Archives de la catégorie ‘L’actualité’

La Cour de cassation de Bahreïn a confirmé lundi de lourdes peines contre 13 dirigeants de l’opposition au risque d’alimenter le mouvement de contestation des chiites dans le petit royaume du Golfe.

Condamnés pour complot contre le régime, les treize hommes, détenus depuis près de deux ans, sont des meneurs du soulèvement dirigé par l’opposition chiite qui a secoué le pays en février 2011 avant d’être maté par la dynastie sunnite.

Il s’agit de sept opposants condamnés à la perpétuité, dont le militant des droits de l’Homme Abdel Hadi al-Khawaja qui a aussi la nationalité danoise et a mené jusqu’en mai 2012 une grève de la faim de 110 jours, et de six autres condamnés à des peines allant de cinq à quinze ans de prison.

Parmi ces derniers figure Ibrahim Chérif, le chef sunnite du groupe Waëd, une formation de la gauche laïque, qui avait joué un rôle de premier plan dans le mouvement de protestation et a écopé de cinq ans de prison.

« La Cour de cassation a confirmé toutes les peines », a indiqué un avocat de la défense.

La séance a duré quelques minutes et les condamnés n’étaient pas présents.

La police s’était déployée en force autour du siège du tribunal, devant lequel des militants de l’opposition se sont regroupés, scandant des slogans appelant à la libération des détenus, selon des témoins.

Des femmes portent le portrait de figures politiques incarcérées, le 6 janvier 2013 à Sanabis, à l’ouest de la capitale Manama La Cour de cassation de Bahreïn a confirmé lundi de lourdes peines contre 13 dirigeants de l’opposition au risque d’alimenter le mouvement de contestation des chiites dans le petit royaume du Golfe. - AFP - Mohammed al-Shaikh

Des femmes portent le portrait de figures politiques incarcérées, le 6 janvier 2013 à Sanabis, à l’ouest de la capitale Manama La Cour de cassation de Bahreïn a confirmé lundi de lourdes peines contre 13 dirigeants de l’opposition au risque d’alimenter le mouvement de contestation des chiites dans le petit royaume du Golfe. – AFP – Mohammed al-Shaikh

Après la décision de la Cour de cassation, les 13 hommes ne peuvent plus faire appel.

« Cette décision va alimenter la révolution », a réagi sur son compte Twitter cheikh Ali Salmane, chef du puissant mouvement chiite Al-Wefaq, estimant qu’une « réforme radicale » était nécessaire dans le pays.

L’opposition traditionnelle dirigée par Al-Wefaq réclame l’instauration d’une monarchie constitutionnelle, mais un collectif radical, le « Mouvement du 14 février », à l’origine des manifestations les plus violentes, appelle à la chute de la monarchie.

Le pouvoir n’a fait aucune concession de fond à l’opposition depuis l’écrasement du soulèvement, mais affirme avoir commencé à appliquer les recommandations d’une commission d’enquête indépendante sur la répression de la contestation.

Malgré la répression meurtrière des manifestations à Manama de la mi-février à la mi-mars 2011, des rassemblements continuent d’avoir lieu régulièrement dans les villages chiites autour de la capitale et donnent lieu parfois à des heurts avec les forces de sécurité.

L’opposition insiste sur le départ du Premier ministre, cheikh Khalifa ben Salmane Al-Khalifa, en poste depuis 1974 et sur la formation d’un gouvernement dirigé par un Premier ministre issu de la majorité parlementaire.

Selon la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), 80 personnes ont trouvé la mort depuis février 2011.

En décembre, Amnesty International a appelé à la libération des 13 opposants et estimé que la décision de la cour de cassation serait « un véritable test pour les autorités si elles veulent prouver qu’elles sont engagées à respecter et à protéger les droits de l’Homme ».

Un premier procès s’était ouvert en avril 2011 et les opposants avaient été condamnés en juin 2011 à des peines allant de deux ans de prison à la réclusion à perpétuité par un tribunal d’exception pour complot contre le régime.

Le 30 avril 2012, la Cour de cassation a ordonné un nouveau procès en appel.

Mais le 4 septembre, une Cour d’appel avait confirmé la perpétuité pour les opposants, parmi lesquels Hassan Mashaimaa, dirigeant du mouvement chiite Haq, Abdelwahab Hussein, chef du mouvement islamique chiite Wafa, et un autre militant du Haq, Abdeljalil al-Singace, qui souffre d’une paralysie des jambes.

Les condamnés ont été reconnus coupables de « conspiration pour renverser le gouvernement », et pour certains « d’espionnage ».

AFP

Des milliers de manifestants égyptiens continuaient d’affluer « pacifiquement » vers le palais présidentiel pour protester contre les nouveaux pouvoirs du président islamiste Morsi et le nouveau projet de Constitution. Des centaines de policiers ont été déployés autour du palais d’Al-Ittihadiya dans le quartier d’Héliopolis. Des barbelés ont également été installés à l’extérieur du site et les routes alentours ont été bloquées.

872328-387389-jpg_583675_434x276

Les manifestants ont coupé des barbelés installés par les forces de l’ordre à quelques centaines de mètres du palais pour avancer, avant que la police anti-émeutes protégeant le bâtiment ne tire de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui tentaient de s’approcher du siège de la présidence.

A9Sb_86CQAAuw9j

Manifestants devant le palais présidentiel -Caire Égype- à 19h00 heure locale

Selon des sources présidentielles, le président Morsi a quitté le pallias présidentiel après le début des affrontements entre police et manifestants.

De leur coté, huit journaux influents ont suspendu leur publication pour protester contre le nouveau projet constitutionnel, considéré par de nombreux journalistes  comme une menace pour la liberté d’expression.

Le projet de nouvelle Constitution a été adopté à la hâte vendredi dernier par les islamistes, majoritaires à l’Assemblée constituante égyptienne, sans la participation des libéraux et des chrétiens, aggravant ainsi les tensions dans le pays.

Les communications étaient coupées jeudi dans la majorité de la Syrie, notamment dans la capitale, où les autorités ont bloqué l’accès à l’aéroport international de Damas, Les Comités locaux de coordination (LCC), un important réseau de militants qui anime la contestation pacifique à travers la Syrie, ont dit « craindre que le régime criminel syrien ne prépare quelque chose ».

Des craintes confirmées car l’armée syrienne a lancé une offensive majeure au sud-est de la capitale, le long de l’autoroute menant à l’aéroport international de Damas fermée depuis le matin, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui rapporte que l’aviation bombardait les vergers bordant Damas, où la rébellion a ses bases-arrière.

Des combats, les plus violents dans la région, opposaient rebelles et soldats dans les localités de Haran al-Aouamid, Aqraba et al-Houjeira, a précisé l’ONG qui s’appuie sur un large réseau de militants. Les médias officiels ont également fait état d’opérations de l’armée dans cette zone.

AFP/OpLeakSpin

C’est le moment pour visiter la Syrie, voilà comment Anonymous a annoncé dans un communiqué publié hier le 26 novembre sur le site Par:AnoIA (Potentially Alarming Research : Anonymous Intelligence Agency) la publication d’un Gigabyte d’emails internes du ministère syrien des affaires étrangères.

Ici pour consulter le communiqué.

Par:AnoIA est une plateforme de publication de documents mise en place par Anonymous pour recueillir et héberger les fuites de données récupérées par le collectif.

Anonymous propose deux possibilités pour consulter les courriels du ministère syrien des affaires étrangères (la majorité des emails sont en arabe), la première est à travers l’Email Viewer du site et la deuxième est de télécharger l’archive compressé MBOX et de l’ouvrir avec le client mail de votre choix.

Ici pour consulter les emails (Email viewer du site Par:AnoIA).

Ici pour télécharger l’archive compressé MBOX (686mb tgz).

Salutations citoyens du monde,

Nous sommes Anonymous.

Au cours des dernières heures, le collectif a de nouveau vu que le gouvernement israélien cible et tue des civils innocents, attaque les médias et essaye d’éteindre l’internet et les systèmes de télécommunication de Gaza.

Au lieu de travailler sur un arrangement pour la paix, les gouvernements de ce monde soutiennent ‘leurs amis’. Chaque gouvernement peut commencer une guerre, mais peuvent-ils assurer la paix ?

Nous continuerons d’encourager les Gazaouis, en informant le monde sur la situation actuelle à Gaza – http://bit.ly/S8IFSw – , en les supportant à garder leur communication et en protestant en ligne contre le gouvernement d’Israël.

Documents fuités de 35000 officiels israéliens:

1 ère Partie : http://bit.ly/SOy63R

2 eme Partie : http://bit.ly/S8MA1F 

3 eme Partie: http://bit.ly/QsMt2G 

4 Partie : http://bit.ly/QsMvaE

Nous sommes Anonymous.

Nous sommes Légion.

Nous ne pardonnons pas.

Nous n’oublions pas.

Plus:

Situation/Status actuelle d’internet, des télécommunications, et compteur des morts à #Gaza | #OpIsrael: http://tmblr.co/ZNMTdvXOLg0b

Livestream: http://bit.ly/Q4slSW 

#Operation Israel Video: http://bit.ly/TejAWf 

Arabic: http://bit.ly/URumPt 

Care Package: http://bit.ly/TejON9 

Care Package v2.0: http://bit.ly/RRwHeD 

Suivez @harryfear pour Livestream & informations et @Crypt0nymous pour rester à jour à propos des sites web piratés dans le cadre de l’#OpIsrael etc.

Salutations à @Op_Israel

Ici pour consulter le message des hacktivists anons publié sur Anonpaste (en anglais) et ici en français.

Dans le cadre de l’opération Israël  lancée par les hacktivists du collectif Anonymous depuis le début des raids israéliens contre Gaza, des hackers Anons ont publié aujourd’hui des informations personnelles de 5 000 responsables israéliens, le «Dump» publié sur le site Anonpaste et qui regroupe les noms, les prénoms, les adresses émails, les adresses personnelles et les numéros de téléphone de 5000 responsables israéliens été accompagné d’un message d’avertissement adressé au gouvernement israélien.

Capture d'écran du message d'Anonymous

Capture d’écran du message d’Anonymous

Le message d’Anonymous :

Salutation, citoyens du monde

C’est Anonymous. Il a été porté à notre attention que le gouvernement israélien, avait ignoré nos avertissements répétés à propos des abus des droits de l’homme, coupé internet en Israël, maltraitait ses propres citoyens et ceux des pays voisins. Novembre 2012 va être un mois à marquer d’une pierre rouge pour les Forces de Défense d’Israël et les forces de sécurité d’internet. Gouvernement israélien, ça va tourner/tourne en cyber-guerre.

Nous Sommes Anonymous

Nous Sommes Légion

Nous Ne Pardonnons Pas

Nous N’Oublions Pas

Israël, c’est trop tard pour NOUS REDOUTER

#OpIsrael

#Anonymous

Ici pour consulter les informations des 5000 responsables israéliens divulgué par Anonymous.

Ici pour consulter le message des hacktivists anons publié sur Anonpaste (en anglais) et ici (en français -traduction proposée par un de nos lecteurs-).