La commémoration annuelle de la Nakba, la « catastrophe » qui marque pour les Palestiniens la création de l’État d’Israël en 1948, a donné lieu dimanche 15 mai à de nombreuses violences. Elle rappelle l’exode de 760 000 Palestiniens réfugiés dans les pays arabes frontaliers : Jordanie, Syrie, Liban et dans les Territoires palestiniens. Ces exilés et leurs descendants, aujourd’hui au nombre de 4,8 millions environ selon l’ONU, demandent toujours le droit de retrouver leurs terres et leurs maisons, devenues propriété israélienne.Dans la foulée des révoltes arabes et de la réconciliation entre les frères ennemis du Fatah et du Hamas, la Nakba a, cette année, fortement mobilisé les Palestiniens à travers tout le Proche-Orient. Certains groupes Facebook ont appelé à lancer une « troisième Intifada », tandis qu’un mot d’ordre encourageait les réfugiés à marcher sur les frontières israéliennes, plaçant les forces de sécurité israéliennes en état d’alerte durant tout le week-end.

Trois zones de fortes tensions aux frontières d’Israël.

Des violences ont marqué dimanche aux confins d’Israël, du Liban, de la Syrie et de la bande de Gaza pour le 63e anniversaire de la « Nakba » (catastrophe) que représente pour les Palestiniens la création de l’Etat hébreu en 1948. Ces affrontements ont fait au moins huit morts et des dizaines de blessés. Les forces israéliennes ont ouvert le feu sur des réfugiés palestiniens venus de Syrie qui voulaient franchir la clôture frontalière érigée sur les hauteurs du Golan, faisant quatre morts et plusieurs blessés, rapportent les médias israéliens. La fusillade a éclaté dans le village de Madjdal Chams, du côté de la frontière contrôlé par les Israéliens. Dolan Abou Salah, le maire du village, a précisé à la radio qu’entre 40 et 50 manifestants avaient tenté de franchir en force la clôture frontalière. Selon la télévision syrienne, ce sont quatre ressortissants syriens qui ont été tués alors qu’ils participaient à une manifestation anti-israélienne du côté syrien de la ligne de démarcation. La radio israélienne a déclaré pour sa part qu’un Syrien avait été tué et trois Israéliens avaient été blessés dans la fusillade. Il s’agit de l’incident le plus grave depuis plusieurs dizaines d’années sur cette frontière en général calme depuis l’accord de cessez-le-feu israélo-syrien de 1974.Israël a conquis sur la Syrie le plateau stratégique du Golan, qui domine le lac de Tibériade, durant la guerre des Six-Jours de juin 1967 et l’a annexé fin 1981. Cette annexion n’est pas reconnue par la communauté internationale. La Syrie, où le régime du président Bachar Al-Assad est confronté depuis deux mois à une contestation populaire sans précédent, abrite 470 000 réfugiés palestiniens.  A la frontière entre le Liban et Israël, quatre Palestiniens ont été tués par les tirs de soldats israéliens qui voulaient empêcher des manifestants de pénétrer en Israël, ont rapporté des témoins. Des soldats de l’armée libanaise avaient auparavant tiré en l’air pour tenter de contenir la foule. « C’est de la pure provocation, inspirée par les Iraniens, à nos frontières avec la Syrie et le Liban, à l’occasion de la ‘Nakba’« , a estimé un porte-parole de Tsahal.

Au sud-ouest d’Israël, à la frontière avec la bande de Gaza contrôlée depuis 2007 par les islamistes du Hamas, les tirs israéliens sur une foule qui s’approchait de la clôture de sécurité ont fait une soixantaine de blessés.

A Tel Aviv, une personne a été tuée et 17 autres ont été blessées par un camion qui a percuté plusieurs véhicules et renversé des piétons. Le conducteur, qui a été arrêté, est âgé de 22 ans et habite Kafr Kassem, village arabe du centre d’Israël, a précisé Micky Rosenfeld, porte-parole de la police. Les enquêteurs s’efforcent d’établir s’il s’agit d’un acte délibéré ou d’un accident. Selon des témoins, les collisions se sont produites sur un kilomètre.

Des jeunes rassemblés près d’un barrage israélien aux abords de Ramallah, en Cisjordanie, ont lancé des pierres en direction des militaires, qui ont riposté en tirant des balles en caoutchouc et de grenades lacrymogènes. Samedi, un Palestinien de 17 ans blessé par balle la veille lors d’une manifestation à Jérusalem avait succombé à ses blessures. Il avait été blessé dans le quartier de Silouane, haut lieu de tensions, alors que des Palestiniens lançaient des pierres en direction de policiers et de colons israéliens.

Manifestations dans toutes les régions du monde,soutien a la résistance palestinienne.

Des milliers d’Italiens ont manifesté, à Rome, contre le régime sioniste, et en guise de solidarité avec le peuple palestinien, exigeant la fin du blocus de Gaza. l’un des manifestants a affirmé avoir participé à la manifestation, en soutien à la « Flottille de la liberté I », qui doit partir, bientôt, pour Gaza, afin de briser le blocus et d’aider les Gazaouis. Un groupe de Juifs italiens, partisans de la Palestine, a, aussi, participé à la manifestation. Une femme juive a insisté: « Nous sommes des Juifs opposés à l’occupation de la Palestine qui avons participé à la manifestation, pour soutenir les Palestiniens et pour la fin du blocus de Gaza ». Les manifestants ont, également, demandé le boycott des marchandises israéliennes. La manifestation a eu lieu, dans les rues centrales de la capitale italienne, Rome.

Aussi,Des milliers d’Egyptiens se sont rassemblés, devant l’embassade israelienne ,les manifestants brandaient les drapeaux égyptien  et palestinien  ainsi  que des banderoles proclamant « Musulman.. Chrétien… Une seule main » ,des voix se sont élevées pour demander le départ immédiat de l’ambassadeur  israélien et la rupture des relations diplomatiques comme signe de solidarité  avec le peuple palestinien.les manifestation n’étaient pas limitées à l’Egypte et de Rome, mais a balayé le monde entier en Tunisie, la Jordanie, Paris et Londres et de nombreux autres pays en soutenir les Palestiniens et leur droit de retour à leurs terres usurpées.


commentaires
  1. anonycent dit :

    La reconsiliation entre Fath et Hamas et cette démonstration, c’est un bon début pour les palestiniens.

  2. hayop dit :

    Il faudrait surtout une réconciliation entre tous les hommes d’Israël et de Palestine, que tous dépose les armes. Cette recrudescence des tensions ne va pas favoriser la paix.

  3. mouha01 dit :

    oui je crois que la paix n est pas dans les mains du fatha ou du hamas ni dans celle de l extreme droite israelienne

    on a jamais vu des hommes de bonnes volonté brandir des kalasch!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s