Articles Tagués ‘journaliste’

Une demi-heure avant l’horaire fixé pour la marche à laquelle a appelé la CNCD‑Oran, une centaine de personnes ont été interpellées, dont une dizaine de journalistes exerçant dans différents organes de presse privée. Ils ont été « cueillis » l’un après l’autre, ce qui suppose que les services de police étaient instruits de les empêcher coûte que coûte d’exercer leur métier. En effet ces derniers ont à maintes reprises exhibé leurs cartes professionnelles et autres ordres de mission, signifiant de vive voix aux agents de police qui procédaient à leur arrestation qu’ils étaient là dans le cadre de l’exercice de leur  profession.

caricature prise sur le site la revolucionvive.org

caricature prise sur le site la revolucionvive.org.ve

En dépit de cela, ils furent embarqués dans des fourgons de police et conduits au niveau de plusieurs commissariats de la ville.
Par ailleurs les journalistes arrêtés tiennent à dénoncer, de la manière la plus vive, le fait  qu’ils aient été désignés sur place, les policiers ayant  fait appel à la « collaboration » d’un journaliste connu par toute la profession pour ses accointances avec les services de renseignements. Les journalistes victimes d’entraves  graves, dénoncent énergiquement cet abus de pouvoir, contredisant les prétendus discours faisant état d’une liberté de la presse en Algérie.
Liste des organes des journalistes arrêtés ce jour samedi 5 mars à Oran :
– Le Soir d’Algérie
– Liberté
– Le Quotidien d’Oran
– El Watan
– L’Expression
– La Tribune
– La Voix de l’Oranie

Marche de la coordination nationale pour le changement et la démocratie – CNCD –(parties politiques)  à Alger et Oran.

La CNCD, a choisi une nouvelle stratégie d’action. Trois rassemblements étaient organisés à Alger ce matin à 11 H00 (10H00 GMT)   pour faire chuter le régime en Algérie, une qui devrait partir du cartier Ain El Benian (15 km d’Alger vers la place des martyrs centre d’Alger), la deuxième, du cartier populaire El Madania –Ex Salambier- en direction du siège de la télévision  national juger comme outil de propagande du régime Algérien et une dernière qui commença d’Hussein Dey – quartier populaire qui se situe à 6 km est d’Alger vers la place 1 mais –Centre d’Alger-, plus une autre marche à Oran (2eme ville en Algérie, 450 km ouest d’Alger).

A Hussein Dey, ils n’étaient qu’une trentaine de manifestants devant le nouveau palais de justice, encadrés par un nombre identique de policiers. Il y avait parmi eux Ali Yahia Abdennour, le président d’honneur de la LADDH.

Dans le quartier d’El Madania, le dispositif policier était bien plus impressionnant. Les arrestations ont été opérées avant le début de la marche. Les policiers étaient munis de photos et venaient interpeller directement les personnes qu’ils recherchaient. Les arrestations étaient musclées. Les manifestants, quelques dizaines, ont été pris à partie par une cinquantaine de personnes pro‑Bouteflika. Ces derniers agitaient au‑dessus de leur tête des portraits du président et scandant des slogans favorables à Bouteflika ont lancé des pétards et d’autres projectiles contre les responsables du RCD.

A Ain Benian, en milieu de matinée, une vingtaine de personnes étaient rassemblées devant la grande mosquée. Vers midi, l’endroit du rassemblement était déjà vide. La police a réussi à disperser les manifestants.

La marche de la CNCD à Oran, qui devait partir de la Place du 1er Novembre (ex‑Place d’Armes) en direction du siège de la wilaya a été brutalement empêchée par la police, déployée en force. Selon des sources concordantes -TSA-ALGERIE, plusieurs personnes interpellées parmi eux  figurent des militants de la CNCD Oran et aussi des journalistes venus couvrir l’événement (7 journalistes selon ESA -envoyés spéciaux Algérie-), et conduites dans des commissariats d’Oran pour les libérer après audition des heures après.