Archives de la catégorie ‘traduction de câbles’

Politiciens où voyous ? Serviteurs du peuple où opportunistes ?, ces questions sont légitimes pour une partie importante des algériens, je dis bien une partie parce qu’une autre partie du peuple s’est impliquée dans une violente guerre de position au sein des partis « politiques » pour bénéficier d’un statut de député au niveau du parlement lors des prochaines élections législatives, un statut qui va leurs ouvrir les portes d’une paradis « corrompu ».

Au cours des derniers mois, le vieux parti, front de la libération national (FLN) s’est déchiré en deux parties, la première, légaliste, gouverné par Belkhadem, et l’autre, surnommée, mouvement de redressement. Ces deux groupes n’hésitent pas à faire usage de violence lors des conférences nationales du parti qui se transforme en affrontements.

Jeudi derniers, la petite ville de Draria (à l’ouest d’Alger) a été verrouillé par un impressionnant dispositif de sécurité afin d’éviter des affrontements entre les partisans des deux groupes du FLN lors d’une conférence nationale des redresseurs, même si ce rendez-vous n’a pas connu les mêmes dépassements de celui de Constantine quand une réunion s’est transformé en bagarre générale faisant de nombreux blessés, des incidents ont eu lieu avant la tenue du rassemblement entre quelques perturbateurs dont un fils de Belkhadem qui brandissaient des pancartes et des posters du secrétaire général du parti et les forces de sécurité installé autour de la salle qui réceptionnait la réunion.

A quelques kilomètres de Draria, une bataille sanglante s’est déclenché entre des dirigeants du parti, El Islah Elwatani au niveau de leur siège principal, situé à Belouizdad (ex-Belcourt -centre d’Alger-). Un vidéo amateur publié sur le compte facebook personnel de l’ex député Mohamed Salhi et relayé sur plusieurs sites et pages d’information montre l’ex député Miloud Kadri soufrant de plusieurs blessures causés par des coups d’armes blanches au niveau de sa jambe et de son visage.

Selon les témoignages de Mohamed Salhi et Miloud Kadri, le leadeur du parti et ex candidat au présidentielle de 2009, Mohamed DJahid Younsi a dressé une bande de 40 personne armés de couteaux et autres armes blanches tard dans la soirée du dimanche pour  attaquer le siège et le clan adversaire qui l’occupait depuis le samedi 15 octobre, ces violents affrontements ont fait plusieurs blessés qui ont été transféré à l’hôpital Mustapha Bacha après l’intervention des forces de police.

Le câble diplomatique 08ALGIERS1022, créé le 24 Septembre 2008 et publié par Wikileaks le 30 Aout 2011, nous présente une nouvelle preuve renforcé par plusieurs commentaires sur la combinaison « Politique-Argent » où bien « Pouvoir-Corruption » au sein du parlement algérien, cette institution, sensé représenter et défendre les intérêts des citoyens qui l’ont élu, est devenu un moyen utilisé par des groupes d’opportunistes et de « BAGGARAS » afin de bénéficier des privilèges d’un député pour mieux gérer leurs intérêts personnels.

Le télégramme diplomatique nous montre aussi comment une décision présidentielle signé par le président lui-même à ordonné une augmentation inhabituelle et considérable des salaires des parlementaire quelques mois seulement avant l’amendement de la constitution pour permettre à Bouteflika un troisième mandat présidentiel.

08ALGIERS1022 : Vous voulez devenir riche – Devenez un parlementaire.

Le câble original en anglais est accessible ici.

Numéro d’identification Créé le Publié le Classification Origine
 08ALGIERS1022 2008-09-24 07:22 2011-08-30 01:44 CONFIDENTIAL Embassy Algiers

1.      VZCZCXRO0667

2.      PP RUEHWEB

3.      DE RUEHAS #1022/01 2680722

4.      ZNY CCCCC ZZH

5.      P 240722Z SEP 08 ZDK

6.      FM AMEMBASSY ALGIERS

7.      TO RUEZC/USOFFICE EACTC

8.      RUEHNM/AMEMBASSY NIAMEY

C O N F I D E N T I A L SECTION 01 OF 02 ALGIERS 001022

SIPDIS

E.O. 12958: DECL: 09/23/2018

TAGS: PGOV ECON AG

OBJET: Vous voulez devenir riche – Devenez un parlementaire

La lettre C en début des chapitres annonce des commentaires confidentiels.

Classé par: DCM Thomas F. Daughton; reasons 1.4 (b) and (d).

SOMMAIRE :

1. (C) SOMMAIRE: La décision du 17 septembre qui consiste à augmenter considérablement les salaires des membres des deux chambres parlementaires (Le conseil de la nation et l’assemblé populaire nationale APN) a été largement critiqué par le public et les principaux titres des journaux qui criait, « Honte à vous » et « Deviens un député et deviens riche ! ». La décision, prise par une ordonnance présidentielle retentissante ratifiée par le parlement, augmente le salaire de base d’un député « junior » de 180,000 dinars (Environ 3000 dollars américains) à 300,000 dinars (5000 dollars américains) par mois. Le salaire minimum en Algérie est de 12.000 dinars (200 dollars américain) par mois. Les députés eux-mêmes avaient des difficultés pour justifier cette augmentation en comparant leur statut à celui des députés dans les pays voisins et européens, mais le public irrité s’est concentré sur leurs positions à l’égard de la société algérienne. En conséquence, les réactions à l’augmentation de salaire ont été amères et méprisantes, comme plusieurs de nos contacts l’ont senti, le gouvernement à beaucoup fait pour récompenser soit même mais elle a peu fait pour améliorer les conditions socioéconomiques de la vie quotidienne de ses citoyens.

FIN DU SOMMAIRE.

Le siège de l'assemblé populaire algérien -Alger-

Le siège de l'assemblé populaire algérien -Alger-

UN MEILLEUR SALAIRE CRÉE T-IL UNE MEILLEURE PERFORMANCE?

¶2. (C) Mahmoud Koudiri, le ministre chargé des relations avec le parlement, a défendu l’augmentation des salaires à la presse le 18 septembre en disant que les salaires des députés devraient être considérés comme une partie de la politique nationale sur les salaires, et que les augmentations devraient toucher tous les autres secteurs. Il a ajouté ses croyances que les parlementaires bien payés « vont faire un travail meilleur ». Sous l’augmentation, 300,000 dinars (5000 dollars américains) est le salaire brute mensuel d’un parlementaire junior, dont 250,000 dinars (Environ 4200 dollars américains) est le salaire net. En addition à ce salaire, les députés reçoivent une indemnité mensuelle de logement de 63,000 dinars (1050 dollars américains) et une allocation alimentaire de 20,000 dinars (presque 340 dollars américains). Les présidents des commissions parlementaires et les vices présidents des deux chambres parlementaires recevront un autre montant supplémentaire de 30,000 dinars (500 dollars américains) par mois, suite à ce que Koudiri l’a appelé, leurs « position spécial ». L’augmentation est rétroactive au premier janvier, ce qui signifie que chaque député recevra un montant initial de presque 1 million de dinars (16,700 dollars américains).

¶3. (C) MP (la députée) Sakina Messadi du Front de la libération national (FLN) a reconnu le sentiment amer du public à l’égard de cette augmentation et elle a essayé de nous l’expliquer le 20 septembre. Même s’il est vrai que le peuple est choqué par cette augmentation et il sent que nous avons ignoré ses plaintes, elle a dit, « tous les serviteurs civils et mêmes les militaires » ont bénéficié récemment d’une augmentation importante, malheureusement, elle a ajouté, « seulement notre augmentation était sous les spotlights des medias ».

QU’EST CE QUE VOUS AVEZ FAIT POUR MOI DERNIEREMENT ?

¶4. (C) Achira Mameri du quotidien francophone l’Expression nous a dit le 20 septembre que cette augmentation était hors du contact avec la réalité économique difficile des citoyens, surtout durant le mois de ramadhan où les familles algériennes luttent durement contre la hausse des prix des commodités pour mettre la nourriture sur la table d’El iftar tous les nuits. Selon Mameri, les députés « ont profité du moi de Ramadhan pour se casher » en travaillant quelques heures et quelques jours seulement de la semaine, mais « ils (les députés) sont venu tous « en courant » pour assister la session du 17 septembre pour ratifier l’augmentation de leurs salaires. Mameri a dit qu’elle a confronté le président du parlement Abdelaziz Ziari sur cette question, qui est devenu « défensif » et il l’a dit « être un député est une question de statut, et des salaires plus élevés permettront une bonne représentation ».

Louisa Hanoune

Louisa Hanoune

¶5. (C) Deux parties de l’opposition, le partie des travailleurs Trotskiste (PT) et le partie de base berbère, le rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), ont voté contre l’augmentation, mais pour des raisons différentes. La présidente du PT (partie des travailleurs) Louiza Hanoune a considéré cette augmentation comme « provocation du public », ce même parlement a gonflé ses propres salaires tout en refusant toute augmentation des allocations des personnes handicapées ou des retraités, dont beaucoup d’entres eux survivent avec un revenu mensuel de 4000 ou 5000 dinars (entre 67 à 83 dollars américains) par mois. Noureddine Ait Hamouda, leadeur du groupe parlementaire du RCD, nous a dit le 20 septembre que le RCD a voté contre cette mesure parce que « l’approche globale a été tort ». Ait Hamouda nous a expliqué que le président Bouteflika est censé avoir recours à de telles ordonnances seulement en cas d’urgence. « Nous ne considérons pas que nos salaires sont une urgence », a-t-il conclu.

ALGIERS 00001022  002.8 OF 002

COMMENTAIRE : TOUT POUR LES BENJAMINS (L’ARGENT)

¶6. (C) Alors que ces augmentations sont inhabituelles, l’écart entre le salaire minimum d’un balayeur des rues et les députés dont leurs salaires sont soudainement plus élevé de 25 fois est extrême pour l’Algérie. Comme presque toutes les lois, l’augmentation du salaire provient de la présidence et elle a été approuvée par le président Bouteflika lui-même avant de faire son chemin vers le parlement. Selon la constitution, si le Parlement ne parvient pas d’approuver une telle législation, il est automatiquement dissous.

Des augmentations des salaries récentes des autres secteurs de la société n’ont pas reçu le même degré de mépris et de critiques publique, nos contacts nous ont dit, « c’est parce que le parlement a une responsabilité de représenter et défendre les intérêts du peuple ». Cette augmentation était différente, cependant, parce que pour les Algériens ordinaires, le gouvernement est plus que jamais hors de contact avec les problèmes socioéconomiques quotidiens qui les concernent, et cette augmentation n’est qu’une nouvelle preuve sur un système qui ne s’intéresse qu’a ses intérêts.

FIN DU COMMENTAIRE.

PEARCE

Cet enregistrement n’est qu’une partie du câble original, le texte complet du câble original n’est pas disponible.

Le câble diplomatique 05ALGIERS2114, créé le 16 Octobre 2005 et publié par Wikileaks le 30 Aout 2011, nous présente plusieurs témoignages sur l’état de santé détérioré du journaliste et écrivain algérien Mohamed Benchicou, les témoignages ont montré aussi que les conditions d’emprisonnement ont accéléré l’aggravation de son état durant l’année 2005 (…..Benchicou n’a pas eu la permission de suivre un traitement médical nécessaire……).

Le câble original en anglais est accessible ici.

Numéro d’identification

Créé le Publié le Classification Origine
05ALGIERS2114 2005-10-16 08:37 2011-08-30 01:44 UNCLASSIFIED//FOR OFFICIAL USE ONLY

Embassy Algiers

  1. UNCLAS ALGIERS 002114
  2. SIPDIS
  3. SENSIBLE
  4. E.O. 12958: N/A
  5. TAGS: PGOV PHUM KDEM KMPI AG
  6. OBJET : Reporters sans frontières déclenchent l’alarme sur la détérioration de l’état de santé de Benchicou
  7. REF: ALGER 1958 (NOTAL)

La lettre U en début des chapitres annonce des commentaires non classifiés (Unclassified). Les lettres SBU en début des chapitres annoncent des commentaires sensibles mais non classifiés (Sensitive but Unclassified).

Biographie de Mohamed Benchicou :

Mohamed Benchicou est l’aîné d’une famille de sept enfants (né en 1952 à Miliana, Wilaya d’Ain Defla –L’ouest Algérien-). Il est marié et père de trois enfants, deux filles et un garçon.

En 1989, il est l’un des fondateurs du Mouvement des journalistes algériens (MJA) un mouvement né durant l’ouverture du champ médiatique. Il dirige alors l’équipe qui relance Alger Républicain, interdit de parution en 1965. Benchicou quitte Alger Républicain en 1991, pour fonder le quotidien Le Matin, principal quotidien d’opposition au Président en Algérie.

En février 2004, Benchicou publie en Algérie et en France une biographie, un livre critique sur le président algérien Abdelaziz Bouteflika, Bouteflika : une imposture algérienne.

En juin 2004, Benchicou est incarcéré pour une peine de deux ans sur plainte du ministère des Finances pour « infraction régissant le contrôle des changes et les mouvements des capitaux », après avoir été interpellé en août 2003 à l’aéroport d’Alger en possession de « bons de caisse ». Benchicou est libéré le 14 juin 2006 de la prison d’El Harrach à Alger. Pendant son incarcération, les journalistes du monde entier se mobilisent pour demander sa libération, car son emprisonnement est considéré comme une tentative de le faire taire. Le 29 mars 2006, il obtient le prix PEN qui rend hommage aux journalistes emprisonnés pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression. Pendant son incarcération, le quotidien Le Matin est fermé (source : Wikipédia).

Mohamed Benchicou

Mohamed Benchicou

¶1. Des parties de ce câble sont sensibles mais non classifiées.

Les conditions d’emprisonnement ont aggravé l’état de santé de Benchicou.

Repoters sans frontières

Repoters sans frontières

¶2.  (U) L’état de santé de Mohamed Benchicou, le rédacteur en chef du quotidien francophone Le Matin – fut suspendu en 2004 pour non-paiement de dettes -, qui a été condamné à deux ans d’emprisonnement le 14 Juin 2004 pour avoir transférer illégalement des bons de caisse vers la France, s’est empiré considérablement au cours du dernier mois, selon des sources diverses, notamment Reporters Sans Frontières.

Ayant longtemps souffert d’arthrose sur le côté droit, une permission pour un traitement médical nécessaire a été refusé à Benchicou ce début d’année, en conséquence, son état s’est considérablement aggravé, selon Saad Lounes, un journaliste qui a rendu visite à Benchicou en prison le 10 Octobre.

Arthrose :

Affection articulaire, d’origine mécanique et non inflammatoire, caractérisée par des lésions dégénératives des articulations, associées à une atteinte du tissu osseux sous-jacent. Les localisations les plus fréquentes de l’arthrose sont le genou, la main, le pied, la hanche, le cou et la colonne vertébrale lombaire……… (Source : Larousse médical).

¶3.  (U) Benchicou, selon ses médecins (comme communiquées par ses avocats), nécessite une intervention chirurgicale pour soulager la pression sur un nerf coincé entre deux vertèbres. Reporters sans frontières ont publié une déclaration le 14 Octobre appelant à un examen médical pour Benchicou par une ONG « organisation non gouvernemental » indépendante et demandant au Comité international de la Croix-Rouge d’intervenir en son nom.

Commentaire.

¶4.  (SBU) Selon les avocats de Benchicou, qui ont parlé avec nous le 15 octobre, Benchicou est entrain d’apprendre à utiliser sa main gauche pour tous ses besoins, Il a été incapable de tenir un stylo pendant des mois, et l’ouverture d’un couvercle avec sa main droite lui cause des douleurs intenses. Ses avocats nous ont confié que Benchicou ne veut pas d’une grâce présidentielle dans le cadre de la loi sur la réconciliation nationale adopté lors du récent référendum, parce qu’il n’est pas un terroriste. Ses avocats ont également confirmé que l’état de santé de Benchicou s’est considérablement aggravé depuis le début du moi de Septembre. Bien que Benchicou soit incarcéré pour violations des lois de transfert des changes, lui (Benchicou) et la communauté journalistique confirment que le maintient de ces accusations n’est qu’une couverture pour mettre fin à sa campagne de propagande contre le président Abdelaziz Bouteflika.

SIEVERS

Le 14 février 2005, l’ancien premier ministre libanais Rafiq Hariri hostile à la tutelle syrienne est assassiné à Beyrouth. Très vite, le Hezbollah (parti islamiste chiite libanais) et la Syrie sont soupçonnés d’être derrière l’attentat. Les manifestations pour réclamer le départ des forces armées syriennes et la vérité sur l’attentat deviennent quotidienne, le 14 mars 2005, un millions de Libanais sont dans la rue à Beyrouth. La révolution du cèdre aboutit au départ des soldats syriens fin avril 2005. Le régime de Bachar el Assad sort considérablement affaibli et marginalisé de cette épreuve. Le président syrien fera son retour en grace en 2008 quand il assista au défilé du 14 juillet à côté du président français, Nicolas Sarkozy.

Le premier août de la même année, le général Sleiman, proche du président syrien Bachar el Assad, est assassiné. Il aurait été le principal officier de liaison entre le Hezbollah et la Syrie. C’était aussi un homme clé dans le programme nucléaire clandestin Syrien qui a pour but d’arriver à la maitrise de la fabrication de l’arme atomique. (source: la libre Belgique) En juin 2011, l’AIEA a demandé la saisie du conseil de sécurité de l’ONU pour voter des sanctions contre la Syrie. source: rfi

Les protagonistes:

  • Boris Boillon, qui était à l’époque (en 2008) conseiller de Nicolas Sarkozy sur le proche orient, affirme que l’assassinat du général Sleiman est un coup monté de l’intérieur (inside job). Il a été tué dans un règlement de compte, soit par le frère du président, Maher el Assad (chef de la garde républicaine) soit par Assef Shawkat, ancien chef des services secrets et beau-frère du président. Cependant, il mise sur Bachar el Assad pour que la Syrie devienne un vrai partenaire de la France et favorise le processus de paix au Proche-Orient. Nommé ambassadeur en Tunisie en janvier 2011, il sera finalement remplacé pour son ton familier vis à vis de journalistes, qui a choqué les Tunisiens jugeant ce comportement irrespectueux.
  • Ludovic Pouille, adjoint du directeur au moyen-orient et à l’Egypte au ministère des affaires étrangères. Il se retrouve donc en concurrence avec Boris Boillon. Comme l’ont montré plusieurs câbles wikileaks sur la politique étrangère française, les services diplomatiques de l’Élysée et du Quai d’Orsay ont tendance à se tirer dans les pattes. Il est actuellement ministre conseiller à l’ambassade de France à Rabat, au Maroc. Moins bavard que Boillon, il privilégie aussi la piste d’un règlement de compte ou de la suppression d’un témoin gênant qui pourrait témoigner à la commission d’enquête des nations-unies sur le Liban qui a ensuite débouché sur le tribunal spécial pour le Liban.

Ce câble diplomatique montre l’ampleur de l’erreur diplomatique française. Sortir Bachar el Assad de l’isolement n’a rien donné. Le programme nucléaire clandestin a continué, il réprime violemment son peuple qui manifeste ces temps-ci, parallèlement il soutient le hezbollah pour créer des troubles au Liban et il n’a pas rompu ses liens avec l’Iran.

Pour ceux qui veulent approfondir le sujet, on retrouve au coeur de ce rapprochement avec Damas, un certain Ziad Takkiedine. Cet homme a été intermédiaire dans les sous-marins vendus au Pakistan avec les rétro-commissions versés à Balladur dont Nicolas Sarkozy était le directeur de campagne. Il a aussi été acteur du rapprochement avec la Libye de Kadhafi décidé par Sarkozy au début de son mandat. A lire: Le franco-libanais Ziad Takieddine, homme orchestre du rapprochement entre Paris et Damas, l’orient le jour, 12/08/2011

N° de Référence Créé le Publié le Classification Origine
08PARIS1717 2008-09-12 17:57 2011-08-03 20:00 SECRET//NOFORN Ambassade de Paris

VZCZCXYZ0000
PP RUEHWEB

DE RUEHFR #1717 2561757
ZNY SSSSS ZZH
P 121757Z SEP 08
FM AMEMBASSY PARIS
TO RUEHC/SECSTATE WASHDC PRIORITY 4295
INFO RUEHXK/ARAB ISRAELI COLLECTIVE
S E C R E T PARIS 001717

NOFORN

SIPDIS

E.O. 12958: DECL: 09/05/2018
TAGS: PGOV PREL PINS PINR FR SY LE
OBJET: LES FRANÇAIS CROIENT QUE L’ASSASSINAT DU GÉNÉRAL SLEIMAN ÉTAIT UN COUP MONTÉ DE L’INTÉRIEUR

REF: PARIS 1703

Classifié par: Le ministre-conseiller aux affaires politiques Kathy Allegrone
pour les raisons 1.4. (b), (d).

1. (S/NF) Comme lecteurs de Washington et d’autres qui réfléchissent sur la politique de la France envers la Syrie, et comme une expansion du paragraphe 3 dans le reftel [NDLR : télégramme de référence], nous transmettons les vues de deux de nos interlocuteurs du GOF [NDLR : gouvernement français] des rencontres à la fin du mois d’août sur le mystérieux assassinat du général Muhammad Sleiman et de son importance potentielle pour le régime du président syrien Asad. Le conseiller NEA [NDLR: Near Eastern Affairs, affaires proche-orientales], Boris Boillon, le 20 août, a affirmé que la tuerie semblait être une sorte de coup monté de l’intérieur. Il a catégoriquement rejeté la piste d’un enlèvement de Sleiman par les Israéliens, en particulier la théorie du sniper qui l’aurait abbatu sur un bateau situé quelque part près de la ville côtière syrienne de Tartus. Boillon a affirmé que d’après les renseignements français, l’opération était plus «classique » et «mafieuse» avec la police arrêtant le trafique dans les environs, des gardes du corp regardant ailleurs, et l’assaillant qui a logé une balle dans la tête de Sleiman.

2. (S/NF) Quand on lui a demandé comment il interprétait la tuerie, Boillon a dit qu’il y avaient plusieurs théories qui se présentaient d’elles même, le seul dénominateur commun était une rivalité fratricide dans le proche entourage de Bachar el Asad. Bien que le beau-frère renfrogné de Bachar et tenu à l’écart de la direction des services secrets syriens, Asif Shawkat [NDLR: il a été remplacé de son poste de directeur des renseignements syriens en 2010], semble avoir le mobile le plus convaincant pour mettre hors d’état de nuire quelqu’un qu’il considère comme un rival et un acteur de sa chute ces derniers mois, Boillon pensait que le frère de Bachar, Maher, était plus probablement impliqué. Boillon a décrit Maher comme un ambitieux, un homme peu sage, et déterminé à accroître son pouvoir et son influence dans le cercle restreint. Dans la mesure où Maher pourrait avoir contribué à faire tomber Shawkat, il pourrait aussi avoir décidé de se débarrasser de son dernier rival clé, Sleiman, de manière définitive.

3. (S/NF) Boillon a ensuite mentionné qu’il y avait un lien entre la possibilité que Mahir ait trucidé Sleiman et qu’il pourrait avoir aussi trucidé le leader du Hezbollah, Imad Mugniah, de la même façon et ce peut être même sous l’ordre de Bachar lui même. Cette dernière explication concorderait avec l’idée de nettoyage de la maison dont la Syrie a besoin pour présenter une image plus respectable tandis qu’elle poursuit son rapprochement avec la France et/ou qu’elle avait besoin de se débarasser de ceux qui «en savaient trop» (dans le cas de Sleiman, à propos du programme nucléaire clandestin). Bien sur, Boillon a ajouté que personne ne pouvait écarter la possibilité que la mort de Sleiman était liée à une lutte sanglante pour le contrôle d’activités criminelles lucratives.

 

Le 5 juillet 2008, soient 9 jours avant l’arrivée de Bachar el Assad pour le défilé, débute la révolte dans la prison de Sednaya qui a vu la mort de 9 à 25 prisonniers politiques. (source: wikipedia) . La vidéo à gauche montre la visite de Maher el Assad dans la prison après la répression de l’émeute carcérale. La vidéo est très choquante.Si vous ne lisez pas les javascripts, vous pouvez lire la vidéo ici.


4. (S/NF) Le 28 août, Pouille était cependant moins bavard que Boillon quand il s’agissait d’interpréter la mort de Sleiman, mais il nié aussi catégoriquement la responsabilité des Israéliens. Il a cité l’ambassadeur français à Damas comme source pour soutenir que le meurtre était un coup monté de l’intérieur pour «régler de vieilles histoires» aussi bien que pour se débarrasser de façon commode de quelqu’un qui pourrait avoir des informations précieuses pour l’UNIIIC [NDLR : la Commission d’Enquête Indépendante Internationale des Nations-Unies] sur le Liban ou à l’AIEA sur le programme nucléaire syrien.

5. (S/NF) Commentaire: Nous publions ces points de vue, quelques uns sont apparues brièvement dans la presse française, moins pour la lumière qu’ils peuvent apporter sur l’assassinat de Sleiman que pour ce qu’ils font à propos de la perception du régime d’Assad par la France. En effet, le récapitulatif de Boillon sur les diverses théories montrait qu’il avait récemment lu un rapport détaillé des services de renseignements français sur la situation. Boillon et Pouille cherchaient tous les deux, dans ces conversations, à souligner que la France ne juge pas le régime d’Assad dangereusement instable ou que la mainmise d’Assad sur le pouvoir sombrait. Néanmoins, ils croient que la situation interne est assez fragile pour soulever des réserves et adopter une approche nuancée. Nous croyons que cela pourrait en partie expliquer la décision de Sarkozy de changer si rapidement pour entretenir sa relation personnelle avec Bachar et de «miser» (comme le disent les médias français) sur la volonté de Bachar de changer le cours des choses sur le Liban, la paix en Israël et même les relations que la Syrie entretient avec l’Iran. Pour que ça puisse en valoir la peine, l’ancien chef des services de renseignements militaires libanais Johnny Abdo [NDLR: la Syrie a émis un mandat d’arrestation pour faux témoignage dans l’affaire Hariri, il avait affirmé que Bachar el Assad était au courant] a récemment contesté que l’assassinat était un coup monté de l’intérieur a souligné l’absence d’arrestations massives en Syrie qui aurait normalement accompagné ce type de crime par des éléments criminels ou qui n’appartiennent pas au régime. Fin du commentaire.

S’il vous plait, visitez le site des archives classifiés en France à:
http://www.intelink.sgov.gov/wiki/Portal:France

STAPLETON

Dans ce câble écrit en août 2005 soit un mois après les attentats de Londres, un diplomate américain livre son analyse sur le danger du terrorisme islamiste en France. S’il salue, l’efficacité des services antiterroristes français, il n’en dénonce pas moins l’exclusion, selon lui, de la communauté musulmane qui est largement stigmatisée. On ne peut que regretter que l’auteur du câble ne fait qu’effleurer les conditions socio-économiques des recrues islamistes. Il note que beaucoup d’entre eux sont de jeunes hommes sans diplôme et vivent dans des quartiers défavorisés, aussi bien d’origine maghrébine ou « européenne ».

Néanmoins, l’auteur du câble s’attache à une explication culturelle. Pour lui, il faut chercher à intégrer les Musulmans dans l’identité française marquée par une histoire catholique aux racines judéo-chrétiennes. Il défend une approche multiculturelle héritée de la tradition américaine qui cherche à intégrer chaque culture et par certains aspects s’oppose à l’approche laïque française qui cherche plutôt à assimiler les immigrés.

N° de Référence Créé le Publié le Classification Origine
05PARIS5539 2005-08-17 08:56 2010-12-01 12:00 SECRET Ambassade de Paris

Ce texte n’est qu’un extrait du câble original. Le câble entier n’est pas disponible.

S E C R E T SECTION 01 OF 04 PARIS 005539

SIPDIS

E.O. 12958: DECL: 08/16/2015
TAGS: 
PREL PGOV PHUM KISL AL MO PTER FR
OBJET: ÉTEINDRE L’INCENDIE: LA FRANCE ET L’EXTRÉMISME ISLAMISTE

REF: A. STATE 144222
B. PARIS 5203
C. PARIS 4644
D. 04 PARIS 2981
E. PARIS 4750
F. PARIS 1732

Classifié Par le : MINISTRE-CONSEILLER AUX AFFAIRES POLITIQUES JOSIAH ROSENBLATT, POUR LES RAISONS 1.4 B/D

1. (C) Résumé: Le GOF a empêché ou éteint l’incendie de l’extrémisme islamiste grâce à la surveillance, aux arrestations et à d’autres méthodes au quotidien et ce depuis des décennies. D’après ce qu’a rapporté récemment la presse, les RG, le service de renseignement de la police française, estime qu’il y a 6 millions de Musulmans vivant en France, soit 10% de la population. Les RG estiment que 9000 d’entre eux pourraient être des extrémistes. Ces chiffres, à mettre en relation avec un constat de plus en plus partagé sur le fait que la France bataille vigoureusement pour intégrer sa population immigrante/musulmane, sont un sérieux contrepoint aux succès passés et aux capacités incontestables de l’appareil anti-terroriste. Bien qu’à court et moyen terme, la France peut compter sur ses services de sécurité, policiers et judiciaires pour combattre avec vigueur le terrorisme, à long terme, elle se doit d’œuvrer pour donner une place aux Musulmans (qu’ils soient des immigrés de première génération, des enfants de la seconde ou de la troisième génération, ou du nombre croissant de convertis) dan l’identité française. Fin du résumé.

LE POTENTIEL DE L’EXTRÉMISME ISLAMISTE

2. (C) Dans la communauté musulmane d’environ six millions de personnes, 70% serait originaire d’Afrique du Nord (Algérie, Maroc et Tunisie). Il existe d’autres groupes importants comme les Turcs ou les Pakistanais. Dans l’ensemble de cette population, les RG estiment (selon la presse) qu’à peu près 9000 d’entre eux pourraient être considérés comme des extrémistes, soit à peine plus de 0,1%. Les RG estiment que parmi les 1500 mosquées et salles de prière en France, moins de 40 sont considérées comme extrémistes. Les officiels du GOF affirment couramment que 90% des Musulmans français sont non pratiquants. Parmi la minorité de Musulmans français considérés comme pratiquants, il y a un courant de pensée fondamentaliste petit mais indéniable. Le 5 août, Poloffs a fait le tour de plusieurs librairies islamiques dans Paris, et a trouvé que la littérature présente prônait des vues très conservatrices sur le rôle de la femme musulmane et incluait plusieurs guides (en Français) qui expliquaient comment prier. Les librairies ne présentaient aucune alternative modérée aux dogmes conservateurs.


3. (U) Deux sources d’extrémisme islamiste sont dignes d’intérêt. En premier lieu, le système carcéral français, avec une population musulmane à plus de 50%. Selon un autre rapport des RG qui a fuité en mai 2005, l’extrémisme islamiste y gagnerait en popularité, on rapporte dans plusieurs endroits des histoires de prisonniers qui affichent des posters de Ben Laden, qui détruisent des arbres de noël et des bibles, et des cries de joie à l’annonce de soldats américains tués en Irak ou d’attentats suicides en Israël. C’est souvent le choc de la prison, d’après le rapport des RG, qui transforme de petits criminels en extrémistes islamistes. La pénurie d’aumôniers dans les prisons nourrit un potentiel pour les idéologies extrémistes de se répandre sans relâche. Les prisonniers radicalisés, une fois relâchés, sont des «bombes à retardement», d’après ce que dit le rapport des RG. Ils estiment qu’à l’intérieur du système carcéral, 200 détenus «méritent de l’attention», et que 95 d’entre eux pourraient être considérés comme «dangereux». La seconde source d’extrémisme islamiste est le nombre croissant de conversions à l’islam radical par des citoyens français d’origine européenne. Dans un rapport soumi au ministre de l’intérieur Sarkozy en juin, les RG dressent le profil des Français nouvellement convertis à l’islam, et constatent que la plupart d’entre eux sont de jeunes hommes dans des espaces urbains et/ou habités en grande partie par une population d’origine nord-africaine. Parmi les convertis dont on a dressé le profil, 49% n’ont aucun diplôme [NDLR: selon l’INSEE, seulement 12% des hommes de 25-34 ans sont sans diplôme, par comparaison], et 44% ont opté pour des versions fondamentalistes de l’Islam inspirés par le salafisme ou le Tabligh. Le taux de chômage parmi les nouveaux convertis d’origine européenne est cinq fois plus élevés que la moyenne, selon les RG. Plus de 10% des néophytes ont découvert l’Islam en prison. Le rapport des RG révèle aussi qu’environ 3,5% des militaires français, dont des officiers, se sont convertis à l’Islam (Note : Bien que ce soit un chiffre marquant, beaucoup de ces militaires se sont convertis à l’Islam vraisemblablement pour d’abord se marrier à des Musulmans, et non nécessairement pour des raisons idéologiques. Fin de note.)

LA LONGUE HISTOIRE FRANÇAISE DE L’EXTRÉMISME ISLAMISTE

4. (S) Le nombre considérable d’arrestations récentes pour «complot terroriste» en France impliquant des extrémistes islamistes montre bien l’ampleur que représente le défi du contre-terrorisme pour le GOF. Depuis 2002, 322 personnes liées au terrorisme ont été arrêtées, dont 91 qui ont été mis en examen et incarcérés. La violence de l’extrémisme islamiste a frappé la France dans le passé, en particulier Paris. Un an après l’échec d’un détournement d’avion d’Air France en 1994, le groupe terroriste Algérien GIA a mené une série d’attentats à la bombe dans des stations de métro de Paris et des lieux importants, faisant 8 tués et et plus de 200 blessés. Les débordements des extrémistes islamistes basés au Maghreb continuent jusqu’à ce jour, avec le GSPC algérien et le GICM marocain, tous les deux présents sur le sol français. De plus, les services de renseignement français croient que le GSPC de prendre plus d’importance dans le djihadisme mondial et cherche à se positionner comme un allié d’Al-Quaïda [NDLR: Le GSPC a fini par se fondre dans Al-Quaïda, devant Al Quaïda au Maghreb Islamique (AQMI)]. Un juge anti-terroriste nous a dit récemment que le GSPC est en train d’étendre sa présence sur le territoire français, et qu’il cherche à profiter de vieilles relations au sein de la communauté algérienne qui est bien organisée. Comme pour le GICM, les officiels de la justice française nous ont dit que les membres arrêtés en 2004 avaient un entrainement qui faisait froid dans le dos et qu’ils conservaient une stricte discipline lors des interrogatoires (ref D). (Commentaire: Le GOF est fier de sa capacité à avoir un oeil sur les groupes extrémistes; leur découverte d’une cellule du GICM les a choqué parce qu’ils sont tombés dessus par chance, ce qui est une preuve des groupes opérationnels du GICM à assurer leur sécurité. Fin du commentaire.)

5. (S) La France a aussi vu des cellules extrémistes islamistes apparaître apparemment sans soutien d’organisations terroristes comme le GICM et le GSPC. Un exemple est les 11 «djihadistes d’Irak» arrêtés en janvier dans le 19eme arrondissement de Paris. Les individus impliqués ont été arrêtés quelques jours avant leur départ pour l’Irak. La DST [NDLR : Direction de la Surveillance du Territoire] a dit aux interlocuteurs de l’USG [NDLR : le gouvernement américain] (ref E) que le chef de bande suspecté, Farid Benyettou âgé de 23 ans, n’avais jamais étudié la théologie mais par sa force de conviction, il a réussi en peu de mois à convaincre un groupe d’adolescents de combattre pour le Djihad en Irak. Un exemple qui démontre l’interdépendance fluide de beaucoup de groupes extrémistes islamistes a été révélé lors du procès d’Ahmed Laidouni et de David Courtailler, deux citoyens français reconnus coupables et condamnés en 2004 pour avoir dirigé des réseaux de recrutement à des camps d’entraînement terroriste en Afghanistan. Laidouni et Courtailler (qui se sont convertis à l’âge de 27 ans à l’islam fondamentaliste) ont été liés aux membres du réseau Beghal qui a été condamné en mars 2005 pour avoir entrepris de commettre un attentat à la bombe contre l’ambassade américaine à Paris (ref F)

wikipédia: 

Djamel Beghal, le 12 janvier 2005, lors de son procès au Palais de Justice de Paris. AFP/Archives/Laurence de Vellou prise sur lexpress.fr .

Djamel Beghal, le 12 janvier 2005, lors de son procès au Palais de Justice de Paris. AFP/Archives/Laurence de Vellou prise sur lexpress.fr .

Djamel Beghal (né en 1965 à Bordj Bou ArreridjAlgérie), est un franco-algérien condamné pour sa participation à l’élaboration d’un projet d’attentat contre l’ambassade des États-Unis à Paris. Il est marié à une Française et a 3 enfants. Habitant de Corbeil-Essonnes, il a été interpellé pour la première fois en 1994 lors d’une vague d’arrestations dans la mouvance du GIA. Il est incarcéré trois mois, puis relâché sans avoir été condamné. Il part alors au Royaume-Uni où il s’investit dans la collecte de fonds pour la Tchétchénie, voyageant beaucoup entre l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas et l’Espagne. Il rencontre l’un des plus importants et plus virulents chefs de l’islamisme radical, Omar Abou Omar Qatada, un Palestinien réfugié à Londres depuis 1994, ancien du djihaden Afghanistan, et considéré comme l’un des membres d’Al-Qaida. En novembre 2000, il s’envole pour un camp en Afghanistan avec sa femme. La famille a pour projet d’ y établir une école primaire Il est arrêté le 29 juillet 2001 à l’aéroport de Dubaïalors qu’il quittait un vol en provenance du Pakistan pour rejoindre le Maroc, et ce en raison d’une irrégularité relative a son passeport. Il sera alors detenu aux Emirats Arabes Unis pendant presque deux mois. Il y est torture et avoue la preparation d’un attentat contre l’ambassade americaine a Paris et d’un autre contre le centre culturel americain. Il affirme ealement avoir rencontre Abou Zoubeydah, de qui il aurait recu ses ordres.Extradé en France le 30 septembre 2001,il y est interroge par le juge Jean-Louis Bruguiere devant lequel il se retracta, soulignant que ses aveux avaient ete obtenus sous la torture aux Emirats Arabes Unis. Ses dires seront confirmes par l’examen medical realise apres son extradition. Il rappelle les conditions qui l’ont conduit a reconnaitre les faits qui lui sont reproches et evoque egalement des pressions de la part du juge Bruguiere. Malgre cela, il est condamné le15 mars 2005 par le tribunal correctionnel de Paris à 10 ans d’emprisonnement avec cinq co-prévenus, reconnu coupable d’avoir créé une association de malfaiteurs terroristes. Il est libéré en juin 2009. Le 18 mai 2010, Djamel Beghal est de nouveau arrêté, faisant partie des 14 personnes interpellées en région parisienne et dans le Cantal et soupçonnées d’avoir planifié l’évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, l’un des responsables de la vague d’attentats commis en France en 19951.

Ils ont aussi été liés à des cercles extrémistes au Royaume-Uni. Les membres du réseau Beghal sont soupçonnés d’avoir eu des liens avec le réseau «tchétchène» (un groupe d’individus isolés qui a essayé de développer des agents chimiques pour commettre des attaques terroristes)[NDLR: L’affaire a impliqué là aussi d’anciens membres du GIA ainsi que l’imam radical des Minguettes dont deux de ses fils ont été condamnés dans le procès. Un troisième a été détenu à Guantanamo. Source: algeria-watch.org], le réseau de Frankfort (qui a essayé en 2000 d’attaquer des sites culturels à Strasbourg) [NDLR: là aussi, les membres du groupe sont passés par la mosquée de Finsbury park à Londres. Ils ont été arrêtés au début de l’année 2001. Cliquez ici pour plus d’informations]., et Lionel Dumont, un membre du groupe islamiste extrémiste, le «gang de Roubaix» qui a terrorisé le nord de la France à la fin des années 1990.

Lionel Dumont

Lionel Dumont. Il purge aujourd'hui une peine de réclusion à perpétuité en France. Photo du nouvelobs

En 1996, il dirige un groupe d’une dizaine d’hommes originaires de la région de Roubaix, qui s’est illustré dans une demi-douzaine de braquages à main armée contre des supermarchés, des banques et des fourgons de transport de fonds, tuant un automobiliste et blessant grièvement trois policiers et un convoyeur. Equipés de fusils mitrailleurs, de grenades et d’un lance-roquettes, ils tirent à bout portant sur tout ce qu’ils trouvent sur leur passage. Le 29 mars 1996, un attentat à la voiture piégée à proximité du commissariat de Lille où se tient le G7 fait long feu. Le lendemain, les policiers du Raid donnent l’assaut contre la maison de Roubaix où le groupe s’est réfugié. Plutôt que de se rendre, quatre périront carbonisés et deux seront grièvement blessés. Absents lors de l’opération, les autres membres de la bande prennent la fuite. Christophe Caze, considéré comme le chef, est tué dans une fusillade avec des gendarmes belges. Omar Zemmiri, qui avait fui avec lui, est arrêté. Dumont se réfugie en Bosnie avec Mouloud Boughelane.

Source : rfi qui publie une biographie complète de ce «routard du terrorisme.». Faîtes entrer l’accusé a consacré un reportage au « gang de roubaix ». Vous pouvez aussi lire une interview de Lionel Dumont en 1997 sur le site de libération

 

 Dumont a passé sept ans au Japon, et il est suspecté d’avoir bâti là-bas des liens avec l’extrémisme islamique. En bref, l’extrémisme politique islamiste en France prend plusieurs formes : il a jailli lui même, en coopération avec d’autres groupes autonomes, et aussi en coopération avec des groupes liés à Al-Quaïda tel que le GSPC.

6. (SBU) L’extrémisme islamiste, pour la plupart des gens, est associé aux banlieues pauvres en périphérie des principales villes françaises, en particulier Paris, Lyon, Strasbourg et Marseilles. Cependant, les poches d’habitations à bas revenu sont répandues dans toute la France, et les arrestations récentes à Grenobles, une ville universitaire moyenne dans le Sud Est, et en Lorraine, une région proche de la frontière franco-allemande, montre bien que l’extrémisme islamiste n’est pas confiné aux banlieues des plus grandes villes françaises. La communauté turque est basée pour l’essentiel à Paris et dans l’Est de la France, et la communauté pakistanaise est basée presqu’exclusivement dans l’agglomération de Paris.

LE GOUVERNEMENT COMME POMPIER

7. (SBU) Bien que l’attention se porte sur l’application de nouvelles mesures et sur les intiatives en matière de sécurité depuis les attentats à la bombe en juillet à Londres et à Sharm el-Sheikh, le GOF continue d’oeuvrer à l’intégration de la communauté musulmane dans ce qui est encore un pays historiquement catholique. Au gouvernement, en politique et dans la culture, il y a très peu de Musulmans hauts placés, et en général, les Musulmans sont sous représentés dans les instances du pouvoir. Le GOF est revenu sur son Histoire en matière de dialogue avec d’autres communautés ethniques ou religieuses quand en 2003, il a créé le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), une organisation de coopération entre les différents groupes musulmans qui sert d’interlocuteur musulman français officiel avec le gouvernement sur une série d’enjeux civiques et religieux, dont la construction des mosquées. Le CFCM inclut une grande variété de groupes musulmans, dont l’UIOF qui a des tendances fondamentalistes (selon certains, elle est liée aux frères musulmans), le FMNF (considéré aussi comme fondamentaliste, mais soutenu par le gouvernement marocain) et le Tabligh (un groupe pakistanais d’origine ultra-orthodoxe décrit comme une étape pour quelques djihadistes français). Les officiels du GOF font remarquer que 40% des mosquées françaises ne sont pas affiliées au CFCM. De plus, le CFCM est en proie à des conflits internes (ref C), et pour ceux qui adhèrent à une vision très fondamentaliste du monde, il est considéré comme trop proche du GOF.

résultat des élections du CFCM le 5 juin 2011: Ces élections qui ont enregistré un taux de participation de 87,35%  soit 3176 votants, ont permis d’élire les 41 Elus au Conseil d’Administration du CFCM selon la répartition suivante : RMF (30) CCMTF (5), Participants GMP (2), FMNF (1) et Indépendants (3). (source: saphirnews.com) . Le Rassemblement des Musulmans de France (RMF) a été créé en janvier 2006 par des dissidents de la FMNF qui rejettent le conservatisme de cette dernière et qui veulent « contribuer à faire émerger un islam modéré, tolérant et respectueux des lois de la République, un islam du juste milieu ». Le RMF comme la FNMF représente plutôt les Musulmans marocains. L’UOIF et la grande mosquée de Paris ont boycotté les dernières élections au CFCM.

8. (U) Une autre initiative du GOF pour faire émerger un islam français modéré est d’encourager les imams à parler français et à en apprendre plus sur la culture française. Plus de la moitié des imams de France ne parlent pas Français ou alors ont un niveau très faible. De plus, moins de 20% ont la nationalité française. Les nouvelles politiques d’immigration stipulent que les individus qui veulent acquérir la citoyenneté française doivent recevoir un certificat attestant leur maitrise du Français de la part du GOF. Bien que cette nouvelle politique ne cible pas spécifiquement les imams, leur participation est encouragée. Une initiative similaire, proposé par le premier ministre Villepin quand il était ministre de l’intérieur, a été bloquée. Villepin a dit qu’il pousserait les universités françaises à mettre en place des cours spécifiques pour les imams sur la culture française. Seule la Sorbonne a manifesté un quelconque intérêt bien que finalement il a été annoncé début août que cela ne se ferait pas parce que cela allait à l’encontre de la laïcité.

BIEN QUE CONFIANTE DANS SA STRATÉGIE OFFENSIVE À COURT/MOYEN TERME, LA FRANCE BATAILLE ENCORE AVEC L’INTÉGRATION

9. (U) En dépit du récent regain des propositions du GOF en matière de contre-terrorisme, le gouvernement français et les médias croient en général que les méthodes du GOF pour combattre l’extrémisme islamiste marche bien. Un article du Figaro le 12 juillet souligne les deux approches de base, la stratégie «offensive» française et la stratégie «communautaire» du Royaume-Uni. Louis Capriol, ancien chef de la section anti-terroriste de la DST (la DST est le service de sécurité interne de la France), a dit que que la stratégie française met l’accent sur la coopération entre les services de sécurité/police et les juges spécialisés anti-terroristes. Ce qui permet une surveillance constante des suspects et une concentration maximum sur les troubles perpétrés par les islamistes extrémistes, donc la nature «offensive» de cette stratégie, selon Alain Chouet, ancien chef de la DGSE (service français de renseignement à l’étranger), a ajouté que la présence des RG à travers le territoire français permet «une surveillance permanente et une infiltration des communautés problématiques». De plus, dit Chouet, «c’est dur d’imaginer que les pays anglo-saxons imitent nos techniques de harcèlement, qui parfois prennent place sans réelle preuve de méfait». (Commentaire: il y a indéniablement un relent d’esprit de compétition gauloise vis à vis des «Anglo-Saxons» dans ces comparaisons de modèles anti-terroristes. Parmi, tous ceux qui appellent à de nouvelles mesures à court/moyen terme en France après les attentats de Juillet [2005 à Londres], seul le pro-Anglo-Saxon Sarkozy [NDLR: pas encore président en 2005] affirme ostensiblement que la France a quelque chose à apprendre du système de surveillance britannique des transports en commun. Fin du commentaire).

Stéphane Berthomet :Notre lutte antiterroriste, c’est du bricolage qui a fonctionné jusqu’à maintenant. On n’a aucune capacité d’anticipation face à la menace d’un attentat de masse puisque l’on raisonne à partir d’un modèle destiné à lutter contre des séries d’attentats qui faisaient quelques morts et quelques dizaines de blessés, comme en 1995. On n’est pas capable de répondre à des actions qui feront des centaines de morts et des milliers de blessés. Les services de lutte antiterroriste à vocation judiciaire comptent moins de 200 policiers. Quatre millions d’euros sont consacrés au fonctionnement des services de lutte antiterroriste en France, contre 30 millions pour les radars automatiques de la sécurité routière. Source: lepoint.fr, 31/03/2005


(
10. (U) Bien que la plupart des gens croient que l’approche anti-terroriste du GOF a été couronnée de succès, beaucoup considèrent que le GOF a échoué dans sa quête d’intégration des individus dans les banlieues marginalisées ou «cités». Jean-Marie Colombani, l’éditeur en chef du Monde, écrit dans un rare éditorial en première page le 26 juillet:«Nés dans nos cités, les témoignages abondent sur les jeunes qui, insensiblement, basculent ici de l’intégration la plus achevée, là de la marginalité, dans l’irréparable.»[NDLR: l’éditorial est consultable sur le site lemonde.fr]. Guillaume Bigot, un chercheur français qui a récemment coécrit un livre bien documenté sur l’extrémisme islamiste en France, est encore plus acerbe: «La communauté musulmane en France est importante, massivement exclue sur le plan économique et social, habitée par un sentiment d’humiliation. Ces jeunes, dont le prénom ou le nom sont des obstacles pour trouver du travail, n’ont pas de passé, pas de notion d’appartenance à un territoire et absolument pas d’avenir. On n’a pas besoin de fabriquer des James Bond de l’islamisme. On a juste besoin de gens manipulables avec un discours idéologique simpliste»[NDLR : Vous pouvez retrouver les propos de Guillaume Bigot dans une interview sur lepoint.fr]

11. (SBU) Poloffs a récemment visité La Courneuve, une banlieue du nord de Paris, qui est récemment devenue une métaphore vivante de la violence et de l’extrémisme islamiste en France. Le ministre de l’intérieur, Nicolas Sarkozy, a visité la Courneuve plusieurs fois ces derniers mois, et a a juré d’en faire un exemple de ses nouveaux efforts pour promouvoir l’intégration. Les membres du réseau «tchétchène» (voir paragraphe 6) ont été arrêté en 2002 avec du matériel explosif et un agent chimique, de la ricine [NDLR: produit hautement toxique, 6000 fois plus que le cyanure et 12 000 fois plus que le vin de crotale. La ricine a été utilisée comme poison dans les années1980, par les services secrets bulgares (« parapluie bulgare« ) ou pour des suicides. Au delà d’une certaine dose, les effets sont généralement irréversibles. Les symptômes apparaissent en quelques heures, conduisant à la mort de la personne exposée en trois à cinq jours. Source: wikipedia]. Créée à l’origine comme une petite ville indépendante de Paris, La Courneuve se distingue par ses grands et nombreux HLM (habitations pour personnes à bas revenus). Les rues sont relativement large et vide, avec un petit commerce de rue en dehors des services gouvernementaux et des grands supermarchés. Aucun milieu ne dominait et nous n’avons pas vu de signes visibles d’une présence islamique (nous sommes passés seulement devant une synagogue et aucune mosquée). La banlieue ne semble pas dangereuse, elle semblait plus sombre et déserte qu’autre chose, comme si tout le monde restait dans son appartement où était hors de la ville. Des antennes satellites émergent de beaucoup d’appartements. La présence de jardinières avec des fleurs et de balades ombragées par des rangées d’arbres donne l’impression que le conseil municipal essaie d’embellir les lieux. En effet, le slogan de la ville était «La Courneuve invente un nouveau futur pour elle même». En général, et en dépit de sa mauvaise réputation, La Courneuve semblait être une place multiculturelle et modeste. Son apparence confirma ce que disent les statistiques: L’écrasante majorité des Musulmans en France (qu’ils soient d’Afrique, du Maghreb, ou nouvellement convertis) sont modérés. Le problème tient à un ou deux appartements qui cachent des extrémistes islamistes au milieu de dizaines de milliers qui ne le sont pas.

12. (C) Commentaire : Comme cela est largement admis, le GOF détient un appareil antiterroriste musclé et efficace qui identifie les terroristes potentiels et déjouent les opérations terroristes potentielles. Bien qu’il y ait toujours une marge de progression, le GOF semble avoir fait ce qui était possible à court et moyen long terme pour combattre l’extrémisme islamiste. A plus long terme, cependant, beaucoup de travail doit être fait. La France n’a pas seulement un problème d’intégration/immigration ; elle doit aussi donner une place aux Musulmans au sein de l’identité française. En dépit des affirmations comme quoi la laïcité empêche toute discrimination contre n’importe quelle religion, c’est un secret de polichinelle que la France historiquement catholique a depuis échoué à faire preuve d’une volonté suffisante et de compréhension pour vraiment accepter les Musulmans comme des citoyens français. Bien que l’islamisme extrémiste ne pourra peut être jamais disparaître complètement en France, la pleine admission des Musulmans comme des citoyens à part entière participant à la société française sera une longue route à suivre pour minimiser sa portée.

Hofmann


Le câble diplomatique 09DASCUS692, créé le  23 Septembre 2009 et publié par wikileaks le 04 Mai 2011, révèle que les service de renseignement du gouvernement syrien (SARG) appliquent de fortes pressions sur les activistes syriens des droits de l’homme qui sont accusé d’accepter des financements américains illégaux dans le cadre des initiatives du partenariat entre le gouvernement des états unis (USG) et le moyen orient MEPI.

Le câble original en anglais est accessible ici.

N° de Référence Créé le Publié le Classification Origine
09DAMASCUS692 2009-09-23 13:36 2011-05-04 00:00 SECRET//NOFORN Embassy Damascus
  1. VZCZCXYZ0000
  2. OO RUEHWEB
  3. DE RUEHDM #0692/01 2661336
  4. ZNY SSSSS ZZH
  5. O 231336Z SEP 09
  6. FM AMEMBASSY DAMASCUS
  7. TO RUEHC/SECSTATE WASHDC IMMEDIATE 6864
  8. INFO RUEHEG/AMEMBASSY CAIRO PRIORITY 3974
  9. RUEHLO/AMEMBASSY LONDON PRIORITY 0714
  10. RUEHFR/AMEMBASSY PARIS PRIORITY 0674
  11. RUEHPG/AMEMBASSY PRAGUE PRIORITY 0097
  12. RUEAIIA/CIA WASHINGTON DC PRIORITY
  13. RHEHNSC/NSC WASHDC PRIORITY
  14. RUEHGV/USMISSION GENEVA PRIORITY 0711
  15. RUCNDT/USMISSION USUN NEW YORK PRIORITY 0708
  16. RHEHAAA/WHITE HOUSE WASHDC PRIORITY

CLASSE PAR : le chef de mission adjoint et Chargé d’affaires à l’ambassade américaine à Damas (CDA) Charles Hunter, raisons 1.4 (b) et (d). La lettre S en début des chapitres annonce des commentaires Secrets. La lettre C en début des chapitres annonce des commentaires Confidentiels. Les lettres NF (NoForn) en début des chapitres annoncent qu’aucune personne non américaine n’est autorisée à lire le câble diplomatique, excepté quelques Britanniques et Australiens.).

Charles Hunter

Charles Hunter

Résumé.

¶1. (S/NF)  Au cours des six derniers mois, les agents de sécurité du gouvernement syrien (SARG) ont de plus en plus questionné les sociétés civiles et les militants des droits de l’homme syriens sur les programmes américains U.S., pour la Syrie et la région, y compris le porte parole américain et les initiatives du partenariat avec le moyen orient MEPI (réf A).

XXXXXXXXXXXX

Fin du résumé.

Des militants syriens questionnaient sur leurs relations avec l’Ambassade américaine à Damas.

¶2. (S/NF)   Au cours des six derniers mois, les sociétés civiles et les militants des droits de l’homme syriens nous ont dit que les interrogateurs du gouvernement syrien (SARG) enquêtaient spécifiquement sur leurs (les militants) connections avec l’Ambassade américaine et le Département d’État. XXXXXXXXXXXX été questionné sur les activités du partenariat avec le moyen orient MEPI financées par le Conseil de la démocratie  ainsi que la visite des officiels du Département d’État américaine (réf A).

XXXXXXXXXXXX

¶3. (C) XXXXXXXXXXXX

¶4. (C) XXXXXXXXXXXX

¶5. (S/NF) XXXXXXXXXXXX

¶6. (S/NF) XXXXXXXXXXXX

¶7. (C) XXXXXXXXXXXX

Commentaire.

¶8. (S/NF)   Ce n’est pas clair dans quelle mesure les services de renseignement du gouvernement syrien (SARG) comprennent comment l’argent du gouvernement américain entre en Syrie et à travers laquelle des organisations de procuration. Ce qui est clair, cependant, est que les agents de sécurité sont de plus en plus axés sur cette question quand ils interrogent les militants des droits de l’homme et des sociétés civiles. Les agents de sécurité syriens sont en mesure d’encadrer leurs questions avec des informations et des noms de plus en plus spécifiques. XXXXXXXXXXXX a suggéré que le gouvernement syrien s’intéressait aux opérations des initiatives MEPI en particulier.

Le commentaire continue.

¶9. (C)   XXXXXXXXXXXX Sauf pour les Pays-Bas, décrochage publique de l’accord d’association Union Européenne (UE) sur les droits humains, les militants syriens ont reçu peu de soutien de la part des communautés internationales.

XXXXXXXXXXXX fin du commentaire.

HUNTER

Ce câble wikileaks a été publié par l’espresso, le 18 mars 2011 dans un dossier sur le nucléaire italien:

Au moment où, suite à l’émotion suscitée par l’accident nucléaire de Fukushima, le gouvernement italien semble hésiter sur le retour annoncé vers le nucléaire (abandonné par référendum en 1987), L’Espresso publie une série de câbles diplomatiques américains révélant « un scénario où les pots-de-vin ont décidé de l’avenir énergétique du pays ». Obtenus par WikiLeaks, ces documents attesteraient qu’entre 2005 et 2009, les Etats-Unis comptaient pousser l’Italie vers le nucléaire afin de réduire sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie et de l’influence du partenariat entre le groupe italien ENI et le russe Gazprom. Pour cela, Washington aurait engagé un long bras de fer avec les concurrents français EDF-Areva, avantagés par les rapports privilégiés avec de nombreuses entreprises italiennes. A la fin, écrit L’Espresso, les lobbyistes américains sont parvenus à convaincre Rome à abandonner les critères de sécurité fixés par l’UE pour les nouvelles centrales en faveur de ceux, plus souples, de l’OCDE. Une victoire pour leurs entreprises, « obtenue au détriment de la sécurité des Italiens ». (source: presseurop.eu)

Vous pouvez retrouver un résumé en Français du dossier sur le nucléaire italien par l’espresso sur le sitemyeurop:
Wikileaks: pots-de-vin en Italie sur l’atome, myeurop, 25/03/11

Lors des dernières élections, Berlusconi avait promis de remettre en marche le programme nucléaire italien suspendu par référendum en 1987. Le gouvernement italien se propose de poser la première pierre d’un premier EPR d’ici à 2013, pour une mise en service en 2018. Après l’incident à la centrale nucléaire de Fukushima, le premier ministre italien, Berlusconi, a opté pour un moratoire sur la construction des centrales nucléaires avant de revenir sur sa décision le mois-ci, maitnenant le partenariat entre EDF et ENEL. Pour aller plus loin: L’Italie n’a pas renoncé au nucléaire, lepoint.fr, 26/04/2011

Le gouvernement italien compte aussi construire sur son sol des centrales utilisant les technologies américaines et japonaises. Le nucléaire est un sujet polémique en Italie qui avait refusé cette technologie par référendum. Selon un sondage réalisé par l’institut Demopolis réalisé au début de l’année 2010, 53% des Italiens sont opposés au nucléaire.

Source: Italie: le retour au nucléaire est sur les rails face à une vive opposition, AFP, 10/02/10

Actuellement, le parlement italien a approuvé le retour du nucléaire et tous les recours judiciaires contre cette mesure ont été déboutés.

Les protagonistes:

  • Daniele Mancini, conseiller diplomatique au ministre du développement économique. C’est lui qui explique aux Américains les options prises par le gouvernement italien et comment se passe le lobbying par les Français et les Russes en particulier au plus haut niveau de l’Etat.
  • Westinghouse, société américaine rachetée par le japonais Toshiba en 2006. Westinghouse craint que son réacteur AP 1000, rival de l’EPR construit par le Français AREVA, soit défavorisé par rapport aux Français et aux Russes avec lesquels ENEL entretient des liens très étroits.

Le câble:

N° de Référence Créé le Publié Classification Origine
08ROME1191 2008-09-24 07:32 2011-03-18 11:00 CONFIDENTIEL ambassade de Rome

VZCZCXYZ0004
PP RUEHWEB

DE RUEHRO #1191/01 2680732
ZNY CCCCC ZZH
P 240732Z SEP 08
FM AMEMBASSY ROME
TO RUEHC/SECSTATE WASHDC PRIORITY 0931
INFO RUEHSS/OECD POSTS COLLECTIVE PRIORITY
RUEHRL/AMEMBASSY BERLIN PRIORITY 1846
RUEHHE/AMEMBASSY HELSINKI PRIORITY 0277
RUEHLO/AMEMBASSY LONDON PRIORITY 1509
RUEHMO/AMEMBASSY MOSCOW PRIORITY 4456
RUEHFR/AMEMBASSY PARIS PRIORITY 2440
RUEHKO/AMEMBASSY TOKYO PRIORITY 1949
RUCPDOC/DEPT OF COMMERCE WASHDC PRIORITY
RHEBAAA/DEPT OF ENERGY WASHDC PRIORITY
RUEHBS/USEU BRUSSELS PRIORITY 4663
C O N F I D E N T I A L ROME 001191

SIPDIS

EEB FOR CBA/FRANK MERMOUD
EEB FOR SPECIAL ENVOY GRAY
EEB FOR DAS HENGEL
EEB FOR DAS BRYZA
STATE PASS TO DOC DAS JAIME ESTRADA AND DOE DAS DENNIS
MIOTLA

E.O. 12958: DECL: 09/17/2018
TAGS: EINV ENRG ETRD ETTC IT KNNP

OBJET: LE CHOIX DU NUCLÉAIRE PAR L’ITALIE VA DANS LE SENS DES INTÉRÊTS AMÉRICAINS

REF: ROME 1184

Classifié Par:  Le ministre conseiller [NDLR: 3e rang dans l’ambassade après le ministre et l’ambassadeur] aux affaires économiques Thomas Delare pour les raisons 1.4b et d.

1. (C) Résumé: Le gouvernement de Berlusconi nous a dit que le projet de remise sur pied du secteur de l’énergie nucléaire était sérieux. Si le GOI [NDLR: gouvernement italien]suit effectivement cette politique, cela représentera des dizaines de milliards de dollars de contrats commerciaux. Déjà, nous voyons un lobbying au plus haut niveau de l’Etat par les chefs des gouvernements britanniques, français et russes qui cherchent à s’assurer que leurs entreprises participeront à ce projet au potentiel immense.   L’Italie prendra des décisions clés d’ici les 6-12 mois à venir; l’USG [NDLR: Le gouvernement américain] devrait peser de tout son poids sur le GOI pour que les firmes américaines puissent aussi participer à la compétition. Nous devrions aussi pousser le GOI à prendre compte la sécurité énergétique dans ses prises de décision. Les officiels du GOI nous ont dit que les entreprises et les technologies nucléaires pourraient gagner des contrats de construction de réacteurs nucléaires en Italie. POTUS [NDLR: le président des Etats-Unis] pourrait vouloir discuter des intérêts de l’USG avec Berlusconi lors de la visite de ce dernier à Washington au mois d’octobre. Fin du résumé

2. (C) Le nouveau gouvernement Berlusconi suit le programme du parti aux élections et a annoncé en mai dernier qu’il a l’intention de réintroduire l’énergie nucléaire en Italie. Le 16 septembre, des EmbOffs [NDLR: officiels de l’ambassade] ont rencontré Daniele Mancini, le conseiller diplomatique au ministre du développement économique,  pour obtenir des informations sur l’avancement du projet. Mancini a dit aux EmbOffs que le GOI s’est engagé à raviver le programme nucléaire du pays, avec comme but de démarrer la construction des réacteurs nucléaires dans les cinq prochaines années. Mancini a expliqué que l’objectif du ministre du développement économique Scajola est d’obtenir un mélange constitué à 50% de ressources traditionnelles (pétrole et du charbon propre), 25% d’énergie renouvelable et 25% de nucléaire. Mancini nous a dit que l’Italie achèterait des réacteurs « prêts à l’usage [off-the-shelf], et a ajouté que la procédure exacte de décision d’achat qui serait appliqué reste encore peu claire. Interrogé sur le fait si le GOI achèterait des réacteurs nucléaires directement, ou si une firme italienne serait chargé de gérer le contrat de sous-traitance. Mancini a réitéré que ces aspects restent encore inconnus. Il a cependant fait longuement référence à l’entreprise publique italienne d’électricité, Enel, et a suggéré qu’elle jouerait un rôle clé dans le processus (i.e maître d’œuvre). Sur les prochaines étapes pratiques, Mancini a dit que le GOI espère avoir d’ici la fin de l’année un plan pour le stockage des déchets nucléaires qui soit approuvé et la reconnaissance de 4 ou 5 sites où les nouveaux réacteurs nucléaires pourront être construits. Le processus de décision du choix du constructeur viendra ensuite.

3. (C) Les commentaires de Mancini suggèrent que les Français et les Russes sont déjà en train de manœuvrer et de faire du lobbying pour obtenir les contrats. Les entreprises des deux entreprises pourraient jouir d’avantages grâce à leurs liens déjà établis avec ENEL. Mancini a dit qu’ENEL est déjà entré dans le secteur nucléaire par le biais de leurs affaires avec les Français et les Russes, et que le ministre Scajola a prévu que le ministre Scajola a prévu une de faire une visite cet automne en France et en Finlande pour en savoir plus sur les nouveaux réacteurs qui y seront construits [NDLR: il s’agit des réacteurs de technologie EPR] (Note: ENEL a signé une participation de 12% avec EDF sur ses nouveaux réacteurs nucléaires, le premier est en train d’être construit par l’entreprise française Areva à Flamanville. ENEL a aussi acheté un réacteur nucléaire en Slovaquie construit par les Russes, acquérant ainsi la technologie nucléaire russe — elle développe ses compétences sur son utilisation. Areva construit le réacteur finlandais le plus récent à Olkiluoto. Fin de note)
4. (C) Lors d’une autre rencontre le 11 septembre avec un EconOff [NDLR: Economic official, représentant du département de l’économie, équivalent au ministère] et des fonctionnaires du FCS [NDLR: Foreign Commercial Service, département du commerce extérieur américain], les représentants de Westinghouse [NDLR: un constructeur américain de réacteurs nucléaires] à propos de la concurrence française et russe. Westinghouse a dit qu’elle est intéressée par le secteur nucléaire italien, et qu’elle proposerait de construire son modèle nucléaire le plus récent (l’AP 1000). Cependant, Westinghouse a peur que le GOI n’ait de yeux que pour les technologies nucléaires et françaises en raison des liens d’affaires français et russes d’ENEL cités ci-dessus. De plus,  d’après certaines informations, ENEL a dit à Westinghouse que les Français et les Russes font du lobbying au plus haut niveau du GOI, mais que le GOI n’a pas de nouvelles des Etats-Unis.

5. (C) Mancini nous a aussi raconté que les gouvernements étrangers et les entreprises ont commencé à faire du lobbying auprès du GOI, et il a dit que Westinghouse et son partenaire italien Ansaldo Nucleare ont déjà prévu de le rencontrer (Note: le PDG de l’entreprise allemande E.ON était à Rome du 10 au 11 septembre pour discuter des opportunités commerciales dans l’énergie et selon ce qui a été rapporté par la presse, il a rencontré le sous secrétaire Gianni Letta, le ministre de l’environnement Stefania Prestigiacomo, et le président de l’Autorité Italienne de l’Energie Sandro Ortis. Fin de note)

6. (C) Commentaire: Nous avons constaté que le GOI subit à ses plus hauts échelons un lobbying des gouvernements étrangers pour influencer son choix de la technologie nucléaire. Lors de la visite de Berlusconi au Royaume-Uni le 10 septembre, nous avons déduit des rapports de presse qu’il a discuté de la coopération sur l’énergie nucléaire avec Gordon Brown. Cependant, la coopération énergétique est probablement au programme de la visite de Berlusconi le 7 novembre en Russie, avec la signature de sorte d’accords énergétiques déjà annoncés. Le choix du constructeur des réacteurs nucléaires par l’Italie aura des conséquences sur les intérêts américains. Vu l’ampleur des affaires d’ENEL avec le Français EDF, ses affaires commerciales en plein essor avec la Russie et la relation étroite qu’entretien Berlusconi avec Poutine, il est possible que le choix de l’Italie se porte en faveur de la technologie nucléaire russe ou française. De plus, la corruption est omniprésente en Italie, et nous craignons que ce soit l’un des facteurs auquel nous aurons à faire face. Si le choix [de l’Italie] se porte sur la France ou la Russie, cela exclura définitivement les compagnies américaines de ces lucratives opportunités commerciales. Plus important encore, le choix de la technologie nucléaire russe rendra l’Italie encore plus dépendant de la Russie pour son approvisionnement énergétique, affaiblissant sa sécurité énergétique.

7. (C) Suite du commentaire: Ceci dit, il y a encore le temps pour les Etats-Unis de peser sur le choix du partenaire qui apportera sa technologie nucléaire. Cette décision sera probablement faite aux plus hauts échelons du GOI, et nous devrions nous engager au plus haut niveau si nous voulons avoir des considérations favorables pour les compagnies américaines et la protection des intérêts sécuritaires géopolitiques/énergétiques. Nous recommandons que les choix en matière d’énergie nucléaire qui se présentent à l’Italie soit à l’agenda de l’USG lors de la visite de Berlusconi en Octobre.

8. (C) Suite du commentaire: Les visites à venir du sous secrétaire d’Etat à l’énergie Dennis Miotla, du sous-secrétaire d’Etat au commerce Jaime Estrada et du représentant spécial de l’Etat au Commerce et aux Affaires [NDLR: CBA, Commercial and Business Affairs] et l’envoyé spécial Boyden Gray sont d’excellentes opportunités pour commencer les discussions avec le GOI, et de présenter les technologies nucléaires américaines comme un choix important à prendre en considération. Nous recommandons que les sous-secrétaires d’Etat, le représentant spécial et l’envoyé spécial soient préparés à expliquer la position américaine sur la possible participation russe au programme nucléaire italien. Les officiels en visites devraient aussi être préparés à rappeler à leurs interlocuteurs italiens les obligations dont ils doivent faire preuve sur la transparence et l’équité des appels d’offre sur les énergies nucléaires. Ces visites seront un très bon début aux efforts de l’USG à ce sujet, mais il est important qu’il réalisé que les pays en compétition sont en train de peser de tout leur poids aux plus hauts niveaux [de l’Etat italien]; dans nos efforts de protection des intérêts commerciaux et géopolitiques des Etats-Unis, nous devrions être préparé à agir de même. Fin du commentaire.

SPOGLI «