Articles Tagués ‘filtrage’

Les câbles ont été publiés en intégralité par wikileaks après la révélation du mot de passe par un journaliste du quotidien anglophone, the guardian qui était partenaire de la publication des câbles. Les journaux partenaires (The New York Times, Le monde, The guardian, der spiegel et el Pais) expurgeaient les câbles des informations sensibles notamment les noms des informateurs pour des raisons de sécurité.

Néanmoins, nous avions constaté que le filtrage des câbles pouvait tourner à la censure. Certains câbles étaient charcutés et pas forcément pour des raisons de sécurité (voir l’article sur le trouble jeu du journal Le monde). Le câble de l’ambassade de Paris sur les manœuvres du gouvernement français à Madagascar (voir 09PARIS848) a été complètement charcuté. Sur onze paragraphes, il en manquait neuf.

Mais comment accéder aux câbles non censurés?

  • Première solution, vous pouvez vous connecter sur le site de wikileaks ou un de ses nombreux miroirs. Tous les câbles qui n’étaient pas encore rendus publics ont été publiés sans aucune censure. Néanmoins, les câbles publiés n’ont pas été modifiés, en conséquence, la version non censurée des ces câbles n’est pas accessible sur le site de wikileaks.
  • L’autre solution consiste à télécharger l’intégralité des câbles disponible sur cryptome que vous pouvez télécharger ici. Vous téléchargez une archive en format 7zip. Une fois décompressé, vous obtenez un fichier classeur csv que vous pouvez lire avec n’importe quel tableur ou lecteur de texte. Or il y a un problème, une fois décompressé le fichier pèse 1,5 Go et sa lecture fait buguer les logiciels.

Extraire un câble wikileaks sans ouvrir 1,5 Go de données

Heureusement, on peut arriver à lire un câble sans ouvrir le fichier cable.csv avec ses 1,5 Go. Sur le blog Samys Note, son auteur a mis en ligne un fichier, sous le nom de cable finder, qui permet d’extraire le ou les câbles qui nous intéressent (lire l’article en Anglais, Extracting information from the Wikileaks cables.csv file). Vous pouvez télécharger « le fichier en .jar (Java Archives) ici.

  • Il est inutile de décompresser le fichier .jar, au contraire, le moteur de recherche ne marcherait pas.Il faut que cables.csv et cableFinder.jar soient dans le même dossier.
  • Sur linux (et mac apparemment), ouvrez un terminal et taper les lignes suivantes:

cd chemin/à/votre/dossier

java -jar cableFinder.jar cables.csv "Votre recherche" \\n\"\\n

cablefinder.jar prend en compte trois arguments :

    1. le fichier cables.csv qui contient l’intégralité des 250 000 câbles non censurés,
    2. l’objet de votre recherche « Votre recherche ». Prenons un exemple, nous voulons un câble précis, ici, celui cité au début de l’article, le câble 09PARIS848. Je vais donc taper dans mon terminal java -jar cableFinder.jar cables.csv "09PARIS848" \\n\"\\n. Les résultats vont apparaître dans le même dossier:
      cable finder: recherche "09PARIS848"
      recherche du câble « 09PARIS848 » avec cable finder. Chaque câble extrait apparait sous la forme « match000.. » . Ici, nous avons recherché un câble précis et c’est pourquoi nous n’avons qu’un seul résultat. Pour trouver tous les câbles d’une ambassade, vous devez entrer l’argument de recherche « "FM AMEMBASSY CAPITALE DU PAYS CONCERNÉ". Pour obtenir tous les câbles de l’ambassade de Paris, il suffit d’écrire « FM AMEMBASSY PARIS ».
    3. Le troisième argument délimite les câbles. Pour windows, il faut écrire \n\”\n. Un commentaire du blog de Samy recommande de taper: «  java -Xmx512m -jar cableFinder.jar c.csv FM AMEMBASSY CAPITALE DU PAYS CONCERNÉ” \n\”\n  » .

Au final, je peux obtenir une version non censurée du câble recherché en début d’article que vous pouvez lire sur pastebin.

Pas moins de 32 citoyens turcs (8 d’entre eux sont âgés de moins de 18 ans) présumés d’être « membres d’Anonymous » ont été arrêtés par la police ce dimanche 12 juin, selon l’agence de presse turque Anatolian « les suspects soupçonnés d’avoir participé à des attaques sur les sites du gouvernement turc sont actuellement maintenus en détention suite à des raids qui ont eu lieu dans 12 villes du pays, Ankara, İstanbul, Eskişehir, Bursa, Manisa, Adana, Kocaeli, Antalya, Samsun, Konya ve Zonguldak ».

Poster Operation Turkey

Poster Operation Turkey

Les Anonymous avaient lancé des attaques DDoS (déni de service en mode distribué) sur certains sites web du gouvernement turc au cours de la semaine passée, en signe de protestation contre les projets législatifs sur le filtrage d’Internet (le site de Telekomünikasyon Iletisim Başkanlığ, le régulateur de l’Internet qui a élaboré le plan de filtrage n’était pas accessible le jeudi 09 juin), ces législatif devraient entrer en vigueur le 22 août prochain ont pour but d’obliger les internautes turcs à choisir un des quatre filtres avant d’accéder à l’Internet afin d’enregistrer et de contrôler toutes leurs activités, un projet considéré comme un nouveau niveau de censure par les Anonymes.

Le Monde, institution réputée dans le journalisme pour ses articles de qualité, fait parti des 5 heureux journaux (avec le Der Spiegel, El Pais, The New York Times et The Guardian) sélectionnés pour avoir accès en avant-première aux câbles wikileaks. Les journalistes de ces quotidiens ont filtré les câbles notamment pour protéger la vie des indicateurs des ambassades américaines qui aurait pu être menacé, ce qui est tout à fait légitime.

Cependant, on s’aperçoit que certains textes sont allègrement censurés. Les textes charcutés perdent beaucoup d’intérêt car l’information essentielle et les détails clés manquent, ce qui peut nuire à la compréhension des évènements. Le filtrage est très intense sur les textes concernant la françafrique. Dans un câble sur le coup d’Etat à Madagascar traduit par l’opération leakspin, il ne manque pas moins de 9 paragraphes. Contactée par l’auteur de l’article, l’association survie, qui mène des campagnes pour une réforme de la politique française en Afrique et opposée au soutien de la France aux dictatures, confirme une censure importante de certains câbles diplomatiques. La chargée de communication de Survie, Stéphanie Dubois de Prisque, nous a répondu le 3 janvier:

Nous nous étions rendus compte que les journaux qui les diffusent, comme le quotidien Le Monde en France, avaient censuré une trentaine de paragraphe concernant l’armée française en Afrique. Nous souhaitions leur demander pourquoi…

L’attitude du journal Le Monde a tourné même au burlesque aujourd’hui. Telle la cavalerie qui arrive après la guerre, le journal publie la traduction du câble très critique de l’ancien ambassadeur américain en Tunisie vis  à vis de la corruption de la famille présidentielle seulement le lendemain du départ vers l’étranger de Ben Ali.  Soit plus d’un mois après la première traduction publiée par le webzine économique Maghreb Émergent, le 13 décembre 2010, que l’opération leakspin a relayé début janvier.

Les lecteurs du monde s’en émeuvent dans les commentaires:

s tee 12h27  Ce telegramme, (ainsi que le recit hallucinant dun diner chez El Materi, le gendre) etait disponible depuis bien longtemps, sur l’excellent site Nawaat. Pourquoi Le Monde éprouve-t-il le besoin de le publier maintenant? Cela me semble vraiment opportuniste, surtout apres avoir distille vos infos sur la révolte au compte-goutte et en reprenant simplement les depeches AFP, tandisque Mediapart consacrait la majorité de ses articles a la Tunisie.

Très vite, on aborde la question sensible, les liens du journal Le Monde avec la Françafrique:

Ce qui est très curieux c’est que Le Monde nous sort cet article une fois Ben Ali en fuite… Il est permis de soupçonner que le télégramme se trouvait en possession du Monde bien avant les derniers événements mais qu’il était un peu « risqué » de le publier…

Le Monde annonce la publication d’un hors-série consacré aux révélations wikileaks le 10 février avec des traductions. On peut déjà se douter que le contenu sera très lacunaire.