Articles Tagués ‘Al-Khalifa’

Le groupe de musique punk anti-flag chantait « you can kill a protester but you can’t kill the protest« . Ce titre illustre parfaitement la situation du Bahreïn. Il suffit de regarder les informations récentes pour voir l’ampleur de la répression au Bahreïn de ces derniers jours sur le site du Bahrain center for human rights: deux parlementaires d’opposition devant le tribunal accusés d’avoir « répandu des mensonges calomnieux pour renverser la monarchie », une jeune fille de 20 ans pour avoir lu un poème critiquant le roi lors d’une manifestation et un cyber-activiste qui publiait des images et des vidéos des manifestations sur twitter et facebook.

photo d'une manifestation au Bahreïn

photo d'une manifestation au Bahreïn le 26 février, photo de pan-african news

Pourtant, le mouvement de contestation au Bahreïn n’est pas mort. A l’appel du principal parti d’opposition, le Wefaq qui est d’obédience chiite, 10 000 personnes ont manifesté à Manama (la capitale du Bahreïn) samedi pour protester contre la répression sanglante du roi sunnite Al-Khalifa. Le rassemblement a cependant rassemblé toute l’opposition et le secrétaire général du Wefaq, le sheikh Ali Salman, a appelé à l’union entre Sunnites et Chiites. Bien que l’état d’urgence ait été levé le premier juin, il reste très difficile de manifester au Bahreïn. Des mouvements de protestation sporadiques éclatent encore régulièrement dans les quartiers bahreïnis selon le BHCR.

Les Anglophones peuvent voir le très bon reportage d’Al-Jazeera sur le rassemblement de samedi sur youtube.

On a surtout parlé de la répression policière de l’Etat du Bahreïn dans les articles publiés sur ce blog. Nous avons écrit longuement sur les exactions commises par les policiers qui s’en prennent aux civils et attaquent les hôpitaux.  Cependant, n’ont jamais été évoqué les sanctions financières prises contre les opposants. Non content de réprimer dans la violence la plus brutale les manifestations d’opposition, la monarchie des Al-Khalifa essaie aussi d’affamer ses opposants.

Fin Mars, 40 étudiants se sont vus supprimés leur bourse d’études à l’étranger pour avoir participé à des manifestations, ce qui représentent 10% des effectifs des boursiers étudiant à l’étranger (source: gulf news). Selon, le ministre de l’éducation du Bahreïn, Nabeel Al Assoumi,  les étudiants ont « sali la réputation du Bahreïn ». Dans ce cas là, M Assoumi ferait mieux de regarder vers les policiers qui font beaucoup plus de mal à l’image du Bahreïn par leurs actes de torture que quelques étudiants boursiers qui manifestent. La répression est très forte dans la communauté éducative. Un syndicat d’enseignants a été dissous et son président arrêté. L’université du Bahraïn a annoncé avoir exclu un doyen, sept professeurs et 25 administrateurs pour des actes de vandalisme. Ils viennent s’ajouter aux 62 étudiants déjà exclus par l’université (source: gulf news)

Les salariés font aussi les frais des sanctions financières. 565 salariés de 16 grandes entreprises et de ministères ont été licencié officiellement pour absentéisme dans des conditions fort douteuses comme l’explique le christian science monitor. Les procédures de licenciement ont visé essentiellement les Chiites de manière arbitraire. Certains salariés licenciés étaient restés à la maison pendant le plus fort des manifestations sous les conseils de leur entreprise. De retour au travail, ils constatent que leurs badges pour passer la porte d’entrée ne marchent plus et se font expulsés par les gardes qui ont repris leurs badges. Certains ont été exclus directement pour avoir manifesté, ce qui est une violation manifeste de la liberté d’expression.

Le directeur du Bureau International du Travail (BIT) à l’ONU, Juan Somivia, s’en est même ému dans une lettre au au premier ministre du Bahreïn qu’il somme de prendre des actions pour que les salariés n’aient pas à faire face à « des traitements, dégradants, injustes, sans raison valable parce qu’ils ont exprimé leurs droits légitimes conformément aux principes de liberté d’association« .

L’Etat du Bahreïn mène une véritable politique d’épuration

30 médecins et des infirmiers ont aussi été mis à la porte pour avoir soigné des manifestants blessés. Tabasser les patients et les soignants n’est pas suffisant pour la monarchie des Al-Khalifa (voir l’article sur les hôpitaux du Bahreïn) qui a aussi dissous le bureau de l’ordre des médecins au Bahreïn (source: gulf news).

Tous les milieux sont sujets à la politique d’épuration du gouvernement. Même les sportifs de haut niveau n’échappent pas à la chasse au sorcière. 12 joueurs et 3 officiels ont été renvoyés de la ligue de football bahreïnie. Cette liste inclut deux frères, Ala et Mohammad Hubail, membres de l’équipe national de football bahreïnie. Espérons que les institutions sportives, prompts à condamner les ingérences politiques dans les affaires sportives, réagissent.

A'al Ahmed Hubail, footballer

A'ala Ahmed Hubail, attaquant de l'équipe de football du Bahreïn depuis 2003, meilleur buteur de la coupe d'Asie en 2004. Il a été renvoyé de l'équipe pour avoir participé à des manifestations, place la perle

Dans tous les cas, ces licenciements expéditifs entrent en violation avec le droit à la liberté d’expression et d’association des travailleurs défini par l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Un travail est un citoyen comme un autre et n’a pas à être sanctionné pour ses opinions.

La communauté internationale obnubilée par l’Iran

Il est malheureux que la communauté internationale se concentre sur la menace iranienne alors qu’actuellement, ce sont l’Arabie Saoudite et le Bahreïn, qui par leur politique particulièrement répressive envers la communauté chiite, exacerbent les tensions religieuses. Le ministre de la défense Robert Gates n’a pas évoqué l’intervention militaire du Conseil de la Coopération du Golf (GCC) avec le roi d’Arabie Saoudite, Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud. Non, il préféré discuter de la menace iranienne et surtout d’un contrat de ventes d’armes à hauteur de 60 milliards de dollar (source: bloomberg.com). Les Etats-Unis ont de très gros intérêts dans la péninsule arabique.

Comme vous avez pu le constater, quelques médias anglophones évoquent la situation au Bahreïn. Malheureusement, le sujet reste cantonné dans les pages de la presse écrite ou les émissions politiques. Un groupe facebook s’est même créé pour demander à la célèbre présentatrice de télévision Oprah Winphrey d’évoquer les violations des droits de l’Homme commises au Bahreïn.

Les Etats-Unis sont les seuls à pouvoir mettre fin aux exactions commises au Bahreïn par leur influence qui est décisive. Le double jeu de la communauté internationale et en particulier des pays occidentaux est dangereux car il donne du grain à moudre à leurs détracteurs parmi lesquels on retrouve le gouvernement des mollahs iraniens.

L’armée saoudienne déployé au Bahreïn dans le cadre du Conseil de la Coopération du Golf (Gulf Cooperation Council, GCC) s’est montrée décidé à appliquer son mandat d’intervention en tirant sur les foules de manifestant. Cliquez ici pour voir l’article précédent sur l’intervention militaire saoudienne et les raisons de la colère au Bahreïn.

logo gcc

Le Gulf Cooperation Council (Conseil de Coopération du Golf) est une organisation régionale qui comprend l'Arabie Saoudite, le Bahreïn, le Koweït, le Quatar et l'Oman. Le GCC a été créé en 1981 sous la pression des Américains, initialement pour contrer l'influence du baathisme irakien et du régime islamiste iranien. Le GCC est avant tout une organisation économique et sociale mais elle prévoit une intervention militaire en cas d'agression étrangère.

Dans cette vidéo prise le 16 mars, on voit des soldats saoudiens tirer sur la foule.

Il n’y a pas de bilan précis mais on peut affirmer avec certitude qu’il y a plusieurs morts par jour. Les forces de l’ordre bahreïnies continuent d’attaquer les hôpitaux et de rouer de coup les équipes médicales. Aujourd’hui, l’hôpital de Salmanya a été attaqué, le récit de l’attaque est tout simplement édifiant:

L’armée prend de force tous les citoyens blessés admis dans les services de chirurgie, un par un, des ambulances ver l’hôpital des forces de défense bahreïnies (Bahrein Defence Forces, BDF). Ils prennent leurs dossiers et notes des services ,effaçant toues les informations des ordinateurs. Ils ont menacé les infirmières expatriées pour qu’elles se taisent. Ils ont fermé un des accès vers les ascenseurs du bâtiment qui mènent aux services de chirurgie et d’orthopédie. Le seul accès au bâtiment est contrôlé par des gardes armés qui ne laissent passer les gens qu’après une fouille minutieuse. L’atmosphère dans l’hôpital est effrayante et peu sûre d’après ce que m’ont raconté les médecins et les infirmiers. Nous pensons tous que demain quelques ONG viendront visiter l’hôpital de Salmaniya pour voir les citoyens blessés. Du coup, ils essaient de dissimuler les preuves en transférant les patients vers l’hôpital des BDF et en cachant/ ou en effaçant toutes les notes. S’il vous laît, appelez toutes les ONG pour qu’elle soient au courant de ce qui se passe. Il est probable que le croissant rouge du Koweït, la croix rouge ou d’autres viendront. Nous sommes surs qu’ils [les forces armées du Bahreïn] ne laisseront personne d’honnête joindre ces gens là pour leur raconter la situation.

Le déménagement d’un hôpital est une opération délicate qui nécessite plusieurs semaines de préparation et un arrêt progressif de l’activité dans les services. Déplacer brutalement des blessés graves dans la plus grande précipitation aura forcément des conséquences désastreuses sur les patients.

Toutes les confessions sont concernées par la répression, chiite ou sunnite. Il serait réducteur de considérer le conflit bahreïni comme religieux, comme voudraient le faire croire la famille Al-Khalifa qui dirige le pays ou l’Arabie Saoudite. Il ne s’agit pas non plus d’une manifestation iranienne, mais de gens qui réclament le respect de leurs droits. Il est tout simplement inadmissible qu’on massacre encore de nos jours des gens qui réclament pacifiquement la liberté et la démocratisation du régime en place. Les tentatives foireuses de dissimulation des faits en déplaçant des blessés d’un hôpital à un autre ou en expulsant des journalistes ne masqueront pas la vérité car grâce à l’information qui circule sur internet, notamment par twitter et facebook, on est très vite au courant de ce qui se passe. Nicholas Kristof, éditorialiste pour le New-York Times, dit avoir reçu des menaces de la part des partisans du gouvernement bahreïni:

Les militants pro-gouvernements m’affirment qu’ils sont pacifiques et un un compris pour m’envoyer ensuite des menaces de mort.

Des journalistes de CNN ont aussi été expulsés de Libye, le jeudi 16 mars.

Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat du gouvernement américain, a affirmé que le Bahreïn était  » sur la mauvaise voie ». Catherine Ashton, la haute représentante aux affaires étrangères de l’Union Européenne (UE),  s’est dîte  » vivement préoccupée par la situation à Bahreïn » et a appelé « au dialogue » dans une déclaration faîte hier. Ces condamnations restent très molles.

La communauté internationale s’est montrée volontariste pour la Libye en décidant de voter une résolution à l’ONU pour intervenir dans les affaires libyennes. Elle doit aussi faire preuve de fermeté pour condamner les scènes de massacre au Bahreïn et l’intervention militaire injustifiée de l’Arabie Saoudite qui bafoue le Droit international. Les Etats-Unis ont une base navale au Bahreïn, ils sont donc tout à fait concernés par les évènements et il leur revient de faire pression sur le monarque Al-Khalifa.

Les manifestations au Bahreïn sont essentiellement le fait de la majorité chiite (70% de la population) qui proteste contre les discriminations dont elle est victime dans un pays gouverné par une monarchie sunnite, la famille Al-Khalifa. Bien sur le roi Bahreïni en profite pour dire que les manifestants sont manipulés par l’Iran et faire jouer ainsi le soutien de l’Arabie Saoudite.  Les Etats-Unis, qui ont une base navale au Bahreïn, suivent avec attention la situation et Robert Gates, le secrétaire à la défense, a qualifié « d’insuffisantes » les réformes annoncées par le gouvernement Bahreïni, pressant le roi de faire des concessions pour apaiser la population de peur que la contestation soit instrumentalisée par l’Iran. C’est ainsi qu’après avoir envoyé une douzaine de chars au Bahreïn, l’Arabie Saoudite déploie 1000 hommes armés pour aider le petit royaume vassal à rétablir l’ordre, en clair cogner sur les Chiites, histoire de les faire taire une bonne fois pour toute. Officiellement, l’Arabie Saoudite intervient dans le cadre du Conseil de Coopération des Etats Arabes du Golf (GCC) qui prévoit une intervention militaire en cas d’attaque étrangère, des troupes en provenance des Etats des Emirats-Arabes Unis sont aussi attendues sur place. En réalité, l’Arabie Saoudite craint que le vent de contestation se répande dans les régions majoritairement chiites jouxtant le Bahreïn,très riches en pétrole. Elle était déjà intervenue en 1994 dans un contexte similaire. Si vous voulez en savoir plus sur les enjeux géopolitiques au Bahreïn, regardez l’excellente vidéo du Caspian Report en Anglais.

Le gouvernement saoudien semble oublier la répression des mouvements d’opposition au Bahreïn est déjà d’une violence inouïe, la police tire à armes réelles sur les manifestants, utilise comme au Yemen des gazs paralysant qui détruisent les voies nerveuses, et pratique aussi la torture d’enfants. Comme l’operation leakspin l’avait déjà souligné, les enfants prisonniers sont passés à tabac, violés et n’ont le droit à aucune visite y compris de leurs parents. Al Jazeera a diffusé des images tout simplement édifiantes de la répression particulièrement violente des manifestations au Bahreïn. La police tire sur tout ce qui bouge, on voit même un policier achever un manifestant blessé avec un fusil.

Dans la vidéo, Hussein Shobokshi, éditorialiste pour le journal asharq alawsat qui est un journal saoudien pan-arabe, en réponse à la journaliste qui lui demande si on a affaire à une situation de crise, déclare que les tensions inter-religieuses vont être accrues par cette intervention militaire, concluant « oui c’est une crise« .

Il est à rappeler que les tensions inter-religieuses sont souvent évoquées par le monarque bahreïni ou l’Arabie Saoudite, les groupes d’oppositions chiite qui manifestent, scandent au contraire des slogans d’unions nationales comme « Sunnite, Chiite, nous sommes tous unis ». La famille Al-Khalifa au pouvoir au Bahreïn n’aura cessé d’instrumentaliser les tension religieuses, en faisant d’abord appel à des mercenaires sunnites, essentiellement du Pakistan, et maintenant en faisant intervenir l’armée saoudienne. Sur twitter, qui a été particulièrement actif hier y compris à des heures tardives (pas mal de tweet entre une et deux heures du matin heure, local, ce qui correspond à 23h-minuit heure française), la présence de « voyous armés » (armed thugs en Anglais) est très présente dans les tweets. Les groupes d’opposants pointent la présence d’individus étrangers:

Confirmé: beaucoup de blessés à Saar à cause de tirs d’individus masqués, qui avaient un autre accent arabe (pas barheïni)

Saar est une ville résidentielle huppée du Bahreïn. Les forces de l’ordre Bahreïnies, expulsent avec un grand empressement les manifestants quand ils sont dans les quartiers riches. Depuis avant-hier, des manifestants sont présents dans le quartier financier de Manama. Contacté hier soir par l’operation leakspin sur twitter, un opposant bahreïni du nom d’Anmarek nous a répondu (traduction littérale des tweets de l’Anglais vers le Français):

@opleakspin merci de votre soutien. Des dizaines de milliers de manifestants étaient dans les environs de lulu [NDLR: le quartier du centre-ville de Manama, la capitale proche du centre d’affaires et du quartier des ambassades]. Un bon nombre reste encore ici pour la nuit.

@opleakspin les troupes saoudiennes sont entrées au Bahreïn… Mais ils n’ont encore rien fait … Les voyous du régime attaquent les gens dans différents quartiers du Bahreïn.

@opleakspin les manifestants bloquent toute la rue de Lulu au centre d’affaires.

Aujourd’hui, une manifestation a été organisée devant l’ambassade d’Arabie Saoudite à Manama pour réclamer le départ des troupes étrangères. On signale encore des attaques par des bandes armées dans différents quartiers de Manama ainsi que plusieurs villages. Des appels à l’aide visant la communauté internationale ont été formulés par les opposants qui décrivent une situation chaotique et un état très précaire des hôpitaux qui peinent à soigner les manifestants. Au moment où j’écris, le centre de soin de Sitra subit une attaque de l’armée qui depuis le début de la contestation essaie d’empêcher les manifestants blessés d’être hospitalisés. La situation étant particulièrement confuse, il est difficile de dresser un bilan du nombre de morts et de blessés. Les témoignages qui arrivent évoquent des tirs sur la foule. Un Bahreïni résume ainsi la situation:

Bahreïn est devenu un zoo! Pire, c’est une jungle ! Des citoyens pacifiques non armés sont attaqués par des forces armées brutales !

 

manifestation devant l'ambassade saoudienne à Manama

manifestation devant l'ambassade saoudienne à Manama le 15 mars, les manifestants scandent "Dégagez! Dégagez! envahisseurs!" ou encore "la révolution jusqu'à ce que gagnons notre liberté"

Que faire quand un peuple ne ploie pas sous la répression? Cogner encore plus dur, tel ce que font les gouvernements en Libye, au Yemen et à Bahreïn. Les gouvernements autoritaires n’ont pas compris que l’accroissement de la répression ne fera pas taire un peuple excédé, au contraire, le sentiment de haine s’accroit encore plus et les mouvements de contestation peuvent devenir encore plus violents. L’intervention militaire saoudienne n’a fait qu’éveiller un ressentiment encore plus vif vis à vis du gouvernement en place. L’Arabie Saoudite qui voulait contenir l’influence iranienne ne fait au contraire qu’accroitre les tensions religieuses. Une intervention militaire iranienne est peu probable en raison de la présence d’une base navale américaine au Bahreïn. Néanmoins, le climat géopolitique va inévitablement se détériorer, ce qui pourrait avoir des conséquences dramatiques notamment sur le plan humain et aussi économique, le prix du pétrole va encore monter pénalisant encore plus une économie mondiale en crise.

photo op barhain 21 février

manifestation de personnels soignants contre les meutres perpétrés par les forces de l'ordre au Bahreïn, il est écrit sur la banderole: "AUCUNE EXCUSE POUR TUER". photo du groupe facebook operation bahrain

La communauté internationale doit condamner cette intervention militaire inique qui ne fait qu’empirer la situation. Vous pouvez signer une pétition contre les violences policières au Bahreïn ici. La situation est particulièrement critique, il ne faut pas oublier le Bahreïn et agir le plus vite possible afin de mettre fin aux massacres. Cessons de penser à l’Iran qui de toute façon n’interviendra pas. Tous les Hommes sont égaux en droits et doivent être traités dignement, qu’ils soient chrétiens, athées, musulmans chiites ou sunnites, juifs, animistes, noir, blanc, jaune, petit, grand, etc…