L’OTAN en Libye, un allié des rebelles de plus en plus passif

Publié: avril 10, 2011 par anofranctireur dans Les articles de la rédaction

Hope
Depuis le 3 mars, l’OTAN est en charge des opérations militaires et de l’application de la zone d’exclusion aérienne.
L’opération Unified Protector a dès le début souffert de ses contradictions. Dans un premier temps, les forces aériennes internationales de la coalition ne faisaient que survoler la Libye, réalisant un important travail d’observation, mais n’intervenant pas au sol pour aider le CNT, pourtant déjà reconnu officiellement comme dirigeant légitime de la Libye par l’ensemble des pays participant à l’Opération.
Il faut bien comprendre par qui est régi le commandement : pour des raisons diplomatiques vis à vis de la Ligue Arabe, le président français Nicolas Sarkozy ne souhaitait pas que l’OTAN le détienne directement. Le CAOC(Combined Air Operations Center) Américain installé à  Ramstein en Allemagne travaille avec le CDAOA (commandemement de la défense aérienne et des opérations aériennes) français et son équivalent britannique installé à Northwood,UK.
Il est également intéressant de noter que les pays participant importent à eux tous 83% du pétrole Libyen(1), et que plusieurs présidents en service ont reçu Mouammar Kadhafi en visite officielle ces dernières années(2), pour des raisons toutes aussi officiellement commerciales(3). Nous pouvons également rappeler que Kadhafi est un terroriste notoire pour avoir commandité deux attentats en 1988 et 1989(4). , et que celui-ci a menaçé de révéler un lourd secret à propos du financement des campagnes de Mrs Sarkozy et Cameron dès le début de la révolution(5).
Rappelons enfin que la Suède possède les 8 seuls avions de combat impliqués dans l’opération « Unified Protector » à n’être construits ni par le français Dassault, ni par ses homologues américains (mis à part l’Italie qui dispose d’avions européens, et de quatre engins construits par Panavia, un consortium italo-britannico-allemand).
L’OTAN a effectivement fait appliquer la zone d’exclusion aérienne votée par l’ONU, et détruit beaucoup de chars de Kadhafi(6) mais d’après le général rebelle Abdel Fattah Younes, qui a donné une conférence de Presse majeure le 6 avril(7), l’Otan aurait cessé d’attaquer les forces gouvernementales. Pourtant, d’après l’UNICEF, des snipers mercenaires au service de Kadhafi tirent sur des enfants dans la ville encerclée de Misrata(8), et les combats n’ont pas cessé. On note également une nouvelle bavure de l’OTAN sur des positions rebelles(9), et il semblerait que rien ne soit fait pour aider les habitants de Misrata, encerclée et dernière ville rebelle à l’Ouest du pays.
De plus, le bombardement par des forces de l’OTAN d’une colonne de blindés rebelles près de Brega, et d’un convoi de blessés du CNT en route vers l’Hôpital d’Ajdabiyah pose de nouvelles incertitudes(10). Quel rôle l’OTAN joue-t-il vraiment dans cette crise ? Que se passe-t-il en Europe, dans les coursives des bâtiments officiels ?
Loin du feu des projecteurs, en Suède se déroule une toute autre affaire : le quotidien Dagens Nyheter réclame plus de transparence dans les comptes de Saab, spécialiste des engins motorisés suédois et fierté nationale. En effet, l’entreprise a connu des jours plus glorieux et ses caisses seraient « vides » toujours d’après le quotidien. Or des avions suédois, fabriqués par Saab, sont engagés en Libye depuis le début du conflit, sous le commandementde la Suède, et viennent de s’en remettre officiellement au commandement de l’OTAN. Pour ce pays traditionnellement neutre envers l’organisation militaire américano-européenne, il s’agit-là d’un gros changement politique(11). Et d’une bonne nouvelle pour Saab ?
D’autre part, à l’heure ou des révolutions comparables à la révolution libyenne prennent place dans de nombreux pays du Moyen-Orient, la communauté Internationale ne semble intéressée que par le cas Libyen, et tous nous connaissons la raison réelle de cet engagement. La Libye est un pays stratégique, l’une des clés de l’OPEP et un fournisseur de pétrole bien utile en période de crise énergétique. Et bien entendu comme à leur habitude, les entreprises occidentales des secteurs « stratégiques »(12) sont en première ligne pour tirer clandestinement profit de la guerre et des larmes. Outre le bénéfice évident pour Dassault, l’annonce par Total, le 21 février, que l’entreprise rapatriait ses employés fait grincer des dents, alors que 30% de la population libyenne est au chômage.
N’oublions pas que Kadhafi et ses fils disposent au total d’une fortune estimée à 87 milliards d’euros, fortune qui sert actuellement à financer les mercenaires (payés 600 dinars par cadavre) venus d’Erythrée, du Mali ou de Serbie. Et qui s’est construite sur l’argent des peuples occidentaux, sans même qu’eux soient informés que faire leur plein alimentait la Dictature.
Anofranctireur
Sources et annexes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s