Articles Tagués ‘cyber attaque’

Vingt-cinq personnes, âgés entre 17 et 40 ans, soupçonnés d’appartenir au collectif Anonymous ont été arrêtés durant le mois de février dans plusieurs pays, l’Espagne, l’Argentine, le Chili et la Colombie dans le cadre de l’opération internationale « Unmask » soutenue par l’organisation de police internationale Interpol basée à Lyon. Quatre de ces individus ont été interpellés en Espagne, dix en Argentine, six au Chili et cinq en Colombie.

L’Interpol a annoncé dans un communiqué publié hier le 28 février que ces « pirates informatiques » présumés sont soupçonnés d’avoir coordonner des cyber attaques contre le site web du ministère colombien de la Défense, des sites web de la présidence et celui de la compagnie chilienne d’électricité « Endesa ».

Le communiqué de l’Interpol a ajouté que durant l’exécution de l’opération « Unmask », menée dans une quinzaine de villes, 40 mandats de recherche ont été exécuté et 250 ordinateurs et téléphones mobiles ont été saisi par la police locale.

Ici pour consulter le communiqué publié par l’Interpol.

Wikileaks a annoncé ce mardi 30 aout dans un message diffusé sur twitter et facebook que le site www.wikileaks.org a fait l’objet d’une attaque informatique, « WikiLeaks.org fait l’objet en ce moment d’une cyber attaque » a indiqué le message accompagné des liens des sites miroirs de wikileaks hébergés sur d’autres serveurs, le site était hors service pendant plusieurs heures.

Message de wikileaks -WikiLeaks.org fait l'objet en ce moment d'une cyberattaque-

Message de wikileaks -WikiLeaks.org fait l'objet en ce moment d'une cyberattaque-

Les sites miroirs de wikileaks :  www.wikileaks.fi www.wikileaks.nl www.wikileaks.de www.wikileaks.eu www.wikileaks.at www.wikileaks.pl www.wikileaks.is www.wikileaks.no www.wikileaks.ca www.wikileaks.lu

Cette nouvelle attaque par déni de service distribué « DDoS » intervient quelques jours après la publication d’une nouvelle série de près de 134 000 câbles diplomatiques « Ces câbles figurent parmi les 250.000 messages de la diplomatie américaine que Wikileaks détiendrait ».

Quelques heures avant l’attaque, Washington a largement critiqué cette nouvelle vague de divulgation des dépêches diplomatiques confidentielles, le département d’État américain a accusé Wikileaks de mettre en danger des vies et de menacer la sécurité nationale en publiant des câbles dont certains citent les noms des sources.

Victoria Nuland -Le porte parole du département d'état américain

Victoria Nuland -Le porte parole du département d'état américain

« En plus de mettre en cause nos efforts diplomatiques, cela met en danger la sécurité des personnes, menace notre sécurité nationale et sape nos efforts pour travailler avec des pays à résoudre des problèmes communs », déclaration de Victoria Nuland, la porte-parole du département d’Etat (source : AFP).

De son coté, le site Wikileaks, créé par l’Australien Julian Assange, a démenti avoir dévoilé l’identité des sources parmi les 134 000 câbles récemment publiés.

Le sénateur américain John McCain a envoyé ce mercredi 13 juillet une lettre au leadeur de la majorité du Sénat américain, le sénateur démocrate Harry Reid, et celui de la minorité, le sénateur républicain Mitch McConnell pour réclamer la mise en place d’une commission sénatoriale temporaire dédiée à la cybersécurité et les fuites de renseignement électronique.

Le sénateur américain John McCain

Le sénateur américain John McCain

Ici pour consulter la lettre du sénateur américain John McCain.

Le sénateur républicain a cité dans sa lettre les déclaration du secrétaire à la Défense Leon Panetta devant la commission de la Défense du Sénat que « le prochain Pearl Harbour auquel nous serons confrontés, pourrait très bien être une cyber attaque », d’où, selon M. McCain « la nécessité d’une telle commission pour développer une législation complète dans le domaine de la cybersécurité et répond de façon adéquate aux risques internes qui ont vu des milliers de documents postés sur le site internet de Wikileaks ».

La demande du sénateur intervient quelques jours après le succès de l’opération #AntiSec « Military Meltdown Monday » lancée par anonymous contre l’entreprise de conseil Booz Allen Hamilton, l’opération a permet à anonymous de récupérer et de publier 4 Go de données, parmi lesquelles 90.000 adresses électroniques et mots de passe de militaires américains.

L’opération #AntiSec est lancé par Anonymous et LulzSec -qui s’est associé à Anonymous-  cette opération est destinée à récupérer et publier des documents gouvernementaux « Leaks ».