Articles Tagués ‘place de la perle’

Si la Libye avec ses 6000 morts est à la une, il ne faut pas oublier que d’autres pays connaissent une répression sanglante. Au Bahreïn, l’armée continue d’assiéger la foule qui tient toujours la place de la Perle à Manama, la capitale. Ils étaient des milliers hier à être rassemblés devant le parlement et ils étaient encore nombreux à manifester aujourd’hui. Une manifestation a aussi eu lieu devant le ministère de l’intérieur pour dénoncer la répression sanglante des manifestations avec comme slogan « à bas Al-Khalifa » (nom du monarque) et « pas de dialogue avec les tueurs » (middle east online).

manifestation devant le ministère de l'intérieur le 2/03

manifestation devant le ministère de l'intérieur le 2/03, "Comment peut-on espérer être en sécurité quand l'armée tire sur les manifestants?", photo et légende prises sur middle east online

Un autre rassemblement de masse est prévu vendredi après la prière. Les manifestants sont principalement des Chiites (70% de la population) qui protestent contre les discriminations dont ils sont victimes dans cette monarchie sunnite. Les tensions communautaires sont très fortes et des affrontements inter-religieux ont été signalés. Gulfnews.com raconte l’histoire d’une bagarre dans une lycée pour filles entre Sunnite et Chiite. Les bilans établis par les différents organismes de presse font état de 7 morts et de plusieurs centaines de blessés en un mois. La répression violente n’est pas près de s’arrêter puisque l’Arabie Saoudite (monarchie sunnite elle aussi) a envoyé une douzaine de chars pour soutenir l’armée du Bahreïn (ria novosti). Cependant la répression brutale décourage pas les manifestants, souvent très jeunes, qui continuent à manifester pour réclamer leurs droits et une libéralisation du régime politique.

Dans cette vidéo, un jeune manifestant sur son lit d’hôpital déclare:

« Ils nous ont lancé des gazs lacrimogènes et des bombes sonores. Ils nous traitent comme des animaux. Ils nous ont attaqué avec des armes non conventionnelles. Ils croient que nous sommes des bêtes. »

question du journaliste: « portiez-vous quelque chose sur vous? »

jeune manifestant: « Non, nous ne protestons que pacifiquement. Nous voulons juste la paix. Nous ne sommes pas armés. »

D’après le Bahrein Center for Human Rights (BCHR), la torture est couramment usitée dans les prisons bahreïnies y compris contre des enfants. Les détenus mineurs subissent souvent des viols et des passages à tabac. Le site raconte l’interpellation de 76 enfants dans une manifestation en novembre 2010 avec des photos des marques de torture à l’appui (les photos peuvent heurter la sensibilité), le plus jeune détenu avait à peine 10 ans.

Jihad Aqqel Al Sari, 10 ans, emprisonné en novembre 2010 après une manifestation

La police ne prévient pas les parents de l’arrestation de leur enfant qui de toute façon ne pourra recevoir aucune visite.

La situation des adultes n’est guère reluisante non plus. Des attaques contre les équipes médicales sur le terrain des manifestations par la police pour empêcher les blessés de recevoir les soins ont été signalées. Cependant, le gouvernement bahreïni s’est engagé à ce que cela ne se reproduise plus. Plusieurs témoignages de manifestants confirment de nouveau l’utilisation de la torture par les forces de l’ordre du Bahreïn.

le président du Bareihn Center for Human Rights lui même tabassé par la police anti-émeutes

Une pétition pour demander la fin des violences policières envers le peuple bahreïni est en ligne. Les Anonymous continuent les actions de soutien avec l’operation Bahrain, le site du ministère de l’intérieur est hors ligne.

image du groupe facebook de l'operation bahrein

image du groupe facebook de l'operation bahrein, photo pris le 21/02, place de la Perle à Manama, la capitale