Articles Tagués ‘prison’

Cet enregistrement n’est qu’une partie du câble original, le texte complet du câble original n’est pas disponible.

Le câble diplomatique 05ALGIERS2114, créé le 16 Octobre 2005 et publié par Wikileaks le 30 Aout 2011, nous présente plusieurs témoignages sur l’état de santé détérioré du journaliste et écrivain algérien Mohamed Benchicou, les témoignages ont montré aussi que les conditions d’emprisonnement ont accéléré l’aggravation de son état durant l’année 2005 (…..Benchicou n’a pas eu la permission de suivre un traitement médical nécessaire……).

Le câble original en anglais est accessible ici.

Numéro d’identification

Créé le Publié le Classification Origine
05ALGIERS2114 2005-10-16 08:37 2011-08-30 01:44 UNCLASSIFIED//FOR OFFICIAL USE ONLY

Embassy Algiers

  1. UNCLAS ALGIERS 002114
  2. SIPDIS
  3. SENSIBLE
  4. E.O. 12958: N/A
  5. TAGS: PGOV PHUM KDEM KMPI AG
  6. OBJET : Reporters sans frontières déclenchent l’alarme sur la détérioration de l’état de santé de Benchicou
  7. REF: ALGER 1958 (NOTAL)

La lettre U en début des chapitres annonce des commentaires non classifiés (Unclassified). Les lettres SBU en début des chapitres annoncent des commentaires sensibles mais non classifiés (Sensitive but Unclassified).

Biographie de Mohamed Benchicou :

Mohamed Benchicou est l’aîné d’une famille de sept enfants (né en 1952 à Miliana, Wilaya d’Ain Defla –L’ouest Algérien-). Il est marié et père de trois enfants, deux filles et un garçon.

En 1989, il est l’un des fondateurs du Mouvement des journalistes algériens (MJA) un mouvement né durant l’ouverture du champ médiatique. Il dirige alors l’équipe qui relance Alger Républicain, interdit de parution en 1965. Benchicou quitte Alger Républicain en 1991, pour fonder le quotidien Le Matin, principal quotidien d’opposition au Président en Algérie.

En février 2004, Benchicou publie en Algérie et en France une biographie, un livre critique sur le président algérien Abdelaziz Bouteflika, Bouteflika : une imposture algérienne.

En juin 2004, Benchicou est incarcéré pour une peine de deux ans sur plainte du ministère des Finances pour « infraction régissant le contrôle des changes et les mouvements des capitaux », après avoir été interpellé en août 2003 à l’aéroport d’Alger en possession de « bons de caisse ». Benchicou est libéré le 14 juin 2006 de la prison d’El Harrach à Alger. Pendant son incarcération, les journalistes du monde entier se mobilisent pour demander sa libération, car son emprisonnement est considéré comme une tentative de le faire taire. Le 29 mars 2006, il obtient le prix PEN qui rend hommage aux journalistes emprisonnés pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression. Pendant son incarcération, le quotidien Le Matin est fermé (source : Wikipédia).

Mohamed Benchicou

Mohamed Benchicou

¶1. Des parties de ce câble sont sensibles mais non classifiées.

Les conditions d’emprisonnement ont aggravé l’état de santé de Benchicou.

Repoters sans frontières

Repoters sans frontières

¶2.  (U) L’état de santé de Mohamed Benchicou, le rédacteur en chef du quotidien francophone Le Matin – fut suspendu en 2004 pour non-paiement de dettes -, qui a été condamné à deux ans d’emprisonnement le 14 Juin 2004 pour avoir transférer illégalement des bons de caisse vers la France, s’est empiré considérablement au cours du dernier mois, selon des sources diverses, notamment Reporters Sans Frontières.

Ayant longtemps souffert d’arthrose sur le côté droit, une permission pour un traitement médical nécessaire a été refusé à Benchicou ce début d’année, en conséquence, son état s’est considérablement aggravé, selon Saad Lounes, un journaliste qui a rendu visite à Benchicou en prison le 10 Octobre.

Arthrose :

Affection articulaire, d’origine mécanique et non inflammatoire, caractérisée par des lésions dégénératives des articulations, associées à une atteinte du tissu osseux sous-jacent. Les localisations les plus fréquentes de l’arthrose sont le genou, la main, le pied, la hanche, le cou et la colonne vertébrale lombaire……… (Source : Larousse médical).

¶3.  (U) Benchicou, selon ses médecins (comme communiquées par ses avocats), nécessite une intervention chirurgicale pour soulager la pression sur un nerf coincé entre deux vertèbres. Reporters sans frontières ont publié une déclaration le 14 Octobre appelant à un examen médical pour Benchicou par une ONG « organisation non gouvernemental » indépendante et demandant au Comité international de la Croix-Rouge d’intervenir en son nom.

Commentaire.

¶4.  (SBU) Selon les avocats de Benchicou, qui ont parlé avec nous le 15 octobre, Benchicou est entrain d’apprendre à utiliser sa main gauche pour tous ses besoins, Il a été incapable de tenir un stylo pendant des mois, et l’ouverture d’un couvercle avec sa main droite lui cause des douleurs intenses. Ses avocats nous ont confié que Benchicou ne veut pas d’une grâce présidentielle dans le cadre de la loi sur la réconciliation nationale adopté lors du récent référendum, parce qu’il n’est pas un terroriste. Ses avocats ont également confirmé que l’état de santé de Benchicou s’est considérablement aggravé depuis le début du moi de Septembre. Bien que Benchicou soit incarcéré pour violations des lois de transfert des changes, lui (Benchicou) et la communauté journalistique confirment que le maintient de ces accusations n’est qu’une couverture pour mettre fin à sa campagne de propagande contre le président Abdelaziz Bouteflika.

SIEVERS

Mercedes Haefer, "la face terrifiante d'Anonymous" titrait ironiquement le magazine the smoking gun.

Mercedes Haefer a 20 ans et étudie le journalisme à l’université de Las Vegas dans l’Etat du Nevada aux Etats-Unis. Elle est aujourd’hui poursuivie pour sa participation aux attaques DDOS contre paypal en soutien à wikileaks en décembre 2010. Sous la pression du gouvernement américain, paypal (un service de paiement en ligne) avait arrêté les dons de wikileaks et de geler les versements en raison de la publication de documents confidentiels américains par Wikileaks. En signe de protestation, Anonymous a lancé une attaque par déni de service distribuée (DDOS) qui consiste à mettre hors ligne un site en envoyant massivement des requêtes. Plus récemment, Anonymous a appelé à boycotter paypal.

Mercedes Haefer fait parti des 14 anons arrêtés le 13 juillet par le FBI. Mercedes Renee Haefer et les 14 personnes, inculpées à San Jose, ont toutes été accusées de complot visant à causer des dommages intentionnellement à un ordinateur protégé. L’accusation de complot comporte un maximum de cinq ans de prison et une amende de 250 000 dollars, tandis que la charge de dommages intentionnels entraîne une peine maximale de 10 ans de prison et une amende de 250 000 dollars, a indiqué le FBI dans sa déclaration. Aux Etats-Unis, les peines se cumulent, Mercedes risque donc 15 ans de prison et 500 000 dollars d’amende soit plus qu’une personne accusée d’agression physique grave. Rappelons qu’une attaque DDOS ne se caractérise par aucun préjudice humain et le préjudice matériel reste très faible, un serveur peut être endommagé mais la plupart du temps, il suffit de redémarrer la machine pour que le site soit à nouveau en ligne. Les attaques DDOS sont un moyen de protestation pacifique.

Mercedes Haefer a été relachée après l’audience devant le juge, profitant ainsi de sa liberté pour organiser sa défense. Le système judiciaire américain est accusatoire et donc c’est à l’accusé de prouver son innocence face à l’accusation qui avance des preuves de sa culpabilité. Malheureusement, Haefer n’a pas les moyens de DSK pour se payer les meilleurs avocats. La jeune étudiante qui travaille aussi comme caissière pour payer ses études (les frais d’inscription aux Etats-Unis s’élèvent entre 15000 et 40 000 dollars par an pour la plupart des universités américaines) peine à payer les frais d’avocat.

En accord avec son équipe de défense juridique, elle a créé son propre fonds pour recueillir de dons, le « Mercedes Haefer legal fund« . Sur le site freemercedes.org, vous pouvez faire un don pour soutenir la défense juridique de la jeune étudiante.

C’est pourquoi Anonymous lance une campagne de soutien à Mercedes (vidéo en Français ici).

Anonymous n’oublie aucun des anons emprisonnés pour des motifs politiques et appelle à leur libération immédiate et sans condition.

Nous sommes Anonymous

Nous sommes légion

Nous n’oublions pas

Nous ne pardonnons pas

Redoutez-nous !

4 bahraïnis condamnés à mort

De gauche à droite: Saeed Abduljalil Saeed, 19 ans ; Abdul Aziz AbdulRidha, 24 ans; Ali Hassan AlSingace, 19 ans ; Qasim Hasan Matar, 20 ans . Photomontage publié sur la page facebook de l'operation Bahrain

Ces 4 jeunes Bahraïnis ont été condamnés à mort le 2 mai pour le meurtre de deux policiers. Trois autres jeunes d’une vingtaine d’année environ ont été condamnés à la prison à vie dans la même affaire. Selon le Bahrain Center for Human Rights, les aveux des 7 condamnés ont été obtenus sous la torture (voir l’article de l’operation leakspin sur la pratique de la torture au Bahreïn).

Ils devaient être défendus par l’avocat Mohammed AlTajer connu pour son engagement en faveur des droits civiques. Il a été arrêté le 15 avril et le procès a commencé le 19. Le 15 avril à 23h (heure locale), la police a encerclé le domicile de l’avocat et a effectué une perquisition de toutes les pièces de la maison y compris des chambres des enfants qui dormaient à cette heure ci. La police a confisqué des objets personnels et embarqué l’avocat devant sa femme et ses enfants. Vous pouvez lire le rapport de Human Right Watch ici en Anglais.

Les 7 inculpés ont été jugés sans avocat devant une court martiale à huis clos, ce qui est contraire aux normes d’un procès civil équitable. L’état d’urgence déclaré le 16 mars par le roi Al-Khalifa a institué une court militaire spéciale pour juger les crimes et délits des opposants arrêtés. Plus de 800 personnes ont été arrêtés depuis le début des évènements le 14 février et elles sont détenues au secret sans que leur famille ou des avocats puissent leur rendre visite. On compte aussi 31 tués dans les manifestations.

Mohammed Farhan, 6 ans, tué par l'inhalation des gazs lacrymogènes

Mohammed Farhan, 6 ans, tué par l'inhalation des gazs lacrymogènes dans l'île de Sitrah. Image de l'operation bahrain