Libye : Kaddafi prêt à négocier une transition démocratique, pas à partir

Publié: avril 6, 2011 par nedevo dans L'actualité
Tags:, , , , , , , ,

Il promet des réformes mais ne partira pas. Selon le porte-parole du gouvernement libyen, le régime pourrait négocier des élections ou un référendum en Libye, mais pas à n’importe quel prix. Moussa Ibrahim est clair, aucune  réforme n’est pas envisageable sans le « Guide » suprême. « Le leader [Mouammar Kaddafi] est la soupape de sécurité pour le pays et pour l’unité de la population et des tribus. Nous pensons qu’il est très important pour toute transition vers un modèle démocratique et transparent »

Pourtant, après plusieurs défections au sein de ses proches, le colonel apparaît de plus en plus isolé. Selon le New York Times deux de ses fils l’ont poussé vers la sortie. Seïf el-Islam, qui est resté effacé depuis le début de l’intervention internationale en Libye, le 19 mars, et Saadi ont ainsi proposé une transition vers une démocratie constitutionnelle qui prévoirait le départ de leur père. Dans son édition de dimanche, le quotidien américain cite un diplomate sous couvert de l’anonymat et un responsable libyen informés du projet, et soutient que la transition serait pilotée par Seïf el-Islam.

Le CNT gagne en reconnaissance

Une suggestion aussitôt rejetée par le Conseil national de transition (CNT), qui représente les rebelles. « Kaddafi et ses fils doivent partir avant toute négociation diplomatique », a déclaré le porte-parole du CNT Chamseddine Abdulmelah, depuis Benghazi, fief des insurgés. La « négociation diplomatique » en question renvoie à la tournée du vice-ministre libyen des Affaires étrangères, Abdelati Laabidi, qui s’est rendu ces deux derniers jours à en Grèce, à Malte et en Turquie, seul pays musulman membre de l’Otan.

Après la France et le Qatar, l’Italie a à son tour décidé de reconnaître le CNT comme le « seul interlocuteur légitime », alors que le pouvoir libyen a connu un nouveau revers avec la démission dimanche d’un conseiller du colonel Kaddafi, Ali Triki, doyen des diplomates, quatre jours après la défection du chef de la diplomatie, Moussa Koussa.

Londres a aussi émis des réserves sur les démarches de Tripoli : « Nous avons toujours été clairs sur ce que devrait être la prochaine étape et les besoins d’une véritable trêve et d’une fin des violences », a déclaré un porte-parole du Premier ministre David Cameron. « Nous ne recherchons pas de stratégie de sortie pour Kaddafi. »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s