Articles Tagués ‘general electric’

La Direction centrale du renseignement intérieur française (DCRI) avait placé en garde à vue trois personnes ce mardi 24 janvier 2012, ces trois individus, deux hommes âgés de 26 et 36 ans et une femme sont soupçonnés d’avoir participé a des attaques par déni de service distribué (DDoS) contre le site internet d’EDF à plusieurs reprises les 20 et 23 avril et le 2 juin dans le cadre de l’opération Green Rights mené par le collectif Anonymous contre les sites web de plusieurs sociétés comme General Electric et le groupe italien Enel après les évènements dramatiques de Fukushima au Japan.

L’un des anons interpelés est connu sous le nom de Triskel, (la personne qui hébergeait la plateforme IRC francophone http://irc.lc/anonops) le site est actuellement fermé, Triskel avait laissé le message suivant « La justice française réclame au site IRC.LC de ne plus rediriger les visiteurs vers le chat IRC AnonOps, plateforme de communication du Collectif Anonymous. La fermeture fait suite à la garde à vue de 60 heures de Triskel, gestionnaire du site de redirection IRC.LC. », comme le montre la capture d’écran suivante, le message date d’hier soir.

Le message deTriskel 27-01-2012

Le message de Triskel 27-01-2012

Une source judicaire avait expliqué à AFP que les 3 anons présumés ont été interpellés mardi dans le Gard et en région parisienne, leurs ordinateurs ont été saisis et leurs disques durs épluchés, la source a ajouté que deux d’entre eux ont été présentées hier à un juge de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Paris.

Le parquet de Paris a adressé deux demandes d’entraide judiciaire à l’Allemagne et aux Etats-Unis, une information judiciaire été ouverte le jour même pour « entrave au fonctionnement d’un service de traitement de données », « accès frauduleux dans un service de traitement de données » et « participation à un groupement formé ou à une entente établie en vue de la préparation de ces infractions », cette information vise en particulier à identifier d’autres participants à cette attaque.

On rappel que plusieurs individus impliqués dans des attaques par déni de service (DDoS), -considérés par les gouvernements comme acte de piratage- ont été arrêtés et trainés en justice durant l’année 2011, alors qu’une action DDoS utilisé par anonymous s’agit simplement de milliers de personnes envoient simultanément des connections légitimes sur un serveur web accessible au public, en utilisant en même temps la bande passante ou le processeur dudit serveur au maximum de sa capacité, ce qui provoque un énorme « embouteillage » pour exprimer la protestation populaire.

opgreenrights

3e cible de l'operation green rights: le géant de l'énerie italien enel

Anonymous a décidé de s’en prendre aux géants de l’énergie qui causent du tort à la planète. Enel a été la cible d’une attaque DDOS et a été indisponible aujourd’hui. General Electric a aussi fait les frais d’une attaque DDOS avant Enel. La prochaine cible est EDF.

Anonymous a décidé de lancer cette opération après l’explosion de la centrale de Fukushima pour pointer du doigt les responsabilités des géants de l’énergie dans la conservation de l’environnement:

Les énormes limites de la technologie et de la science constatées dans le cadre des évènements dramatiques de Fukushima suite au tremblement de terre désastreux, confirment la nécessité de changer le modèle de développement global en investissant davantage dans la recherche et la connaissance.
 Aussi, depuis l’aube de ce drame nous sommes aussi en droit d’espérer certaines contributions majeures de la part de la communauté scientifique mondiale. En effet, ces dernières semaines, de nombreux chercheurs à travers le monde ont animé de nombreux débats avec beaucoup d’application une fois de plus, afin de démontrer l’extrême richesse de notre extraordinaire planète, malheureusement humiliée et souillée par des politiques d’investissements aveuglées ces dernières années par la course au profit.
 Nous avons besoin de plus d’efficacité dans notre action de défense de la nature, et le signifier fermement aux  grandes institutions étatiques en attaquant ces dernières ; notemment le conglomérat nommé Ritem demeure certainement l’arme la plus importante dans les mains des partisans de l’immobilisme absolu. Nous savons que nous avons les moyens de mettre en place une politique énergétique propre et mondiale à l’échelle de la planète. Nous savons également que ce n’est pas dans l’intérêt des lobbys et des Etats, dont les comptes en banques ne peuvent se passer des pétrodollars.
 Or aujourd’hui, la science s’occupe aussi bien de l’énergie, que de sa production et jusqu’à sa distribution (dont nous savons à quel point elle est impactante pour le sort de la planète).
 L’objectif est de rappeler à la Communauté Scientifique qu’elle détient entre ses mains le fruit de milliers d’années de travail collaboratif et de découvertes personnelles et collectives et qu’elle se doit par conséquent de mettre son travail au service de l’Humanité. Cela implique qu’elle place l’éthique bien avant le besoin de rentabiliser les investissements de ceux qui l’emploie dans l’ordre de ses priorités.
  Jusqu’ici les chercheurs et inventeurs, hésitent encore souvent à perturber leur carrière, en se rendant par-delà complices de la régréssion de la qualité de vie de la planète…Et donc des gens la peuplant eux-mêmes.
 Nous voulons croire que la communauté scientifique est déjà détentrice des solutions répondant aux problèmes énergétiques majeurs auxquels le monde est aujourd’hui confronté ; nous voulons croire qu’avec elle, nous battrons les puissantes multinationales de l’énergie non controlée et dangereuse mise à mal à Fukushima. Nous voulons croire que les impératifs financiers ne prendront plus le pas sur les impératifs humains.

operation green rightsL’attaque contre General Electric s’explique par la participation de cette dernière à la construction de la centrale de Fukushima:

Nous savons que le réacteur utilisé à Fukushima était de type Mark 1, fabriqué par General Electric.
Dale G. Brindenbaug et d’autres ingénieurs ont construits le réacteur Mark 1, mais nous savons que Dale G. Brindenbaugh et deux de ses collèges à General Electric (GE) ont quittés leur travail après être de plus en plus convaincus que le réacteur nucléaire Mark 1 n’était pas capable de supporter l’immense pression qui résulterait d’une perte de pouvoir de refroidissemment du réacteur. Le désastre de Fukushima montre que le réacteur n’était pas parfaitement construit. Donc General Electric sait que le réacteur à Fukushima était très dangereux.
Un récent cable de Wikileaks dit que Zapatero, en 2007, a reçu des pressions de diplomates américains et du lobby General Electric. Le but était de convaincre Zapatero d’acheter des moteurs d’hélicoptères General Electric au lieu de ceux de Rolls Royce.
Ces deux faits montrent à tous le pouvoir de la politique commerciale de General Electric : 1) pour gagner de l’argent nous pouvons mettre les Hommes et la nature en danger (ex : Fukushima)
2) pour gagner de l’argent nous pouvons corrompre les politiciens en utilisant les diplomates et les lobbys.
Nous sommes Anonymous et nous ne pouvons tollerer le côté diabolique du commerce sur les personnes et la nature.
General Electric il est temps de payer !
Les critiques adressées par enel sont propres à l’Italie qui a une situation particulière:

En 1987, soit un an après la catastrophe de Tchernobyl (Ukraine), il fut décidé par référendum de la sortie du nucléaire civil en Italie. Les quatre centrales nucléaires présentes en Italie furent arrêtées, la dernière en 1990.

Un moratoire sur la construction de nouvelles centrales, initialement voté de 1987 à 1993, a depuis été prolongé indéfiniment[5].

L’Italie importe de l’électricité nucléaire (notamment de France), et la société italienne Enel SPA investit dans la construction de réacteurs nucléaires en France et en Slovaquie, ainsi qu’au développement de la technologie de l’EPR.

En mai 2008, le nouveau gouvernement de Silvio Berlusconi a annoncé le retour à l’énergie nucléaire dans les cinq ans[6]. Le gouvernement italien se propose de poser la première pierre d’un premier EPR d’ici à 2013, pour une mise en service en 2018[7]. (extrait de l’article wikipédia: sortie du nucléaire)

Il ne faut pas faire de généralités à partir d’un communiqué qui s’exprime plutôt sur la situation italienne:

Au cours des dernières années, Enel a délaissé les énergies renouvelables pour le nucléaire. La communauté scientifique continue d’ignorer les nouvelles technologies pour produire de l’électricité.
Le gouvernement italien a réglé ses dettes vis à vis de la France, en contrepartie il a entrepris la construction de 5 réacteurs nucléaires de technologie complètement obsolète. La décision a été guidée par la volonté de l’Etat de réduire de son budget.
Peut être qu’il est temps de se demander s’il ne faut pas mieux un Etat en faillite plutôt que de risquer à l’avenir la vie de nos enfants.
Les énergies solaires et éoliennes sont encore trop peu encouragées en particulier en ce qui concerne la production domestique.
Enel, en accord avec le gouvernement italien, veut imposer un monde dominé par un oligopole de producteurs d’électricité, ce qui aurait des conséquences dramatiques sur la vie des citoyens. Ils veulent nous faire croire que des énergies propres et domestiques ne viendront jamais à satisfaire nos besoins. Tout ça n’est que mensonge.
Après des années d’illusion et de convention sur l’utilisation des panneaux solaires après  que le peuple italien ait dit non par référendum, Enel cherche de nouveau à imposer l’énergie nucléaire.
Maintenant, nous sommes bombardés de publicité financée par enel que ce soit à la télé ou sur les forums internet.
Les modes d’action privilégiés sont les attaques DDOS et les envois massifs de fax.
Vous pouvez trouver plus d’informations sur les pads suivants: