Articles Tagués ‘étudiants’

La révolution des jeunes algeriens

logo du groupe facebook "La révolution des jeunes algeriens"

Plus on s’approche de la date fatidique du grand rassemblement national du 12 février, plus la situation s’agite en Algérie. On a observé d’importants mouvements de débrayages dans les universités qui étaient déjà à proie d’importants mouvements d’opposition à une réforme éducative proposée par le gouvernement algérien. Comme le montre cette manifestation d’étudiants devant le ministère de l’enseignement supérieur

[daylimotion id=xgyr1v]

On note aussi d’importants mouvements de grèves dans le secteur paramédical en Algérie. La grève a été suivie mais déclarée illégale par la justice. En conséquence, plusieurs fonctionnaires ont été sanctionnés pour avoir fait grèves.

De nombreux appels à manifester et à un changement de régime de la part d’intellectuels ont été publiés dans la presse ces derniers jours. Le chanteur Amazigh Kateb a appelé à manifester tout comme l’avocat des droits de l’Homme Mokrane Aït Larbi.

L’interdiction de la marche à Alger a été confirmée par le ministère de l’intérieur bien que le président Bouteflika ait annoncé que l’état d’urgence serait abrogé dans « un futur proche ».

Les Envoyés Spéciaux Algériens décrivent sur leur page facebook un important dispositif policier:

Camions blindés, policiers en civil et en uniforme surveillent les allées et venues des passants. Ce dispositif été levé durant l’après-midi, mais il serait reconductible jusqu’à la fin de la journée du 12 février, date de la manifestat…ion prévue par la CNCD. Ainsi, les hommes du général Abdelghani Hamel, ont été instruits de ne pas faire usage de la force et d’éviter toute provocation à l’égard des manifestants le jour de la marche. À Bab El Oued, où deux camions anti-émeutes ont pris position juste à l’entrée de la rue Mustapha Allouche, un calme inhabituel règnait hier.

Idem pour la Place des martyrs, où des policiers guettent le moindre geste suspect des passants. «Le nombre de policiers sera multiplié à partir de demain (aujourd’hui)», confie un agent de l’ordre public. Les mesures de sécurité ont été considérablement renforcées autour des institutions officielles et les divers points sensibles de la capitale. A la place du 1er Mai (Champ de manœuvres), d’où devra s’ébranler la marche, les policiers commencent déjà à occuper l’espace mitoyen avec le portail de l’hôpital Mustapha-Pacha. Au niveau des barrages de contrôle implantés aux différentes voies d’accès de la capitale, les véhicules passent au compte-gouttes. Les bus sont systématiquement fouillés par les forces de l’ordre, à la recherche d’un banderole ou une pancarte. D’ailleurs, une file d’attente du barrage des Bananiers s’étend sur plusieurs kilomètres. Au niveau des résidences universitaires, les agents de sécurité des postes de police sont également en alerte pour empêcher les manifestants issus d’autres wilayas de parvenir à la capitale.

La place Audin ce matin, en prévision de la marche de samedi, La capitale en alerte.

La place Audin ce matin, en prévision de la marche de samedi, La capitale en alerte.

L’internet semble marcher beaucoup moins bien ces temps-ci en Algérie. Le débit des connexions s’est ralentie très nettement. Le gouvernement algérien avait déjà coupé facebook lors des émeutes début janvier.

Marches du 12 février

Alger : 11h, de la place du 1er Mai vers la place des martyrs.

Oran: 11H, Place d’armes-place du 1er novembre.
……
Annaba: 11h sit-in au cour de la Révolution (en face du théâtre)

Bejaïa: 11H esplanade de la maison de la culture.

A l’étranger

Montréal: Consulat d’Algérie.

Paris: Place de la république.

Bon courage au peuple Algérien !

Tout d’abord, il faut noter l’actualité de ce weekend. Les milieux d’opposition sont en effervescence depuis l’annonce d’une grande manifestation pour le 12 février à Alger par l’opposition (voir l’appel du CNCD). Des milliers de groupes apparaissent sur facebook, des plus pacifistes jusqu’aux plus radicaux appelant à une révolution à la tunisienne ou à l’Égyptienne, et le groupe de l’opération algeria est passé en quelques jours de 1000-3000 vues quotidiennes à 7000-10 000 vues. En Algérie, l’actualité a été marquée ce weekend par une manifestation à Bejaia, en Kabylie le 29 janvier, organisée par le parti d’opposition social démocrate, Rassemblement pour la Culture et Démocratie (RCD), bien implanté en Kabylie.  D’après un témoin contacté par l’opération leakspin,

une manifestation pacifique a eu lieu a Bejaia le 29/01/2011, elle a drainer environ 2000 personnes entre sympathisants du rcd et simples citoyens non structurés , les manifestants ont scander des slogans anti gouvernement et ont appeler a la levée de l’etat de siege, aucun debordement n’a eu lieux et apres un meting improviser devnt le siege de la wilaya de Bejaia lesmanifestants se sont disperser dans l’ordre

(orthographe restitué tel quel)

manifestation bejaia 29 janvier

slogans anti-gouvernement à la manifestation de Bejaia organisée par le RCD, parti d'opposition bien implantée en Kabylie

manifestation de Bejaia le 29 janvier

Vous pouvez retrouver sur la page facebook des envoyés spéciaux algériens, l’album photo de la manifestation.

On note malheureusement que les immolations continuent. Il s’agit de jeunes pour la plupart, mais on note le cas d’un père qui a tenté de s’immoler sur son lieu de travail avec sa fille, handicapée moteur, à Staouéli, à l’est d’Alger. Des collègues ont pu empêcher l’Homme de se transformer en torche vivante. (lire l’article de l’expression)

La contestation étudiante reconnait une recrudescence, ainsi El Watan a parlé d’une marche importante de plusieurs milliers d’étudiants à Tizi Ouzou. Les étudiants dénoncent la réforme de l’éducation en cours, le manque de perspectives d’embauche et l’absence d’Etat de Droit. Ils ont été rejoints par les lycéens et le parti d’opposition, RCD. Les étudiants de l’Institut de nutrition, d’alimentation et des technologies agro-alimentaires (INATAA) à Constantine, en grève depuis 5 semaines, ont eux aussi décidé d’organiser une marche pour demain.

AG à l'INATAA-Constantine

Assemblée Générale d'étudiants à l'institut national d'alimentation et des technologies agro-alimentaires le 1er février

A Tazgaït, dans un village déshérité et isolé du willaya de Mostaganem, les habitants ont décidé de fermer la mairie pour protester face à l’incurie de l’administration face aux problèmes de la population (manque d’eau, chômage, réseau routier en mauvais état, transports en commun défaillant etc…). source : El Watan

D’importantes grèves sont annoncées pour demain (texte pris sur la page facebook des envoyés spéciaux algériens) :

Une série de grèves doit débuter aujourd’hui en Algérie avec des mouvements du personnel paramédical et de l’éducation qui réclament des augmentations de salaires alors que l’opposition vient d’appeler à une marche à Alger pour demander « le départ du système ».

Le Syndicat algérien des paramédicaux (SAP) a appelé aujourd’hui le personnel paramédical des hôpitaux et des polycliniques à observer dès demain une grève de deux jours pour faire pression sur le ministère de la Santé. « Un service minimum sera assuré dans les principaux établissements hospitaliers. Quelque 90.000 salariés sont concernés par ce mouvement », a précisé à l’AFP le responsable du SNAP.

Les personnels du corps commun du ministère l’éducation envisagent de leur côté de se rassembler le 14 février devant le siège de leur ministère à Alger.

Ils réclament notamment une augmentation de salaire et une hausse de la prime de rendement.

Les chômeurs prévoient pour leur part le 6 février un mouvement de protestation devant le siège du ministère du Travail à Alger où ils comptent déposer une plate-forme de revendications, toujours selon El Khabar.

L’annonce de ces movvements intervient alors que la toute nouvelle Coordination nationale pour le changement et la démocratie, qui regroupe des mouvements d’opposition et organisations de la société civile, a appelé à une marche le 12 février à Alger.

(orthographe restitué tel quel).

La machine s’emballe et n’est pas prête de s’arrêter.