Archives de la catégorie ‘#opLeakspin’

Membres groupes terroristes armés

Membres des groupes terroristes armés

Depuis avril 2012, trois groupes terroristes armés « Ansar Dine, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) » contrôlent le nord du Mali et imposent le règne de la terreur, appliquant des sanctions comme l’amputation, la flagellation et la lapidation à mort contre ceux qui contestent leur interprétation de l’islam. Ces groupes affiliés à Al-Qaïda existaient depuis plusieurs années dans les pays du Sahel, une présence « préoccupante » pour les États-Unis comme le montrent plusieurs émails de Stratfor publiés par Wikileaks.

Un de ces émails révèle que des troupes des forces spéciales américaines ont pris part le 15 juin 2009 à un raid contre une base d’Al-Qaïda près de la frontière algérienne sans l’autorisation de l’ONU, l’émail affirme que les États-Unis collabore étroitement avec le gouvernement du Mali pour neutraliser Al-Qaïda au Maghreb, le groupe terroriste le plus dangereux dans la région.

US-Mali

Les États-Unis collabore étroitement avec le Mali

Ces opérations unilatérales rendent inutile l’adoption d’une résolution autorisant le déploiement d’une force internationale au Mali afin d’en chasser les groupes terroristes qui contrôlent le nord du pays, le seul but probable de cette résolution – si on prend en considération la crise économique qui secoue les États-Unis et les pays membres de l’Union européenne – est de « légitimer » les opérations militaires au Mali afin de trouver un financement international à ces opérations.

INSIGHT – Des forces spéciales américaines au Mali pour des opérations contre Al-Qaida

Le document original du site Wikileaks est accessible ici.

Email-ID 75570
Date 2009-06-29 18:33:16
De reva.bhalla@stratfor.com
À secure@stratfor.com
Autres MessageId:<455F7485-128C-4CEA-B3C89E18D9EAC99E@stratfor.com>
PUBLICATION : background/analysis
ATTRIBUTION : N/A
DESCRIPTION DE LA SOURCE : Journaliste
FIABILITÉ DE LA SOURCE : C
CRÉDIBILITÉ DE L’ELEMENT : 3
DISTRIBUTION SUGGÉRÉE :
TRAITEMENT SPÉCIAL : N/A

Ma source dit : des forces spéciales américaines ont pris part à l’attaque récente de l’armée malienne contre une base d’Al-Qaïda près de la frontière algérienne. Le raid a résulté l’élimination d’environ 30 militants d’Al-Qaïda. Les États-Unis collabore étroitement avec le Mali pour neutraliser Al-Qaïda au Maghreb (Afrique du Nord), qui est actuellement l’organisation islamiste la plus dangereuse dans la région.

Stratfor

Le 25 janvier 2010, un Boeing 737 de la compagnie Ethiopian airlines (vol ET-409 Beyrouth/Addis Abeba) s’est abîmé en mer quelques minutes après son décollage, en pleine tempête, de l’aéroport de Beyrouth, à 02h30 locales (00h30 GMT), avec 90 personnes à bord, dont 54 libanais. Aucun survivant n’a été retrouvé.

Un homme inspecte les debris du crash de l'avion d'ethiopian airlines sur une plage de la cote libanaise le 25 janvier 2010

Un homme inspecte les debris du crash de l’avion d’ethiopian airlines sur une plage de la cote libanaise le 25 janvier 2010

Trois jours après le crash, les boites noires de l’appareil ont été localisées à environ 10 kilomètres à l’ouest de l’aéroport, selon le rapport final et officiel de l’enquête, le crash est dû à une erreur de pilotage, les conclusions de ce rapport ont été rejetées par la compagnie éthiopienne. La compagnie a affirmé dans un communiqué signé par son vice-président des opérations de vol, Desta Zeru et réalisé sur la base de témoins visuels, qu’un sabotage, foudre ou tirs pouvaient être à l’origine du crash, car l’avion s’est désintégrée en vol à cause d’une explosion.

Cette hypothèse est confirmée par un des émails de Stratfor – récupérés par les hackers d’Antisec et publiés par Wikileaks -, l’email avec l’ID 85813, échangé entre Antonia Colibasanu et le service des analyses de la société le 10 février 2010 révèle que les services de renseignement militaire libanais ont estimé que l’avion était sabotée par le Mossad, la source interrogée par Antonia Colibasanu (une source fiable et travaille pour les services de renseignement militaire libanais) a affirmé que le Mossad avait saboté l’avion pour assassiner le cousin de Hassan Nasrallah Hashim Saifeddine, car il croyait que ce dernier figurait parmi les passagers de l’avion.

INSIGHT – Plus d’informations sur le crash de l’avion éthiopien et l’histoire de sabotage

Le document original du site Wikileaks est accessible ici.

Email-ID 85813
Date 2010-2-10 16:40:01
De colibasanu@stratfor.com
À analysts@stratfor.com
Listname mailto:analysts@stratfor.com

PUBLICATION: background/analysis

ATTRIBUTION: Source de STRATFOR

DESCRIPTION DE LA SOURCE: Renseignement militaire libanais

FIABILITÉ DE LA SOURCE: B

CREDIBILITÉ DE L’ELÉMENT: 3

DISTRIBUTION SUGGÉRÉ: analystes

GESTIONNAIRE DE SOURCE: Reva

** Il se passe quelques choses de plus ici que l’histoire d’erreur de pilotage. Cette source était fiable dans le passé.

L’analyse initiale de la boite noire récupérée du jet éthiopien n’a pas montré une erreur de pilotage, comme suggéré précédemment par les médias libanais. La communauté des services de renseignement libanais estime que l’avion a été sabotée par le Mossad. À son avis, c’était la première frappe dans la prochaine guerre entre Israël et le Hezbollah. Il dit que les israéliens ont agi selon une fausse croyance que le cousin de Hassan Nasrallah Hashim Saifeddine figurait parmi les passagers de l’avion.

Saifeddine est largement considéré comme le vrai homme numéro deux du Hezbollah. Ma source dit qu’il semble que les israéliens veulent se débarrasser des têtes du Hezbollah avant la guerre, afin qu’ils puissent perturber ses commandes et démoraliser ses subordonnés.

Les libanais sont confrontés à un dilemme. Ils ne peuvent pas admettre que la bombe a été plantée dans l’avion à l’aéroport de Beyrouth, car ça révèle l’ampleur du laxisme de la sécurité. Quand j’ai parlé à la source à ce sujet, il m’a rappelé le cas du crash d’Egyptair en Amérique du Nord en 1999. Les autorités égyptiennes n’ont pas permis aux États-Unis de révéler publiquement le résultat de l’enquête qui signalait un crash suicidaire du pilote Al-Battuti.

31Octobre 1999 : vol 990 Egyptair, un Boeing 767 de la compagnie Egyptair s’abîme en mer au large de la côte est des États-Unis avec 217 personnes à bord. Peu après le décollage de New York, le deuxième copilote demande avec insistance à remplacer le premier copilote avant l’heure prévue puis, peu après, le commandant de bord l’aurait laissé seul au poste de pilotage. Ce dernier aurait alors volontairement coupé le pilote automatique et prononcé plusieurs fois « I rely on God (je m’en remets à Dieu) ». Lorsque le commandant de bord parvient enfin à revenir dans le cockpit, il rattrape l’appareil qui descendait en piqué, mais le copilote avait coupé les moteurs. Le Boeing fait une chute de 33 000 pieds (environ 10 000 m) en 83 secondes puis est pulvérisé à la surface de la mer. Il n’y a pas de survivant. Un défaut des rivets de la gouverne de profondeur est attesté (des modifications ont dû être réalisées sur plusieurs appareils en service) mais il n’expliquerait pas tout. L’hypothèse du suicide du copilote est retenue par le bureau américain d’enquête et contestée par la partie égyptienne. Ce suicide pourrait être lié à l’interdiction pour le copilote de retourner à nouveau aux États Unis, interdiction prononcée la veille par le chef pilote à la suite d’une affaire de mœurs, la frustration du copilote de n’avoir jamais été promu commandant de bord à quelques mois de sa fin de carrière est également avancée.

Source

L’avion s’est explosé en plein vol. Une erreur de pilotage aurait provoqué une perte de l’équilibre et un crash en mer. Veuillez noter que le mot « une possible erreur de pilotage » a refait surface juste après que le ministre de la santé parlait d’une explosion. Tard, il a dû émettre une clarification que l’explosion n’était pas nécessairement le résultat d’une action militaire. Notez qu’il a utilisé «nécessairement» alors qu’il pouvait simplement l’exclure. Le ministre de la santé a apparemment perdu son sang froid et a mentionné «explosion» quand un des proches des passagers provoquait des troubles et insistait de voir les corps des morts. Il leur a dit qu’il y avait pas de corps, mais seulement des morceaux de chair.

Le lundi 27 février, Wikileaks a lancé la publication des « Global Intelligence Files » (petits papiers du renseignement mondial), plus de cinq millions d’emails de la société de renseignement privée Stratfor, basée au Texas. Les emails – saisis par des hackers du collectif Anonymous le 24 décembre 2011 – couvrent une période allant de juillet 2004 à fin décembre 2011. L’équipe du blog de l’opération Leakspin est parvenue à dénombrer quelque milliers emails ayant pour objet l’Algérie parmi les cinq millions récupérés.

La traduction intégrale de l’email ayant l’ID 1132443, daté du 23 février 2011 et échangé entre Reva Bhalla, la directrice des analyses chez Stratfor (ici pour consulter son profil sur le réseau LinkedIn) et le service des analyses de la même firme nous confirme les rumeurs qui circulent en Algérie d’une éventuelle guerre silencieuse entre le clan du président de la république Abdelaziz Bouteflika et le clan du tout-puissant patron du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), le général Mohamed Mediene, dit « Tawfic ».

L’email qui représente le témoignage d’un diplomate algérien, une source crédible selon Stratfor (FIABILITÉ DE LA SOURCE: C – L’importance de la source se classe entre des notes allant de A à F, la note A représentant la source la plus fiable et la note F la source la moins fiable – / CRÉDIBILITÉ DE L’ÉLÉMENT: 3 – La crédibilité de l’information se classe entre des notes allant de 1 à 10, la note 1 représentant l’information la plus crédible et la note 10 l’information la moins crédible -) révèle que le vrai combat n’est pas entre  Mediene, le général affaibli par la maladie et Abdulaziz Bouteflika, mais entre Mediene et le jeune frère du président Said.

Saeed Bouteflika au volant a coté de son frère le président Abdelaziz

Saeed Bouteflika au volant a coté de son frère le président Abdelaziz

INSIGHT – ALGERIE – Maintenant le chef des renseignements est sur la défensive?

Le document original du site Wikileaks est accessible ici.

Email-ID                    1132443
Date 2011-02-23 19:00:25
De bhalla@stratfor.com
A analysts@stratfor.com                                                                                                                        

– –

PUBLICATION: Pour analyse
ATTRIBUTION: STRATFOR source
SOURCE DESCRIPTION: Diplomate algérien
FIABILITÉ DE LA SOURCE: C
CRÉDIBILITÉ DE L’ÉLÉMENT: 3
DISTRIBUTION: Analystes
GESTIONNAIRE DE SOURCE: Reva

– –

** Michael Harris a pris les devants dans ce qui suit pour récupérer quelques parties du background de ces mecs pour une mise à jour. Élément clé pour expliquer la désescalade des protestations en Algérie et nous avons besoin de déterminer avec précision quand les syndicats se sont retirés.

Le général Mohammad Mediene, souvent surnommé général Tawfic, est gravement malade et succombe au diabète et à la vieillesse. Il (La source -le diplomate algérien-) dit que le vrai combat n’est pas entre le président Abdulaziz Bouteflika et Mediene. Mais il est entre Mediene et le frère du président Saeed, qui semble prédominant contre Mediene. Ce dernier a été encore affaibli par la mort de son ami le général Al-Ammari qui était en charge des opérations des services de renseignement algériens. Saeed est en train de préparer son ami le général Fawzi pour remplacer Tawfic (Mediene) le plutôt possible. Saeed, qui contrôle pratiquement tout en Algérie, a convaincu les syndicats de se dissocier des mouvements de protestation.

– –

Stratfor

Le lundi 27 février, Wikileaks a lancé la publication des « Global Intelligence Files » (petits papiers du renseignement mondial), plus de 5 millions d’emails de la société de renseignement privée Stratfor, basée au Texas. Les emails couvrent une période allant de juillet 2004 à fin décembre 2011. Ils révèlent le fonctionnement interne d’une entreprise qui annonce être un service de renseignement privé, mais qui fournit des services de renseignement confidentiels à de grandes entreprises, comme Dow Chemical Corporation à Bhopal (Inde), Lokheed Martin, Northrop Grumman, Raytheon, ainsi qu’à des agences gouvernementales, telles que le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis (DHS), les « Marines » et l’Agence du renseignement pour la défense (DIA). Les emails dévoilent le réseau d’informateurs de Stratfor, sa structure de financement, les techniques de blanchiment d’argent et les méthodes psychologiques employées.

[alpha] INSIGHT – LIBYE/ALGERIE – Q (Qaddafi) a cherché refuge en Algérie – ME1

L’email ayant l’ID 120909 rendu public ce lundi 24 juillet 2012 par wikileaks, daté du premier septembre 2011 et échangé entre l’Officier de contrôle (Watch officer) Ben Preisler (ici pour consulter le profil de Ben Preisler sur le réseau LinkedIn) et les services de la société de renseignement privée Stratfor reflète un peu de lumière sur les derniers jours du dictateur libyen déchu, Mouammar Qaddafi.

Bouteflika a coté du dictateur Libyen déchu Mouammar Qaddafi

Bouteflika a coté du dictateur Libyen déchu Mouammar Qaddafi

Selon des informations recueillies par un des agents de Stratfor auprès d’un diplomate algérien, le guide libyen Mouammar Qaddafi a tenté de trouver refuge en Algérie, l’email daté du 1 septembre 2011, soit deux jours après l’arrivée de la famille Qaddafi en Algérie nous révèle que le président algérien abdelaziz Bouteflika a refusé de répondre aux appels répétés de Qaddafi, la source diplomatique algérienne avait affirmé aussi que les services de renseignements algériens ont localisé l’emplacement du guide libyen et ils l’ont transmis à l’intelligence britannique, cette information a permet à des unités spéciales britanniques de l’attraper et de l’exécuter.

Le document original du site Wikileaks est accessible ici.

Email-ID 120909
Date 2011-09-01 17:07:49
De ben.preisler@stratfor.com
A alpha@stratfor.com
Liste-Nom alpha@stratfor.com
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
SOURCE : Sous-source via ME1 (Middle East 1)
ATTRIBUTION: STRATFOR source
SOURCE DESCRIPTION: Diplomate algérien via ME1
PUBLICATION: Oui
FIABILITÉ DE LA SOURCE: C
CRÉDIBILITÉ DE L’ÉLÉMENT: Pourrait être un cover-up (un camouflage) puisque l’Algérie été sous pression pour avoir soutenue Q (Qaddafi)
TRAITEMENT SPÉCIAL : Alpha
GESTIONNAIRE DE SOURCE : Reva
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

La source confirme les informations sur les tentatives de Mouammar Qaddafi a cherché refuge en Algérie. Le président algérien abdulaziz Boutafliqa a refusé de répondre aux appels répétés de Qaddafi. La fille et la première épouse de Qaddafi ont été autorisés à rentrer en Algérie après que le conseil provisoire libyen avait renoncé à son opposition à l’affaire. Les services de renseignement algériens ont déterminé la localisation du Qaddafi dans la ville de Bani Walid, qui se trouve à environ 100 miles (160 kilomètres) au sud-ouest de Tripoli. Il (le diplomate algérien) a dit que les Algériens ont transmis l’information à l’intelligence britannique. La tâche de chasser Qaddafi a été confiée à des unités spéciales britanniques. Il est convaincu que les britanniques finirons par l’attraper (Qaddafi).

Qaddafi sera abattu tôt ou tard. Ce qui est important maintenant est la sécurité des anciens de la tribu Warfala (une tribu libyenne) qui fournit un sanctuaire au Qaddafi. Le problème avec Warfala devra être résolu pacifiquement, car c’est la plus grande tribu au Libye et aussi parce que beaucoup de ses jeunes ont combattu aux côtés des forces du Conseil provisoire. L’Algérie a un intérêt direct dans l’élimination du Qaddafi afin de l’empêcher de s’allier avec Al-Qaeda au Maghreb.


Benjamin Preisler
+216 22 73 23 19

25 Palestiniens entre membres du groupe  armé le « Jihad islamique » et de civils, dont un enfant de 12 ans, ont été tués à Gaza dans des raids israéliens depuis ce vendredi le 9 mars. Cette escalade de violence s’est déclenchée après l’assassinat du chef du « Jihad islamique » et ce dernier a riposté par le tir de près de 100 roquettes contre l’état d’Israël.

De la fumée s'élève au-dessus de la ville de Gaza, après un raid aérien samedi. Crédits photo : Hatem Moussa/AP

De la fumée s’élève au-dessus de la ville de Gaza, après un raid aérien samedi. Crédits photo : Hatem Moussa/AP

Ce n’est pas la première fois que l’armée ou les services secrets israéliens ont recours à ce genre d’opération très controversée, les services secrets israéliens, « Le Mossad », est connu pour ses opérations clandestines à travers le monde, l’assassinat de Mahmoud Al-Mabhouh, membre des groupes armé palestiniens Ezzedine al Qassam, le bras armé du Hamas à Dubaï, est un coup qui a fait la une des médias internationaux le 20 janvier 2010.

La police de Dubai -UAE- après une enquête profonde a publié cette vidéo, « CCTV footage : The assassination of Mahmoud al Mabhouh in Dubai » en 2010 qui montre comment des agents israéliens secrets ont traqué Al Mabhouh pour le torturer et l’assassiner dans une chambre d’hôtel à Dubai.

Même s’il n’y a pas de preuve, l’Iran n’a pas hésité à accuser le Mossad des récents assassinats contre des savants iraniens.

INSIGHT – Israel – assassinat d’Imad Mughniyeh – IL1

L’email ayant l’ID 66013 rendu public le 13 mars 2012 et daté du 21 février 2008, échangé entre Reva Bhalla, la directrice des analyses de Stratfor et le service de renseignement de la même compagnie, nous présente le rapport élaboré par une source israélienne qui travaille pour le compte de Stratfor sur l’assassinat d’Imad Mughniyeh, un des piliers du Hezbollah, le 12 février 2008 à Damas en Syrie.

Le document original du site Wikileaks est accessible ici.

Email-ID 66013
Date 2008-02-21 22:00:39
De bhalla@stratfor.com
A intelligence@stratfor.com

PUBLICATION: Pour usage Background/Analyse

ATTRIBUTION : Source israélienne (connecté)

Fiabilité de la source: B

Elément de crédibilité: 2

TRAITEMENT SPÉCIAL: N / A

Imad Mughniyeh

Imad Mughniyeh

Sur l’assassinat d’Imad Mughniyeh:

Définir M.O. du Mossad. C’était une attaque très élégante. Comme l’a montré des images, la voiture était encore largement intacte, l’explosion contrôlée s’était concentrée sur l’appuie-tête.

Le Mossad ne revendique jamais les assassinats. La seule fois où ils l’ont revendiqué, c’était pour l’assassinat d’Ali Hassan Salameh (Une des rares fois où Israèl agit sans notifier les U.S. (états unis), et les U.S. qui étaient bourrés parce qu’il été une liaison de la CIA).

Certainement les U.S savaient pour l’assassinat, le commentaire du département d’état le reflète.

Je crois vraiment que le Mossad avait traqué IM (Imad Mughniyeh) pendant un certain temps. Ce petit éditorial s’est montré le lendemain de l’assassinat dans haaretz (un journal Israélien) parle d’un point de vue opérationnel sur comment vous vous attacher à quelqu’un que vous suiviez et ce sentiment bizarre de tristesse quand il est éliminé parce que vous avez suivi tous ses mouvements et pendant si longtemps. Ne peut être compris que d’un point de vue opérationnel.

Il était un grand atout pour le Mossad de le suivre, mais difficile de comprendre pourquoi il l’a assassiné aujourd’hui. Peut-être que l’assassinat est liée à une volonté de la part des États-Unis d’exercer une pression sur l’Iran à ce point ou une bonne occasion se présentait. Mossad savait qu’il a été réactivé pendant un certain temps maintenant… il a été suivi pendant un certain temps.

Comment l’opération s’est probablement réalisée :

Photo de l'attentat

Photo de l’attentat

Le Mossad travaille en équipes modulaires. Cette opération nécessite beaucoup plus de trois personnes seulement, mais vous n’avez jamais ait besoin d’un grand nombre de personnes dans le pays au moment de l’attaque, vous avez une personne pour la surveillance, le récupéré, envoyer une autre personne pour acquérir les explosifs, le récupéré, envoyé un fabricant de bombe et le récupéré, etc. Ce n’est pas clair s’ils avaient quelqu’un dans le pays au moment de l’attaque .. ne serez pas surpris si la bombe était déclenchée par un signal sat -satellitaire- (ma note – peut-être ma théorie de ping d’un téléphone cellulaire est vrai ?). En outre, toute personne, qui travaillait avec eux dans le pays au moment de l’attaque était probablement une recrue arabe (probablement pourquoi la Syrie et l’Iran estiment l’implication d’un régime arabe dans cet assassinat). ….

IM (Imad Mughniyeh) était un atout majeur et était actif. Il était capable de survivre pendant si longtemps parce qu’il a été si étroitement protégé par les Iraniens. Quand je dis il était actif, je ne dis pas qu’il était un opérateur directement impliqué dans toute la formation, etc. Il était un stratège, ils l’appelaient leur chef d’état-major. Et vous grossissez lorsque vous êtes assis à Téhéran comme chef d’état-major. C’est la nature du biz.

Les représailles viendront. Ce n’est pas une question de si, mais de quand. Sera beaucoup plus comme l’attaque de Buenos Aires – opération outre-mer, secrète. Et ça sera une opération importante. Le Hezbollah a des agents actifs à l’étranger pour tirer cela au large et n’oubliez pas lors de l’attaque de BA – Buenos Aires-, que les Iraniens ont réussi à corrompre les responsables de la sécurité argentins et l’équipe d’enquête.

Israël est militairement prête pour une autre guerre. Ashkenazi a fait un travail phénoménal au cours de l’année écoulée dans la réforme du système.. C’est vraiment incroyable. Il est un Golani – qui signifie qu’il est un hardcore. Nous avons des blagues en Israël que les Brigades Golani sont ceux qui mangent la saleté et qui sont les plus strictes …Ashekenazi est sérieux à ce sujet et il n’a pas donnée d’interview.

En outre, Meir Dagan a totalement transformé le Mossad. Il est venu et il a littéralement fermé le département des recherches du Mossad. Il a dit que je ne veux plus de documents académiques, tous se focalisent sur les opérations. Ce coup de Mughniyeh était son bébé. Ce n’est pas une coïncidence que Olmert a étendue le mandat de Dagan jusqu’à 2009 pour la première fois juste après le succès du coup IM (Imad Mughniyeh).

L’ego d’Israël était grièvement meurtri par la guerre avec le Hezbollah et cet assassinat ainsi que la frappe aérienne en Syrie est une façon d’Israël de revenir et de montrer qu’ils sont encore forts. Cela aide aussi le capital politique d’Olmert dont il a besoin. C’est le genre d’action que nous allons voir d’Israël – autres opérations de ce genre.

Israël ne veut pas une autre guerre avec le Hezbollah maintenant. Ils n’essayent pas de les pousser vers une autre guerre aussi. Le « focus » est mis sur les opérations secrètes. Il est hors de la question qu’Israël essayera de répéter la guerre de 1982 au Liban. Ce fut le Vietnam d’Israël. Israël est absolument sensible aux victimes militaires, plus que les États-Unis. C’est ce que le rapport Winograd avait pour sujet – On note qu’il n’a pas parlé des victimes civiles, ça parlait que des victimes militaires et si leurs vies valaient la peine pour lancer une opération terrestre …. c’est ancré dans la psyché israélienne. Israël ne sera pas pour une guerre dont les victimes humaines seront élevés. Même durant la guerre du Liban, c’était vrai.

Concernant le  Hamas ..

Les canaux de communication indirects « Backchannels » entre Israël et le Hamas sont en cours. L’Égypte est le principal canal (principalement Omar Suleiman). Barak ne sait pas quoi faire encore au sujet de la bande de Gaza. On ne parle même pas de réoccupation, mais c’est toujours une situation de désordre. La bombe qui s’est explosé à Dimona venait d’Hébron ; ironiquement, des militants pacifistes israéliens ont réussi à stopper la construction de mur à l’endroit où le kamikaze est passé.

L'impact d'un Qassam sur la ville de Sderot

L’impact d’un Qassam sur la ville de Sderot

Beaucoup de pression politique s’exercent sur Olmert pour faire quelques choses au sujet de Gaza. Les familles de Sderot ont de l’influence. Les roquettes Qassams sont beaucoup plus une arme psychologique qu’autres choses, ils ne causent pas beaucoup de dégâts. Mais l’effet politique ne peut être sous-estimé.

– –

Stratfor

Le lundi 27 février, Wikileaks a lancé la publication des « Global Intelligence Files » (petits papiers du renseignement mondial), plus de 5 millions d’emails de la société de renseignement privée Stratfor, basée au Texas. Les emails couvrent une période allant de juillet 2004 à fin décembre 2011. Ils révèlent le fonctionnement interne d’une entreprise qui annonce être un service de renseignement privé, mais qui fournit des services de renseignement confidentiels à de grandes entreprises, comme Dow Chemical Corporation à Bhopal (Inde), Lokheed Martin, Northrop Grumman, Raytheon, ainsi qu’à des agences gouvernementales, telles que le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis (DHS), les « Marines » et l’Agence du renseignement pour la défense (DIA). Les emails dévoilent le réseau d’informateurs de Stratfor, sa structure de financement, les techniques de blanchiment d’argent et les méthodes psychologiques employées.

#The GIFiles : Re: Anonymous

L’email ayant l’ID 1624947, échangé le 24 octobre 2011 entre le vice président de Stratfor,  Fred Burton et le CTO (directeur technique) de la même compagnie Frank Ginac nous montre qu’ils savaient que les serveurs de Stratfor, « très mal sécurisés selon Frank Ginac » peuvent être attaqués par Anonymous deux mois avant l’attaque.

Stratfor qui s’intéressait beaucoup à Anonymous, « comme le montrent les emails publiés par Wikileaks dans le cadre du #GIFiles », été préoccupée de l’impact d’une éventuelle cyber attaque lancée par Anonymous contre les serveurs de la société sur leur business.

Le document original du site Wikileaks est accessible Ici.

Email-ID 1624947
Date 2011-10-24 21:16:31
De burton@stratfor.com
A burton@stratfor.com, stewart@stratfor.com, sean.noonan@stratfor.com, colby.martin@stratfor.com

Fred Burton : vice-président de Stratfor.

Frank Ginac : CTO (chief technology officer) chez Stratfor.

Sean Noonan : Analyste tactique chez Stratfor.

Eh bien, ma préoccupation serait alors s’ils peuvent volé d’une certaine façon les données des cartes de crédit de nos clients. Si cela se produit, cela nous enterrera. Peu de gens s’intéresseraient à notre site web si le coup se produit.

Envoyé via BlackBerry par AT&T

———————————————————————-

———————————————————————-

De: Sean Noonan

Date: Lundi 24 Octobre 2011 14:03:02 -0500 (CDT)

Cc: ; Colby Martin

Sujet : Re: Anonymous

Je ne suis pas sure si les Anonymous ne  s’intéresseraient jamais à nous, mais s’ils le faisaient, ils seraient des facteurs de dix plus susceptibles de mener à bien une attaque par déni de servis distribué « DDOS » contre notre site Web que les Chinois ou les Russes.

Le 10/24/11 2:01 PM, scott stewart a écrit:

Nous allons certainement y réfléchir, mais nous ne devrions pas être plus effrayés de ces gars-là quand nous sommes des Chinois ou des Russes.

Le 10/24/11 2:56 PM, « burton@stratfor.com » a écrit:

Nous devrons penser à ce que nous faisons afin de ne pas être attaqué.

——Message Originale——

De: Frank Ginac

A: Fred Burton {6}

Cc: Scott Stewart

Sujet: Re: Anonymous

Envoyé le: Octobre 24, 2011 1:53 PM

Nous n’avons pas déployé des nouvelles mesures de sécurité cybernétique à la co-lo (« co-lo », autrement dit un centre de colocation est un centre de données). En bref, Nous ne sommes pas mieux préparés aujourd’hui que le mois passé.

——Message Originale——

De: « Fred Burton »

A: « Frank Ginac »

Cc: « Scott Stewart »

Envoyé le: Lundi 24 Octobre 2011, 2011 11:35:24 AM

Sujet: Anonymous

Frank, des gens sont entrains de rassembler des parties des analyses sur le groupe Anonymous de ce que je comprend que ça concernera ce qui c’est passé au Mexique. Sommes-nous capables de nous défendre de l’espace IT (Information Technology, « Technologies de l’information et de la communication ») si nous publierons quelques choses qu’ils n’aiment pas? Merci, Fred

Envoyé via BlackBerry par AT&T

Sean Noonan

Tactical Analyst

Office: +1 512-279-9479

Mobile: +1 512-758-5967

Strategic Forecasting, Inc.

http://www.stratfor.com