Telerama: un journal qui a (partiellement) compris ce que sont les Anonymous

Publié: février 7, 2011 par argulamaton dans L'actualité
Tags:, , , , , , , , , ,

Les médias nous décrivent souvent comme un groupe de hackers ou d’illuminés, très bien organisé. Sous le fait de cette confusion qui montre la mécompréhension des anonymous, un adolescent de 15 ans se retrouve « cerveau d’une cyber-attaque mondiale » selon le Parisien, rien moins que ça !

Heureusement, tous les journaux ne sont pas comme ça et à ce titre, on tient à saluer Télérama qui a fait du bon boulot et a démonté tous les mensonges des autres médias qui ont accablé ce gamin de 15 ans. L’article de Jean-Baptiste Roch nous met du baume au cœur. Voilà un extrait :

Qu’a-t-il fait exactement ?
Selon les enquêteurs, l’adolescent administrait trois serveurs parmi la quinzaine d’où sont parties les attaques. L’un d’eux, qu’il louait lui-même, était situé en France. Ces serveurs hébergent des forums basés sur le protocole IRC (Internet Relay Chat), sur lesquels les internautes se connectent et discutent. Mais qui permettent également d’utiliser des ordinateurs en réseau pour frapper une cible. Car grâce au logiciel baptisé LOIC, téléchargeable sur le Net en quelques clics, une commande envoyée sur ces serveurs IRC peut donner l’ordre aux centaines d’ordinateurs complices mis en réseau et disposant, eux aussi, du logiciel LOIC, de lancer des connexions répétées sur les sites Mastercard, Visa et Paypal. Jusqu’à les saturer totalement. Pour l’instant, l’enquête n’a pas encore déterminé si l’adolescent avait lui-même lancé une commande : dans les faits, il demeure simple administrateur de ces serveurs. Est-il un vrai pirate?
« Hacker », « pirate », « cerveau », tout cela pour un ado de 15 ans ? « Non ,»a clairement répondu le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Jean-Yves Coquillat à l’AFP, précisant qu’il s’agissait là non pas d’un hacker mais simplement d’« un gamin passionné d’informatique ». Notre « hacker » ressemblerait en effet bien plus à un geek solidaire des principes libertaires du collectif informel Anonymous qu’à un pirate chevronné. La procédure d’administration et de commande des serveurs, complexe en apparence pour qui n’y connaît rien en informatique, est en réalité loin de requérir la science d’un diplômé en informatique de Stanford. De fait, la manière dont les enquêteurs ont retrouvé la trace de l’adolescent témoigne de son relatif amateurisme : n’ayant pas le droit d’enquêter sous pseudo, c’est en collectant l’adresse IP du serveur qu’il administrait, puis en demandant tout simplement à l’hébergeur de communiquer les coordonnées du propriétaire, qu’ils sont remontés jusqu’à lui. Un vrai hacker aurait agi sous couvert et crypté ses données plus efficacement. Lui s’est juste servi d’outils à dispositions sur la Toile pour pousser des sites à saturation.

L’essentiel est dit, le rôle de ce pauvre enfant de 15 ans considéré comme un dangereux hacker n’a été que d’administrer les serveurs. Il n’a pas été à l’initiative des attaques contre wikileaks. Anonymous est un concept, nous sommes anonymes, vous l’êtes aussi. N’importe qui peut se joindre à cette bannière de liberté et de résistance face à l’oppression. Nous sommes une masse d’individus, les idées fusent et il y a toujours quelqu’un pour faire la bonne chose au bon moment. On se retrouve sur le chat irc ou sur facebook, on note tout sur des pads collaboratifs et hop, le tour est joué. Il est dommage que télérama n’ait pas insisté là-dessus.  Car les Anonymous ne reposent pas sur quelques cerveaux, en réalité chaque anonymous est comme un neurone d’un immense cerveau à l’origine de multiples opérations. Les actions des anonymous sont pacifiques et ne sont pas du piratage informatique au sens propre du terme.

Il serait plus juste de comparer les actions à DDOS à des sit-in. Quand des gens veulent protester contre les actions néfastes d’un gouvernement ou d’une entreprise, ils peuvent décider de stationner dans les bâtiments de l’organisation, ce qui perturbe son fonctionnement. Il en est de même pour les attaques DDOS. Des individus se connectent en masse sur un siteweb pour le saturer. Le préjudice est très faible car une fois l’attaque finie, il suffit juste de rebooter la machine et c’est reparti. Pourtant, Les anonymous sont victimes d’une forte répression qui traduit une justice à deux vitesses comme l’explique cette vidéo d’anonymous francophones sur l’arrestation de 5 anons au Royaume-Uni:

Les « hackers patriotes » comme « Jester » (connu aussi sous le nom de th3j35t3r) qui revendiquent devant le monde entier leurs attaques DDOS contre wikileaks. Ils sèment leur propagande haineuse et mènent leurs attaques en toute tranquilité comme le montre cette vidéo de propagande.

Au passage, on voit qu’ils assimilent wikileaks et les anonymous à des amis des islamistes. Mais mieux, Jester donne carrément des interviews à la presse comme il l’a fait pour le Die Welt.

tweet de jester revendiquant une attaque DDOS contre wikileaks

On remarquera qu’il a appelé son logiciel d’attaque DDOS, Xersès en référence à Xersès Ier, roi perse vaincu par les Grecs. Attaquer des sites pro-Ahmadinejad peut se comprendre mais le choix du nom est un poil raciste en visant la nation perse dans son ensemble. Pour Jester, tu es bon, c’est à dire de son côté, ou un méchant traitre qui menace les troupes américaines. Le FBI a ouvert plusieurs enquêtes contre les Anonymous aux USA, mais contre les hackers patriotes ? Aucune.

Morale de l’histoire : attaquer Wikileaks en répandant des messages de haine, vous ne serez pas poursuivi. Attaquer des sites de multinationales comme paypal ou mastercard pour défendre la liberté d’expression menacée par la censure, vous aurez toutes les polices du monde sur votre dos.

justice déséquilibré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s