Articles Tagués ‘gaz lacrymogène’

Le Grand prix du Formula 1 du Bahreïn a bien eu lieu malgré les bombes assourdissantes et le gaz lacrymogène utilisés par les forces de police pour réprimer la contestation de l’opposition.

Le Grand prix du Formula 1 du Bahreïn a bien eu lieu malgré ma contestation

Le Grand prix du Formula 1 du Bahreïn a eu lieu malgré ma contestation

Cette contestation s’est amplifiée après la mort du manifestant Habib Salah Abbas, un activiste bahreïnien âgé de 36 ans, retrouvé mort dans le village de Bilad al-Qadim à l’est de Manama après une intervention musclée des forces de police pour disperser une violente manifestation hostile à la tenue du Grand Prix de Bahreïn le samedi 21 avril 2012.

Habib Salah Abbas, l'activiste bahreïnien tué par la police le 21/04/2012

Habib Salah Abbas, l'activiste bahreïnien tué par la police le 21/04/2012

Hier, près de 15 000 personnes de confession chiite ont assisté aux funérailles de Habib Salah Abbas, les protestataires qui brandissaient la photo du défunt et chantaient « Par nos âmes, par notre sang, nous nous sacrifierons pour le martyr », ont bloqué des routes par des barricades et des pneus brulés dès la fin des obsèques.

Cette manifestation s’est tourné en violents émeutes après l’intervention des forces de l’ordre, pierres et cocktails Molotov du coté des protestataires, gaz lacrymogène et bombes assourdissantes du coté opposé, ces affrontements ont été violentes « comme le montre la prochaine vidéo », t ils ont duré plusieurs heures causant plusieurs blessés parmi les manifestants.

En marge de la grève générale de 24 heures qui a paralysé le pays ce mercredi 15 juin, plusieurs dizaines de milliers d’indignés Grecs, de membre de groupes de gauche et de droite nationaliste ont envahi dès les première heures de matinées la place centrale de Syntagma au centre d’Athènes pour protester contre le nouveau plan de rigueur annoncé par le gouvernement, et aussi pour former une chaîne humaine autour du parlement comme prévu par les indignés Grecs pour empêcher les députés de débattre le plan en question.

Manifestation Athènes 15/06/2011

Manifestation Athènes 15/06/2011

Submergés par des milliers de drapeaux Grecs, Espagnols et des banderoles portants des messages comme « No pasaran » (« ils ne passeront pas », en espagnol) et « Résistez », les manifestants étaient entourés par un impressionnant dispositif sécuritaires « quelque 5.000 policiers, dont des centaines d’agents anti-émeute », ces policiers ont quadrillé dans la nuit la place Syntagma en utilisant plusieurs barres de fer et des dizaines de fourgons de police afin de bloquer les protestataires et permettre aux députés d’accéder au Parlement, cette situation n’a pas duré longtemps, car une partie du manifestation pacifique s’est transformé en violents affrontements entre jeunes Grecs et force anti émeutes quand un groupe de manifestants est parvenu à rompre le cordon sécuritaire protégeant le siège du gouvernement.

Affrontements entre jeunes Grecs et force anti emeutes 15/06/2011

Affrontements entre jeunes Grecs et force anti emeutes 15/06/2011

Les policiers Grecs ont tiré des gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants, ces derniers ont répliqué en jetant à leur tour des cocktails Molotov, des pierres et autres projectiles sur les forces de l’ordre, ces affrontements qui ont duré presque une heure, ont fait sept blessées dont un policier selon le reporteur de Reuters.

La semaine dernière à Nouakchott, la capitale de la Mauritanie, a été agitée. Une pluie de coups de matraques et de gazs lacrymogènes s’est abattu sur les manifestants.

photo manifestation nouakchott

Photos de manifestants fuyant la police à Nouakchott le 25 mars, selon l'auteur de la photo "la police torture tous les manifestants arrêtés"

Nous avions déjà évoqué dans un autre article les premières manifestations en Mauritanie qui ont débuté le 25 février:

Pays très instable en proie à des coups d’Etat militaires réguliers, la Mauritanie est au main de la junte militaire depuis 2008. Le général mauritanien au pouvoir, Ould Abdel Aziz, est très lié à Kadhafi qui a lui permis d’asseoir son pouvoir . La déstabilisation de Kadhafi fragilise de facto le pouvoir mauritanien qui pouvait compter sur le soutien de la Libye. La contestation en Mauritanie est partie de manifestations anti-Kadhafi dans les lycées et les campus universitaires de Mauritanie. Pour les Anglophones, vous pouvez lire une analyse plus complète sur le blog the moor next door.

Les manifestants, principalement des jeunes dont beaucoup d’étudiants, réclament le départ de la junte militaire particulièrement fragilisé par l’affaiblissement de Kadhafi. Il faut savoir que le président Ould Abdel Aziz a rendu visite à Kadhafi le 17 mars, jour où a été voté la résolution 1973 par l’ONU qui avalisait la mise en place d’une no-fly zone en Libye (source kassataya.com). Cependant, le président mauritanien s’est démarqué ces derniers jours du guide libyen en limogeant la ministre des affaires étrangères, Mint Mouknass, qui avait su réintégrer la Mauritanie dans le jeu des relations internationales grâce au soutien de Kadhafi alors que la communauté internationale et l’union africaine avaient décidé d’isoler le régime putchiste:

Héritant du « cas mauritanien » en tant que président en exercice de l’Union Africaine, le colonel Kadhafi donnait à la médiation libyenne une tournure incongrue. En contre partie de la rupture des relations diplomatiques entre la Mauritanie et l’Israël, Kadhafi avait pris fait et cause pour le général Ould Abdel Aziz. La visite mémorable de l’inénarrable colonel à Nouakchott en mars 2009 doucha les ambitions des opposants au putsch. Naha Mint Mouknass surfait alors sur son petit nuage. (source: kassataya.com)

La junte militaire mauritanienne a aussi en commun avec Kadhafi, le sens de la répression.

manifestant mauritanien tapé par un policier

manifestant tabassé par des policiers à Nouakchott, photo postée sur facebook le 23 mars par le groupe "Mauritanie demain"

Le point culminant des manifestations a été le 25 mars où manifestants et forces de l’ordre se sont affrontés près des blocs rouges à Nouakchott. Les policiers ont dispersé violemment les quelques manifestants à coup de matraques et de gazs lacrymogènes. Il ne semble pas que les manifestants étaient très nombreux. Impossible aussi de savoir le nombre de personnes arrêtées ou blessées.

manifestants arrêtés à Nouakchott

manifestants arrêtés à Nouakchott le 25 mars, photo du groupe facebook mauritanie demain

Les demandes de démocratisation du régime sont étouffées par la junte militaire. Il ne faut pas oublier que l’excision et l’esclavage sont encore des pratiques courantes en Mauritanie bien qu’illégales. Les jeunes manifestants ne demandent que ce que tout homme est en droit d’avoir, le respect de l’Etat de Droit et des conditions de vie décente.

Il y a aussi un groupe facebook d’anonymous consacré à une operation mauritania.