Articles Tagués ‘grève’

Le sit-in décidé par le Collectif autonome des médecins résidents algériens « CAMRA » ce lundi 04 juillet devant le siège de la présidence à El Mouradia, hauteur d’Alger a été durement empêché par les services de sécurité, ces derniers ont entamé des séries d’arrestations musclées au niveau des barrages de police dressés sur les principaux accès de la ville d’Alger parmi les résidents en provenance d’Oran, Setif et de Tizi-Ouzou.

Capture d'ecran d'une partie de PV de réunion natinal des médecin résident - Blida 02/07/2011

Capture d'ecran d'une partie du PV de réunion natinal des médecin résident - Blida 02/07/2011

Selon Dr Toufik Illès, délégué au Collectif « CAMRA », au moins120 médecins résidents ont été arrêtés par la police puis relâchés ce lundi dans plusieurs endroits de la capitale, le docteur qui été choqué par la brutalité de la police envers les médecins résidents a confié au journaliste d’El watan que certains résidents ont été arrêtés lorsque des policiers ont trouvé des blouses blanches dans leurs véhicules, il a ajouté « les médecins résidents, arrêtés par les forces de l’ordre, ont été violemment embarqués dans des fourgons. Mêmes les femmes ont été traitées comme des voleurs » ! « Et après leur passage dans les commissariats, ils ont été à nouveau entraînés dans les camions de police. A la fin, ils ont été déposés à la gare routière de Kharrouba ! ».   

Sit-in empeché par la police 04/07/2011

Sit-in empeché par la police 04/07/2011

Une partie des résident ont pu se regrouper devant l’hôtel El Djazaïr « Ex Saint George », ils étaient pas si nombreux, seulement des dizaines, mais ils étaient déterminés d’entamer une marche vers le siège de la présidence pour interpeller le Président de la République sur leur situation qui dure depuis plus de 100 jours et la légitimité de leurs revendications, tentative rapidement réprimée par les forces anti émeutes déployés en masse sur les lieux, et face à ce blocus, les médecins résident ont préféré de marcher vers le CHU Mustapha Bacha pour tenir un rassemblement.

En marge de la grève générale de 24 heures qui a paralysé le pays ce mercredi 15 juin, plusieurs dizaines de milliers d’indignés Grecs, de membre de groupes de gauche et de droite nationaliste ont envahi dès les première heures de matinées la place centrale de Syntagma au centre d’Athènes pour protester contre le nouveau plan de rigueur annoncé par le gouvernement, et aussi pour former une chaîne humaine autour du parlement comme prévu par les indignés Grecs pour empêcher les députés de débattre le plan en question.

Manifestation Athènes 15/06/2011

Manifestation Athènes 15/06/2011

Submergés par des milliers de drapeaux Grecs, Espagnols et des banderoles portants des messages comme « No pasaran » (« ils ne passeront pas », en espagnol) et « Résistez », les manifestants étaient entourés par un impressionnant dispositif sécuritaires « quelque 5.000 policiers, dont des centaines d’agents anti-émeute », ces policiers ont quadrillé dans la nuit la place Syntagma en utilisant plusieurs barres de fer et des dizaines de fourgons de police afin de bloquer les protestataires et permettre aux députés d’accéder au Parlement, cette situation n’a pas duré longtemps, car une partie du manifestation pacifique s’est transformé en violents affrontements entre jeunes Grecs et force anti émeutes quand un groupe de manifestants est parvenu à rompre le cordon sécuritaire protégeant le siège du gouvernement.

Affrontements entre jeunes Grecs et force anti emeutes 15/06/2011

Affrontements entre jeunes Grecs et force anti emeutes 15/06/2011

Les policiers Grecs ont tiré des gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants, ces derniers ont répliqué en jetant à leur tour des cocktails Molotov, des pierres et autres projectiles sur les forces de l’ordre, ces affrontements qui ont duré presque une heure, ont fait sept blessées dont un policier selon le reporteur de Reuters.

Tout d’abord, il faut noter l’actualité de ce weekend. Les milieux d’opposition sont en effervescence depuis l’annonce d’une grande manifestation pour le 12 février à Alger par l’opposition (voir l’appel du CNCD). Des milliers de groupes apparaissent sur facebook, des plus pacifistes jusqu’aux plus radicaux appelant à une révolution à la tunisienne ou à l’Égyptienne, et le groupe de l’opération algeria est passé en quelques jours de 1000-3000 vues quotidiennes à 7000-10 000 vues. En Algérie, l’actualité a été marquée ce weekend par une manifestation à Bejaia, en Kabylie le 29 janvier, organisée par le parti d’opposition social démocrate, Rassemblement pour la Culture et Démocratie (RCD), bien implanté en Kabylie.  D’après un témoin contacté par l’opération leakspin,

une manifestation pacifique a eu lieu a Bejaia le 29/01/2011, elle a drainer environ 2000 personnes entre sympathisants du rcd et simples citoyens non structurés , les manifestants ont scander des slogans anti gouvernement et ont appeler a la levée de l’etat de siege, aucun debordement n’a eu lieux et apres un meting improviser devnt le siege de la wilaya de Bejaia lesmanifestants se sont disperser dans l’ordre

(orthographe restitué tel quel)

manifestation bejaia 29 janvier

slogans anti-gouvernement à la manifestation de Bejaia organisée par le RCD, parti d'opposition bien implantée en Kabylie

manifestation de Bejaia le 29 janvier

Vous pouvez retrouver sur la page facebook des envoyés spéciaux algériens, l’album photo de la manifestation.

On note malheureusement que les immolations continuent. Il s’agit de jeunes pour la plupart, mais on note le cas d’un père qui a tenté de s’immoler sur son lieu de travail avec sa fille, handicapée moteur, à Staouéli, à l’est d’Alger. Des collègues ont pu empêcher l’Homme de se transformer en torche vivante. (lire l’article de l’expression)

La contestation étudiante reconnait une recrudescence, ainsi El Watan a parlé d’une marche importante de plusieurs milliers d’étudiants à Tizi Ouzou. Les étudiants dénoncent la réforme de l’éducation en cours, le manque de perspectives d’embauche et l’absence d’Etat de Droit. Ils ont été rejoints par les lycéens et le parti d’opposition, RCD. Les étudiants de l’Institut de nutrition, d’alimentation et des technologies agro-alimentaires (INATAA) à Constantine, en grève depuis 5 semaines, ont eux aussi décidé d’organiser une marche pour demain.

AG à l'INATAA-Constantine

Assemblée Générale d'étudiants à l'institut national d'alimentation et des technologies agro-alimentaires le 1er février

A Tazgaït, dans un village déshérité et isolé du willaya de Mostaganem, les habitants ont décidé de fermer la mairie pour protester face à l’incurie de l’administration face aux problèmes de la population (manque d’eau, chômage, réseau routier en mauvais état, transports en commun défaillant etc…). source : El Watan

D’importantes grèves sont annoncées pour demain (texte pris sur la page facebook des envoyés spéciaux algériens) :

Une série de grèves doit débuter aujourd’hui en Algérie avec des mouvements du personnel paramédical et de l’éducation qui réclament des augmentations de salaires alors que l’opposition vient d’appeler à une marche à Alger pour demander « le départ du système ».

Le Syndicat algérien des paramédicaux (SAP) a appelé aujourd’hui le personnel paramédical des hôpitaux et des polycliniques à observer dès demain une grève de deux jours pour faire pression sur le ministère de la Santé. « Un service minimum sera assuré dans les principaux établissements hospitaliers. Quelque 90.000 salariés sont concernés par ce mouvement », a précisé à l’AFP le responsable du SNAP.

Les personnels du corps commun du ministère l’éducation envisagent de leur côté de se rassembler le 14 février devant le siège de leur ministère à Alger.

Ils réclament notamment une augmentation de salaire et une hausse de la prime de rendement.

Les chômeurs prévoient pour leur part le 6 février un mouvement de protestation devant le siège du ministère du Travail à Alger où ils comptent déposer une plate-forme de revendications, toujours selon El Khabar.

L’annonce de ces movvements intervient alors que la toute nouvelle Coordination nationale pour le changement et la démocratie, qui regroupe des mouvements d’opposition et organisations de la société civile, a appelé à une marche le 12 février à Alger.

(orthographe restitué tel quel).

La machine s’emballe et n’est pas prête de s’arrêter.