Articles Tagués ‘Bachar El Assad’

Le 15 Juin 2011, Anonymous avait promis d’attaquer les sites gouvernementaux syrien dans le cadre de l’opération #OpSyria, aujourd’hui, la promesse est tenue, des Anons ont ciblé et défacé le site web officiel du ministère de la défense syrien.

Message d'anonymous au gouvernement syrien 15/06/2011

Message d'anonymous au gouvernement syrien 15/06/2011

Les hacktivists anonymes ont publié sur la page d’accueil du site un message « en arabe et en anglais » adressé au peuple et armé syrien accompagné d’une image du drapeau syrien, comme background, le logo d’Anonymous et d’une série de liens vers des vidéos illustrant les manifestations, les morts et les crimes de torture et génocide commis par le régime criminel de Bachar El Assad.

Capture d'écran du site piraté par Anonymous

Capture d'écran du site piraté par Anonymous

Pour le peuple syrien : Le monde est avec vous contre le régime criminel de Bachar Al-Assad. Sachez que le temps et l’histoire sont de votre côté. Les tyrans utilisent la violence parce qu’ils n’ont rien d’autre, et plus ils sont violents, plus ils deviennent fragiles.

Nous saluons votre détermination à être non-violent face à la brutalité du régime, et nous admirons votre volonté de rechercher la justice, pas une simple vengeance. Tous les tyrans doivent tomber, et grâce à votre courage Bashar Al-Assad est le suivant.

Pour l’armée syrienne : vous êtes responsables de la protection du peuple syrien, et quiconque vous commande de tuer des femmes, des enfants et des personnes âgées mérite d’être jugé pour sa trahison. Aucun ennemi extérieur ne pourrait faire autant de mal à la Syrie que ce que Bashar Al-Assad a fait.

Défendez votre pays. Soulevez-vous contre le régime !

Anonymous.

La contestation ne faiblit pas en Syrie, la répression non plus malgré les annonces d’amnistie annoncés par le président syrien El Assad, ce vendredi au moins 48 morts et des dizaines de blessées parmi les manifestants à Hama, dans le centre du pays où les forces de sécurité ont tiré sur la foule selon l’observatoire syrien des droits de l’homme , une ville qui témoigne toujours de la barbarie du père du président Bachar, Hafez al El Assad, qui avait brutalement réprimé un soulèvement des Frères musulmans en 1982, faisant plus de 20.000 morts.

hommage aux «enfants de la liberté»

hommage aux enfants de la liberté

Il s’agit de la plus importante mobilisation depuis le début du mouvement depuis plusieurs semaines, selon Rami Abdel-Rahmane, le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme dans une déclaration à l’AFP, plus de 50.000 personnes ont manifesté contre le régime à Hama en hommage aux «enfants de la liberté» tués dans la répression (au moins 72 enfants ont été tués par balles ou tortures depuis le début du mouvement de contestation le 15 mars), et récemment, un garçon de 13 ans, Hamzeh al-Khatib, «torturé et tué» d’après les militants pro-démocratie, est devenu l’une des figures de la résistance à la brutalité du régime.

Ce samedi 04 Juin 2011, des militants syriens ont déclaré à la chaine Aljazeera que plus de 100.000 personnes ont participé a l’enterrement des martyrs de Hama et scandant des slogans hostiles au pouvoir, les forces de sécurité accompagné de « Chabiha  -police civile- » ont ouvert le feu et tue plusieurs personnes parmi les civils.

La télévision officielle a déclaré que « trois saboteurs, ont été tués lors de heurts avec la police alors qu’ils attaquaient un bâtiment gouvernemental auquel ils ont mis le feu », même  l’agence officielle syrienne de presse Sana a annoncé que 80 membres des forces de l’ordre avaient été blessés à Hama.

A Qamichli,El  Amouda, Maaret al-Nouman, Ras al-Aïn, Damas et bien d’autres villes syriennes, le scénario était le même, des milliers ont manifesté en faveur de la liberté, et des dizaines d’entre eux ont retrouvé la mort par les balles des forces de l’ordre, à Deraa, le foyer de la contestation, des protestataires ont brulé des drapeaux de la Russie, la Chine et l’Iran, considérés comme les fidèles alliés du régime syrien.

De son coté, les autorités syriennes ont coupé le réseau internet, selon des habitants, le réseau internet ne fonctionnait pas vendredi à Damas ni à Lattaquié, grande ville côtière dans le nord-ouest du pays. On rappelle que le réseau internet avait déjà été coupé une journée début avril.

La situation en Syrie est dramatique. La révolution prend des allures libyennes avec des affrontements très violents entre la population qui se soulève et l’armée. Il est difficile d’établir un bilan mais on parle en centaines de morts. La ville de Deraa a été bombardé plus d’un mois. On ne peut laisser un massacre se dérouler en toute impunité sans réagir.

free syria

Image pris à Banyas le 17 avril. Photo de "the Syrian days of rage - English"

Le président Nicolas Sarkozy qui avait accueilli Bachar el Assad, le président de la Syrie, en 2008 se doit maintenant de condamner vigoureusement les violations des droits de l’Homme commises.

Une lettre ouverte a été publiée:

Lettre ouverte au Président de la République et au Ministre des Affaires étrangères

Monsieur le Président de la République,
Monsieur le Ministre des Affaires étrangères,

Nous nous inquiétons de l’inefficacité de vos réactions face à l’extrême gravité de la situation politique en Syrie. Les tirs sans sommation du vendredi 22 avril, l’entrée des chars dans Deraa et ailleurs le lundi 25 avril, les tirs à l’arme lourde sur des manifestations pacifiques, les arrestations, les tortures, les disparitions auraient dû susciter une réaction diplomatique plus forte que des condamnations verbales, des appels à l’O.N.U et à l’Europe. Il apparaît ici une étrange exception syrienne.
Nous nous interrogeons sur cette diplomatie à géométrie variable que conduit la France dans le monde arabe. Ni le rôle stratégique de la Syrie au Proche-Orient, ni les relations d’amitié et d’échange qui existent entre nos deux pays ne peuvent justifier votre attentisme, comme celui des autorités internationales. On ne trouve aucune prise en compte de la situation actuelle sur le site du groupe d’amitié France-Syrie du Sénat, présidé par M. Marini, dont les informations s’arrêtent en juillet 2010 – il y a 8 mois (pages « Actualités »). Le groupe d’amitié France-Syrie de l’Assemblée nationale, présidé par M. Gérard Bapt, les associations officielles franco-syriennes, comme l’association d’amitié France-Syrie – qui comprend dans son comité d’honneur Claude Cheysson, ancien Ministre des Affaires étrangères, et Dominique Baudis Député européen, président de l’Institut du Monde Arabe –, sont également restés silencieux. C’est à titre personnel que Dominique Baudis a condamné la répression à l’œuvre.
Il n’est plus temps de prétendre favoriser une « évolution du régime » désormais illusoire, ni de craindre une « prise de pouvoir par des forces extrémistes » alors que les manifestants ne cessent de clamer leur seul désir de liberté. La France prétend « promouvoir des processus de paix » dans la région : comment défendre une politique de paix en s’alliant à un gouvernement en guerre contre son propre peuple ?
Nous vous demandons aujourd’hui de prendre la mesure de la réalité des massacres en cours en Syrie. La France n’a pas besoin d’attendre une résolution de l’O.N.U pour prendre d’ores et déjà des décisions fortes. Le gel des avoirs des dirigeants syriens en France, la suspension des partenariats énergétiques et culturels – partenariat musée du Louvre – Syrie, projets de métro damascène ou de nouveau terminal à l’aéroport de Damas, de vente d’Airbus, accords pétroliers et gaziers stratégiques signés sous votre égide en 2008, Monsieur le Président de la République – sont de ces décisions. La question de la rupture des relations diplomatiques est ouverte, qui implique le rappel de l’Ambassadeur de France à Damas.
Plutôt qu’une alliance entre le régime syrien dictatorial et le gouvernement français qui dit porter les valeurs démocratiques, nous en appelons à une solidarité entre deux peuples et nous renouvelons avec force notre appel, Monsieur le Président de la République, Monsieur le Ministre des Affaires étrangères, à une position plus ferme de la France.

Vous pouvez signer la pétition sur le site petitionpublique.fr, cliquez ici.

La pression de l’opinion publique est essentielle pour faire pousser un chef d’Etat à agir. Votre signature compte.

Les révolutionnaires syriens sont dans une solitude tragique. Les frontières sont fermées, les journalistes interdits et le régime tente de couper du monde le peuple qui l’affronte. Il ne parvient pourtant pas à arrêter le flux de nouvelles qui transitent par les réseaux sociaux ni à paralyser l’énergie de ceux qui risquent leur vie sur place et même ailleurs, compte tenu de la puissance des Mukhabarat, les services secrets baasistes.

Selon nos informations, recueillies  auprès de Hanin Ghaddar, rédactrice en chef du site « Now Lebanon » qui a ouvert une nouvelle page « Syria Now », il y aurait eu plus de 40 morts lors des manifestations du 8 avril à Deraa et le chiffre de 134 morts en une semaine devrait hélas être majoré. Lors des funérailles du lendemain 9 avril, la police a tiré à nouveau sur la foule. Les vidéos parviennent de tous les coins du pays, ce qui confirme un embrasement général. « La dictature se donne beaucoup de mal pour faire croire qu’il s’agit d’une contestation mineure mais personne ne prend plus ses mensonges au sérieux », nous déclare un opposant en exil à Beyrouth, pour qui « en réalité la Syrie manifeste du nord au sud. A Douma, dans la banlieue de Damas, 100 000 personnes sont descendues dans la rue. Cette ville est aujourd’hui complètement encerclée, plus personne ne peut y pénétrer. »

(suite…)