Articles Tagués ‘algerie pacifique’

Le gouvernement algérien a annoncé qu’il supprimerait l’état d’urgence dans les jours qui viennent, information que tous les médias ont repris bêtement en boucle sans réfléchir. En effet, cela fait depuis le début du mois de février que la suppression de l’état d’urgence dans « un avenir proche » est annoncé. Le futur proche ne cesse de se rallonger et la répression des mouvements d’oppositions en faveur des droits civiques continuent. Avant-hier, une manifestations d’étudiants devant le ministère de l’intérieur a été violemment réprimée.

manifestations d'étudiants alger 21/02/11

manfestation d'étudiants devant le ministère de l'enseignement supérieur à Alger le 21/02, qui a été violemment réprimée. Photo des envoyés spéciaux algériens

Bien sur l’Algérie n’est pas la Libye, on se permet au mieux que l’individu soit hospitalisé, mais il ne faut pas qu’il meurt, ce serait trop voyant et on pourrait s’indigner dans la communauté internationale. La répression algérienne est moins violente qu’en Tunisie, en Egypte ou en Libye mais elle est plus sournoise. Le gouvernement fait semblant de faire des concessions pour satisfaire la communauté internationale, mais en réalité, il ne fait que mieux réprimer le mouvement de contestation qui gronde dans le pays. Les 300 opposants arrêtés le 12 février ont été relâchés dans les jours qui suivent, mais cela ne signifie pas pour eux la fin des ennuis, bien au contraire. Certains sont poursuivis simplement pour avoir pris des images des manifestations, le témoignage d’un ancien contact de l’opération leakspin est assez éloquent:

salut moi aussi je suis dans la merde je ne pe pas t’ajouté je suis fliqué ils mon arrété lundi soir j’ai passé un sale quart d’heur et je serai présenté inssessament au procureur pour avoir filmé des émeute le méme jour j’ai filmé les CRS et leur camion anti émeute le fameux moustache [NLDR: orthographe restitué à l’identique]

Aujourd’hui, ce contact a préféré coupé les liens pour préserver sa sécurité. Nous sommes sans nouvelles de lui. Je n’ai pas trouvé de chiffres sur les poursuites entamées par la justice algérienne mais je pense que cela ne doit pas être négligeable.

Il semble que cette stratégie d’usure du gouvernement algérien porte ses fruits. Bien que le mouvement étudiant continue, les échecs des manifestations des deux derniers samedis se font lourdement ressentir sur le moral des opposants. La Coordination Nationale  pour le Changement et la Démocratie (CNCD) qui fédérait une grande partie de l’opposition toutes tendances politiques confondues, vient de se scinder en deux (lire l’article d’el watan à ce sujet). Face à un pouvoir autoritaire unie, l’opposition démocrate est divisée et affaiblie. Seul le mouvement étudiant semble encore tenir bon avec des universités qui restent mobilisées comme aujourd’hui à l’université de Bouzereah.

manifestation le  23 février à Bouzereah

manifestation le 23 février à l'université de Bouzereah à Alger

Au final, les violations des droits de l’Homme en Algérie sont ignorées tandis que les regards sont tournés vers la Libye. Les gouvernements européens qui n’auront cessé de faire preuve de lâcheté pendant les révolutions arabes par leur tiédeur voir même leur complicité comme dans le cas de la France. Une fois de plus Paris s’illustre par son soutien à un régime autoritaire. Raffarin, ancien premier ministre français, envoyé par le président Sarkozy pour aller discuter Bouteflika, a dit sur Europe 1 avoir parlé d’économie mais visiblement, il n’a pas parlé de Droits de l’Homme:

Raffarin veut parler de choses concrètes, soit. Donc parlons de choses concrètes. L’Algérie est classée 109e au classement des pays les moins corrompus par Transparency international. La corruption est un frein évident au développement car l’argent public est détourné de son but initial, l’investissement dans des infrastructures publiques, pour aller dans la poche des dirigeants qui le plus souvent vont dépenser les sommes volées au peuple dans des produits de luxe ou de l’immobilier à l’étranger. Pas besoin d’avoir un doctorat en économie d’harvard pour comprendre que l’argent qui fuit à l’étranger n’ira pas alimenter le développement algérien. La corruption du système algérien est entretenue par un système autoritaire qui permet à des généraux de se maintenir en place par la force.  Tant que le pillage de l’Algérie continuera empêchant une juste répartition des revenus, le développement de l’Algérie et donc la créations d’emplois « choses concrètes » seront considérablement freinés. Raffarin aurait mieux fait de lire l’analyse d’un membre du groupe facebook Algérie pacifique à ce sujet:

Le conseil des ministres vient d’accoucher d’une souris. On dirait ces ministres avec leur président ne vivent pas en Algérie ou plutôt considère leur peuple immature et ne comprend rien à la politique. Ils nous disent qu’ils ont construit des millions de logements alors la crise continue à frapper des millions de jeunes sans logements. Ils disent qu’ils ont créé des milliers d’emplois et de PME alors que des millions de jeunes avec ou sans diplômes souffrent du chômage. Ils disent qu’ils ont construit beaucoup de routes, tout le monde voit l’état dans lequel se trouvent nos routes, ils disent avoir une politique de santé, alors que tout le monde voit la réalité de nos hôpitaux et la disparition répétée de médicaments. Ils disent avoir une politique de l’agriculture alors la réalité ils importent tout de l’extérieur. La seule réalité vraiment réelle de ce pouvoir est qu’il est menteur, rentier, tribaliste et corrompu.

COMMUNIQUE

Pour une Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie

Suite aux émeutes qui ont secoué l’ensemble de l’Algérie et qui continuent de se manifester à travers d’innombrables foyers de tension,

Face aux attitudes répressives et méprisantes du régime en place contre la société algérienne,

Conscients de la gravité de la crise et des dangers qui guettent le pays,

Nous, organisation des Droits de l’Homme, syndicats autonomes, associations estudiantines et de jeunes, comités de quartiers et collectifs citoyens, association de disparus, associations défense de la femme, figures intellectuelles et partis politiques :

-Nous inclinons devant la mémoire des victimes et blessés des révoltes populaires et exigeons la libération immédiate et inconditionnelle des personnes arrêtées pour des raisons de manifestations ou de délits d’opinion,

-Annonçons la création d’une Coordination Nationale de Concertation pour le Changement Démocratique,

-Décidons de l’organisation d’une Marche Nationale pour exiger la levée de l’état d’urgence sévissant depuis dix neuf ans et qui immobilise le pays et brime toutes les libertés et

-Exprimons notre totale solidarité avec le peuple Tunisien dans sa lutte contre le totalitarisme et l’instauration d’un Etat démocratique.

Convaincus de l’urgence d’actions collectives engagées, notre démarche est ouverte à toutes les forces et à tous les acteurs de la société afin d’éviter à l’Algérie le chaos et la basculer sérieusement et définitivement dans une perspective de changement démocratique.

Les signataires :

  • Ali Yahia Yahia Abdenour
  • Fodil Boumala
  • LADDH
  • SNAPAP
  • Coordination des sections CNES
  • CLA
  • SATEF
  • SOS Disparus
  • RAJ
  • Syndicat des Etudiants de l’Université de Tizi Ouzou,UMMTO
  • Comité de chômeurs du Sud
  • Collectif Algérie Pacifique
  • Comité de quartier de Bab El Oued
  • Association Tharwa-Fatma N’Soumer
  • Comité de l’Institut des Sciences économiques, UMMTO
  • Association AFAK
  • Association estudiantine Nedjma, Université de Bouzaréah
  • MDS
  • RCD
  • PLJ

Alger,le 21/01/2011