Articles Tagués ‘socialiste’

Le 19 mars devait être le jour de fête des 10 ans de l’alternance au Sénégal. Abdoulaye Wade rompait 40 ans d’hégémonie du parti socialiste en accédant à la présidence de la république. L’espoir de changement était immense, un président issu du parti démocratique sénégalais (PDS) d’orientation libérale prenait le pouvoir. Wade avait axé sa campagne sur l’économie et promettait des créations d’emploi pour résoudre le problème du chômage. Dix ans plus tard, on est forcé de constater que le compte n’y est pas. Le Sénégal est 144e au classement du Programme des Nations Unies Pour le Développement (PNUD) par l’indice de développement humain (IDH) en 2010. Le taux de chômage est de 49%, la croissance inférieure à 3% du PIB est trop faible pour répondre aux besoins de la population mais l’inflation est à 4,2% (source: diplomatie.gouv.fr). Le nouveau président n’a pas tout à fait rompu avec les pratiques des anciens dirigeants. Dans un esprit de népotisme, il favorise sa famille notamment son fils, Karim, qui est ministre et qu’il aimerait bien voir lui succéder. Le respect des Droits de l’Homme s’est nettement dégradé à la faveur du second mandat du président Wade, le rapport 2010 d’amnesty international décrit une situation alarmante:

Dans le sud de la Casamance, des centaines de personnes ont été déplacées après la reprise de combats sporadiques entre l’armée sénégalaise et des membres présumés d’un mouvement séparatiste. Des policiers ont torturé des détenus sans que l’appareil judiciaire ne prenne de mesures. La répression de l’homosexualité masculine s’est intensifiée. Des médias et des journalistes indépendants ont été la cible de manœuvres de harcèlement visant à étouffer la liberté d’expression. Le procès d’Hissène Habré, l’ex-président du Tchad, n’a pas débuté.

Abdoulay Wade, chantre du libéralisme (surtout économique) a la main de plus en plus lourde pour faire taire les opposants:

Des médias et des journalistes indépendants ont été pris pour cibles, l’objectif étant d’étouffer la liberté d’expression et de faire taire les critiques à l’égard du président Abdoulaye Wade et de son gouvernement.

  • En mars, trois stations de radio de Dakar qui avaient commenté les élections locales ont vu leurs fréquences suspendues pour deux mois. La suspension a finalement été annulée au bout de quatre jours, la condition étant que les stations s’abstiennent de commenter l’actualité politique en période de campagne électorale.
  • Trois journalistes du Quotidien ont été convoqués par la police en août pour être entendus au sujet de la publication d’un article critique à l’égard du président Wade et de ministres de son gouvernement. L’audition s’est poursuivie sur deux jours.
manifestant brandissant une affiche contre Wade père et fils

manifestant brandissant une affiche contre Wade père et fils le 19 mars, "Wade Dégagent"

Le ras le bol de la population déçue s’est amplifiée et a débouché sur le mouvement « Y en a marre » lancé par le groupe de rap, Keur Gui (Lire le très bon article d’afrik.com pour ceux qui veulent en savoir plus sur le mouvement) qui a connu un essor très important après le forum social de Dakar en février. Les revendications portent en priorité sur l’amélioration du niveau de vie mais aussi sur les libertés politiques:

extrait d'une conversation sur twitter avec un jeune militant de "y en a marre"

extrait d'une conversation sur twitter avec une sympathisante du mouvement "y en a marre", qui se décrit comme une simple "citoyenne qui désapprouve le régime de Wade"

« Y en a marre » avait appelé à une marche le 19 mars, jour de commémoration par les militants du parti démocratique sénégalais de l’arrivée au pouvoir d’Abdoulay Wade. Les manifestations à Dakar, capitale du Sénégal, ont démarré place de l’indépendance pour finir place de l’obélisque.

parcours de la manifestation du 19 mars à Dakar, de la place de l'indépendance vers la place de l'obélisque

parcours de la manifestation du 19 mars à Dakar, de la place de l'indépendance vers la place de l'obélisque, capture d'écran de wikimapia retouchée par hayop

La situation s’était tendue ces derniers jours avec la crainte d’affrontements entre partisans et opposants du président. Après quelques tergiversations, la manifestation a été autorisée. La très dynamique Dakar était particulièrement calme ce matin, les gens préférant rester chez eux de peur des incidents. Ce matin, peu avant les manifestations, le gouvernement a affirmé, par la voie du ministre de la justice Cheikh Tidiane Sy, avoir déjoué une véritable tentative de coup d’Etat. Quinze personnes ont été arrêtées dans cette affaire, il est difficile de s’assurer de la véracité des chefs d’accusations contre les suspects impliqués. Les manifestants se sont d’abord regroupés place de l’indépendance, ils étaient environ 5000 selon l’agence de presse sénégalaise:

manifestants réunis place de l'indépendance à Dakar, le 19 mars en début d'après-midi

manifestants réunis place de l'indépendance à Dakar, le 19 mars en début d'après-midi

Il a aussi été fait échos d’affrontements et de course-poursuites entre policiers et manifestants, place de l’indépendance. Jeunes libéraux (militants du PDS) et socialistes (parti d’opposition) se sont affrontés à coup de jet de pierre. Selon le média publique ruepublique.net qui a suivi en direct les évènements, un jeune militant libéral été sévèrement tabassé.

Les manifestations place de l’obélisque se sont déroulées dans une ambiance plutôt bonne enfant d’après les témoignages recueillis. Les rappeurs à l’initiative de la manifestation ont réitéré à plusieurs reprises les appels au calme. Se sont ensuite enchainés chants et prise de parole sur une scène montée à l’occasion. La foule apparemment ne cesserait de grossir.

foule rassemblée place de l'obélisque le 19 mars à l'initiative du mouvement "y en a marre"

foule rassemblée place de l'obélisque le 19 mars à l'initiative du mouvement d'opposition "y en a marre"

Les organisateurs de la manifestation sont satisfaits. Le rappeur Khouman du groupe pee a parlé de « victoire de la jeunesse ». La présence de Serigne Mansour Sy Djamil, religieux populaire qui n’a pas hésité à s’opposer à la famille Wade, a été remarquée. Y en a marre a engrangé un succès symbolique en réussissant à organiser un évènement citoyen et compte bien continuer sur sa lancée.

La prochaine étape est la sensibilisation des jeunes pour l’inscription sur les listes électorales.

Ce câble traite des pratiques de l’entreprise pétro-gazière russe Gazprom, en situation de monopole. Sont évoqués la coupure du gaz en Ukraine le 1/01/2009 et les hauts-tarifs pratiqués aux consommateurs européens. logo de gazprom

N° de référence Créé le Publié le Classification Origine
08MOSCOU2816 2008-09-19 07:07 2011-01-05 11:11 CONFIDENTIEL Ambassade de Moscou
Le câble apparaît dans ces articles:
http://www.spiegel.de/

VZCZCXRO6521
PP RUEHFL RUEHKW RUEHLA RUEHROV RUEHSR
DE RUEHMO #2816/01 2630748
ZNY CCCCC ZZH
P 190748Z SEP 08
FM AMEMBASSY MOSCOW
TO RUEHC/SECSTATE WASHDC PRIORITY 0052
INFO RUCNCIS/CIS COLLECTIVE PRIORITY
RUEHZL/EUROPEAN POLITICAL COLLECTIVE PRIORITY
RUEHXD/MOSCOW POLITICAL COLLECTIVE PRIORITY
RHEHNSC/NSC WASHDC PRIORITY
RHMFISS/DEPT OF ENERGY WASHINGTON DC PRIORITY
C O N F I D E N T I E L SECTION 01 OF 02 MOSCOU 002816

SIPDIS

DEPT FOR EUR/RUS, FOR EEB/ESC/IEC GALLOGLY AND WRIGHT
EUR/CARC, SCA (GALLAGHER, SUMAR)
DOE FOR FREDRIKSEN, HEGBORG, EKIMOFF

E.O. 12958: DECL: 09/15/2018
TAGS: EPET ENRG ECON PREL PINR RS
OBJET : UN OFFICIEL DE GAZPROM DÉCRIT L’ENTREPRISE COMME UN MONOPOLE SOCIALISTE RENTIER

REF: MOSCOW 2802

Classifié Par: le conseiller aux affaires économiques Eric T. Schultz pour les raisons 1.4 (b/d)

——-
RESUME
——-

1. (C) Le directeur des relations étrangères de Gazprom, Ivan Zolotov, nous a dit le 12 septembre que les trois premières priorités de l’entreprise étaient : satisfaire la demande intérieure de gaz, remplir ses «obligations sociales», et maximiser le contrôle sur les ressources intérieures et internationales de pétrole et de gaz. Zolotov s’est dit confiant à propos du contrôle des ressources qui devrait finalement compenser la perte de valeur de 200 milliars de dollars que l’entreprise a du supporter. Il a dit que Gazprom est fermement opposé à la concurrence de d’autres companies russes à l’exportation de gaz vers l’Europe [NDLR: Le 5/07/06, le parlement russe a accordé à Gazprom le monopole des exportations de gaz vers l’Europe], ce qui pourrait faire diminuer les prix.
Zolotov n’a apporté aucune considération au fait qu’il était difficile de rencontrer un haut-responsable de son service », ajoutant que la plupart d’entre eux n’étaient pas formés pour s’entretenir avec des fonctionnaires étrangers mais que l’entreprise n’a aucune intention d’engager des gens dans ce but
Finalement, il a montré son optimisme sur la situation ukrainienne, déclarant qu’il n’y aurait pas de problèmes cet hiver.
Fin du résumé
——————-
Le ministère du gaz
——————-

2. (C) Pendant une longue réunion dans l’élégante tour de Gazprom, une ville à l’intérieure de la ville comme Zolotov l’a décrit, avec des représentants d’ambassades occidentales et des officiels, nous avons interrogé le principal interlocuteur de Gazprom pour identifier les deux ou trois premières priorités de la société. Dans une réponse inhabituellement franche, Zolotov a dit que Gazprom avait deux fonctions essentielles: satisfaire les besoins en gaz des industries et des particuliers, et remplir ses «obligations sociales», ce qui incluse une grande variété, effectivement, de projets caricatifs à travers le pays.

siège social de Gazprom

le siège social de gazprom où s'est tenu la réunion entre un représentant de l'ambassade américaine et le directeur des relations étrangères de Gazprom, Ivan Zolotov

3. (C)Quand nous lui avons fait part que la plus grande partie des firmes multinationales de l’Ouest aurait probablement cité la maximisation de la valeur actionnariale ou des parts de marché comme buts de la société, Zolotov a ajouté une troisième priorité – maximiser le contrôle sur les ressources énergétiques mondiales. Il a suggéré que ce contrôle sur les ressources. Il a sous-entendu que le contrôle des ressources était un but équivalent à la maximisation de la valeur actionnariale, parce que cela augmente le patrimoine de l’entreprise, qi est la clé de la profitabilité à long terme.

4. (C) Zolotov a reconnu que la forte descente des cours sur les marchés boursiers russes depuis mai, et plus particulièrement depuis le 7 Août, a eu des effets catastrophiques sur la valeur actionnariale de Gazprom. [NLDR: les cours des actions ont baissé à la bourse de Moscou après la guerre russo-géorgienne dans un contexte de forte crise financière marquée par la baisse des cours des matières premières, ce qui a entrainé une baisse des recettes de Gazprom, pour plus d’infos lisez cet article] L’entreprise valait plus de 380 millions de dollars à son apogée , il y a quelques mois, et maintenant elle vaut moins de 150 millions de $ – soit une plongeon ahurissant de la capitalisation boursière de l’entreprise de 200 millions de £. Zolotov s’est dit confiant dans le contrôle des réserves de gaz et de pétrole qui permettraient finalement de compenser la perte de valeur.

—————————–
Le monopole défend des prix élevés
—————————–

5. (C) En décrivant ses priorités, Zolotov semblait apprécier que Gazprom ne soit pas une entreprise comme les autres, notant que la transition avec son prédécesseur, le ministère du Gaz, n’a pas été complètement effectuée. Il a également été franc sur la façon dont Gazprom usait de sa position de monopole en pratique. Par exemple, quand il a été interrogé sur les efforts récents (ref A) de forcer Gazprom à autoriser l’accès aux pipelines à des tiers [third-party access, TPA], Zolotov a dit que l’accès en lui même n’était pas un problème. En effet, il a indiqué que d’ici 15 à 20 ans, environ 30% de la production de gaz en Russie relèvera d’acteurs indépendants.

6. (C) Zolotov a ajouté, cependant, que Gazprom s’oppose au partage de l’accès à l’exportation à travers des compensations monétaires ou des connections physiques. Il a expliqué que le monopole à l’exportation de Gazprom est nécessaire pour défendre les prix élevés pratiqués auprès des consommateurs européens. Il a dit que la TPA [third-party access ou accès aux tiers] ne pouvait s’appliquer à l’exportation «parce que nous ne pouvons pas laisser du gaz russe entrer en concurrence avec du gaz russe; cela entrainerait une diminution des prix en Europe»

—————————————-

MOSCOW 00002816 002 of 002

SEULEMENT DEUX INTERLOCUTEURS; ET ILS SONT OCCUPÉS
—————————————-

7. (C) Zolotov a aussi expliqué pourquoi il était si difficile d’avoir des rencontres avec des représentants de l’entreprise pour des visiteurs de haute-importance. Selon Zolotov, dans une une entreprise de plus de 400 000 salariés, seulement deux – le PDG Alexey Miller, et le vice-président Alexander Medvedev
[NLDR: A ne pas confondre avec Dimitri Medvedev, le président russe] – ont les compétences pour de telles réunions. Il a dit que peu d’autres, si ce n’est aucun, avaient les connaissances requises, l’authorité, et les compétences diplomatiques pour de telles réunions.

le PDG et le vice-président de Gazprom

Alexeï Miller le PDG de Gazprom et Alexander Medvedev, le vice-président

8. (C) Cependant Zolotov a dit, que les deux hommes étaient constamment en train de voyager, et qu’il était difficile de prendre rendez-vous avec eux, même des réunions prévues pouvaient être annulées au dernier moment. En guise d’exemple, Zolotov a cité la visite récente à Moscou du ministre de l’énergie québecois [NDLR: le 19 septembre 2008, une délégation québecoise s’est rendue en Russie pour négocier des contrats dans le cadre de la «mission Russie 2008»]. En dépit du désire de Gazprom de négocier avec le Québec, il n’a pas pu obtenir une réunion pour le ministre ni avec Miler ni avec Medvedev. Zoloto, cependant, a écarté le besoin de personnel pour mener un tel travail de communication disant «nous n’allons pas embaucher quelqu’un juste pour une réunion avec le ministre de l’énergie du Québec».

——-
UKRAINE
——-

9. (C) Sur l’Ukraine, Zolotov a montré son optimisme sur la situation ukrainienne, déclarant qu’il n’y aurait pas de problèmes cette année dans les négociations des prix et des contrats [NLDR: La Russie a finalement coupé le gaz à l’Ukraine le 1er janvier 2009]. Il a dit qu’il y avait même un espoir pour un contrat portant sur plusieurs années pour empêcher le coup de stress [hand-wringing] annuel sur les échanges de gaz entre la Russie et l’Ukraine.

Poutine par Pistremovic, 2009

Gazprom est souvent critiquée pour être le bras économique armé, du premier ministre russe, Poutine, comme dans le différent russo-ukrainien sur le gaz en 2009. Caricature de Pistremovic, 2009

——-
COMMENTAIRE
——-

10. (C) Nos propres observations de Gazprom s’accordent avec la description candide de Zolotov – un monopole rentier, qui cherche à contrôler les ressources partout où c’est possible, et avec un sens relativement simpliste des responsabilités vis à vis des actionnaires autre que l’Etat [NLDR: Gazprom est la compagnie pétro-gazière la moins généreuse en dividendes]. Peut être le meilleur espoir pour faire avancer Gazprom vers un modèle plus compatible avec les définitions modernes d’un monde d’affaires mondial concurrentiel est de continuer et d’étendre les contacts avec les partenaires occidentaux. Fin du commentaire.

Beyrle