite, on ne comprends pas pourquoi, ce serait le mensonge qui gagnerait. Les diplomates américains ont effectué un travail d’information sérieux et n’ont pas menti à leur administration.

Il faut dire que Frédéric Mitterrand a une vision très particulière du mensonge:

« Si vous dites tout sur tout, si vous ne respectez plus quelque chose qui est humain, qui est la pudeur […] qui est le secret de la conversation privée, si vous pensez que tout doit être toujours sur la place publique, qu’est-ce qui va gagner ? C’est le mensonge, c’est-à-dire que tout le monde va retenir des informations. Et le meilleur copain du mensonge, c’est la rumeur.

Rappelons la définition de ce qu’est un mensonge : Affirmation contraire à la vérité faite dans l’intention de tromper. Ainsi, « retenir des informations » ne relève pas du mensonge, cela relève justement de la culture générale de l’individu. De quel domaine s’occupe notre ministre en question déjà? De la culture, décidément, on est mal parti. Frédéric Mitterrand assimile les agents représentatifs de l’Etat à des agents privés, c’est une grave confusion. Les citoyens ont le droit de savoir ce qui se passe à la tête de l’Etat. D’ailleurs, les journalistes rapportent régulièrement des extraits de conversation privée entre hommes politiques. Cela relève même plus de la rumeur que le contenu des câbles wikileaks rédigés par des diplomates qui ont réalisé un véritable travail d’information.

Puis le ministre arrive à cette étrange conclusion:

A l’arrivée, sous prétexte de donner l’information, finalement, on piétine une liberté« 

Voilà un argument pour le moins surprenant. Un citoyen informé sur les affaires publiques est plus à même de juger l’action de l’Etat et donc d’user pleinement de sa liberté.

liberté d'expression

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s