Articles Tagués ‘rabat’

Non à la répression, c’était le titre des marches pacifiques organisés ce dimanche 05 juin 2011 par le comité de soutien du mouvement 20 février qui milite pour l’instauration d’une vraie démocratie au Maroc. Ils étaient plusieurs milliers à manifester dans les rues de Casablanca, Rabat, Safi, et autres villes marocaines.

Des milliers de personnes ont manifesté à la ville de Safi, 350 km au sud de Casablanca pour réclamer des réformes politiques profondes, aussi pour dénoncer le décès du jeune militant islamiste du mouvement 20 Février Kamal Omari, décédé ce jeudi 02 Juin à l’hôpital de Safi, ces manifestants ont demandé « toute la vérité sur les circonstances de cette mort ».

A rabat,  le journaliste d’AFP a constaté que les forces de l’ordre, qui s’étaient déployées le matin dans les principales rues du centre de ville se sont retirées avant le début des manifestations, contrairement aux précédentes manifs des 15, 22 et surtout celle du 29 mai où les force de l’ordre ont réprimée les marches pacifiques avec une extrême brutalité, des mesures condamné par la commission européenne qui avait appelé les autorités marocaine à la retenue dans l’usage de la force et au respect des libertés fondamentales des citoyens, ces critiques ont joué un rôle dans la décision des autorités d’éviter la violence selon Mohamed Lâaouni, le président du Comité de soutien au Mouvement du 20 février dans une déclaration à l’AFP.

On rappelle que la police marocaine était impitoyable à l’égard des manifestants lors de la marche organisé par le mouvement 20 février à Casablanca, le dimanche 29 mai, des vidéos amateurs publiés sur youtube et relayé sur les réseaux sociaux commes Facebook et Twitter, ont montré l’extrême brutalité utilisés par la police pour disperser les manifestants.

Certaines vidéos ont montré des manifestants chassés par des policiers marocains dans des ruelles adjacentes, certains d’entre eux ont été capturés et violemment tabassés, surtout dans les petites rues.

Autres vidéos ont montré l’usage extrême de la force envers les manifestant sans distinction de sexe ou d’âge.

En plein début de la médiatisation de la crise libyenne, le Maroc était présenté comme un modèle de gestion des mouvements de protestation. La manifestation pacifique de Casablanca où les policiers ont été en retrait a été présenté comme un modèle. En comparaison avec les autres pays arabes, le Maroc pouvait en effet se targuer d’avoir contenu les manifestations sans violence policière excessive.

Mais le tableau est-il aussi idyllique?

Il faut quand même noter que 5 personnes sont mortes le 20 février dans l’incendie d’une agence bancaire par des pilleurs dans la ville d’Al Hoceima au nord du pays. Le lendemain, une manifestation à Rabat, la capitale, a été violemment dispersée comme le montre cette vidéo de l’AFP:

Les jeunes apparaissant dans le spot de campagne du 20 février ont eu le droit à « un traitement spécial » d’après Anonymous Morocco. La répression au Maroc est discrète mais non absente. En tout cas, les sit-in de protestation continuent notamment à Rabat comme celui-ci le 26 février:

Mohammed VI est certes très populaires mais il ne devrait pas oublier la leçon du Bahreïn. Une monarchie solidement ancrée peut être contestée si elle soutient une répression sans merci contre son peuple.